Les collèges anglophones du Québec se disent ciblés par le gouvernement pour leur succès

Les récents amendements au nouveau projet de loi linguistique du Québec ciblent les collèges anglophones, car ces écoles sont de plus en plus populaires parmi les non-anglophones, affirment les étudiants et les représentants du système collégial.

Les collèges sont les boucs émissaires du déclin perçu de la vitalité du français au Québec, disent-ils, ajoutant que si le projet de loi était adopté, il mettrait en péril la réussite des élèves et compromettrait la liberté des jeunes francophones de décider où ils vont à l’école.

Le projet de loi 96 comprend plusieurs modifications restreignant l’accès aux collèges juniors de langue anglaise, y compris un plafond sur le nombre d’étudiants pouvant y assister. Le projet de loi vise à renforcer la loi linguistique phare de la province, le projet de loi 101, mais deux représentants du système collégial affirment que les écoles sont ciblées par le gouvernement en raison de leur succès.

Bernard Tremblay, président de l’association des collèges juniors du Québec — appelés cégeps — dit qu’au cours de la dernière décennie, la popularité des collèges anglophones a augmenté chez les francophones et les allophones — des étudiants dont la langue maternelle n’est ni l’anglais ni le français.

« Nous avons fait des cégeps le bouc émissaire de la question de l’épanouissement du français au Québec alors que nous savons tous que la vraie question est ‘pourquoi de plus en plus de jeunes francophones et allophones veulent poursuivre leur formation en anglais ?’ », a déclaré Tremblay, président de la Fédération des cégeps.

“Eh bien, c’est probablement parce que le marché du travail exige le bilinguisme.”

Blâmer les collèges juniors, a-t-il dit, est une tentative de trouver “une solution simple à un problème complexe”.

Amendements au projet de loi 96

Depuis les audiences sur le projet de loi 96 résumées après la pause de Noël, les parlementaires ont approuvé une série d’amendements qui ont sonné l’alarme dans la communauté des collèges juniors, qui dit ne pas avoir été consultée sur les changements.

Ces modifications gèleraient le nombre d’étudiants inscrits dans le système anglophone aux niveaux actuels, et elles ne permettraient pas que ce nombre augmente même si la population anglophone augmente au Québec. Ils obligeraient également tous les étudiants des collèges anglophones à suivre au moins trois cours de base en français, à l’exclusion des cours sur la langue française.

Cette dernière proposition est particulièrement préoccupante pour Tremblay, qui dit que son association estime qu’environ un tiers des élèves anglophones — dont la grande majorité sont bilingues — auraient du mal à réussir ou à obtenir de bonnes notes en français.

“Ces connaissances ne leur permettent pas de suivre un cours de philosophie, d’anatomie ou de sociologie en français et de le réussir à un niveau qui leur garantit des notes adéquates pour entrer à l’université”, a-t-il déclaré.

Cependant, les amendements pourraient se retourner contre vous. Tremblay a déclaré qu’ils pourraient pousser les jeunes Québécois talentueux à déménager à l’extérieur de la province pour étudier, ou qu’ils pourraient rendre les cégeps anglophones encore plus attrayants pour les francophones parce que les collèges seraient plus exclusifs.

Le parti de l’opposition libérale, qui avait été celui qui avait proposé que l’exigence de cours de français soit étendue aux anglophones, a fait marche arrière cette semaine et a suggéré de supprimer son propre amendement, admettant qu’il n’avait pas fait suffisamment de consultations et ne voulait pas voir les étudiants échouer.

John McMahon, directeur général du Collège Vanier de Montréal, affirme que les cégeps anglophones sont devenus des boucs émissaires ces dernières années par des politiciens nationalistes qui les blâment injustement pour une baisse perçue de l’utilisation du français. Il a déclaré qu’au cours des 10 dernières années, le pourcentage d’étudiants dans les collèges anglais qui ne sont pas de langue maternelle anglaise est passé de 30% à 60%.

“[English junior colleges] obtenir beaucoup plus de candidats que nous ne pouvons en accepter et la plupart des collèges anglophones sont devenus en surcapacité, c’est donc devenu un problème au Québec et les collèges anglophones ont été ciblés comme vecteurs de l’anglicisation », a-t-il déclaré.

McMahon affirme que la moitié des administrateurs de Vanier sont francophones et nie que l’école soit un «bastion de l’anglicisation», notant que bon nombre de ses diplômés poursuivent des études dans des universités françaises.

“J’invite les gens à se promener dans les couloirs du Collège Vanier ou du Collège Dawson et du Collège John Abbott ou de l’un de nos [English] collèges, ils vont entendre plusieurs langues ; ils vont voir une grande variété d’étudiants d’origines ethniques différentes », a-t-il déclaré.

Alexandrah Cardona, présidente du syndicat étudiant du Collège Dawson de Montréal, dit qu’il y a beaucoup d’inquiétude quant à la façon dont les modifications affecteront les étudiants.

Le projet de loi 96 obligerait les cégeps anglophones à prioriser les étudiants qui ont fait leurs études primaires et secondaires en anglais. (Charles Constant/Radio-Canada)

Le projet de loi 96 obligerait également les cégeps anglophones à prioriser les étudiants qui ont fait leurs études primaires et secondaires en anglais. En plus des inquiétudes concernant l’exigence de français, Cardona a déclaré qu’elle craignait que les étudiants ne soient privés de l’expérience d’aller à l’école avec des collègues d’horizons divers.

“Les étudiants travaillent très dur pour être acceptés à Dawson parce qu’ils croient en cette diversité de la communauté et du programme”, a déclaré Cardona. “Être malheureusement jeté sous le bus par le gouvernement actuel au cours d’une année électorale est vraiment blessant.”

Cardona affirme que la législation va à l’encontre de l’esprit du système des collèges juniors, qui a été créé dans les années 1960 pour accroître l’accès à l’enseignement supérieur.

“Ce n’est pas seulement une question de comment cela affecte spécifiquement la communauté anglophone; c’est encore plus important que cela”, a-t-elle déclaré.

“Il s’agit de savoir pourquoi imposons-nous des restrictions à l’accès équitable à l’éducation dans une société où nous avons établi cet exact [CEGEP] réseau spécifiquement à cette fin ?”

Leave a Comment