13 livres d’horreur gothiques qui vous déstabiliseront en 2022

après Rébecca et dracula au hit le plus récent Gothique mexicain, l’horreur gothique a cimenté sa position dans la culture populaire grâce à sa capacité à nous effrayer et à nous horrifier dans un cadre inquiétant. Après tout, rien ne dit une excellente littérature qu’un livre qui vous empêche de dormir la nuit avec toutes les lumières allumées ! Cette année, de nombreux nouveaux livres se déroulent dans des châteaux effrayants, des campagnes reculées ou des domaines déserts qui correspondent parfaitement à cette description.

Attendez-vous à de la nécromancie, des monstres à la Frankenstein, des plantes assoiffées de sang, des esprits malveillants et beaucoup de vengeance. Alors si c’est votre truc, commençons !

Anatomie : une histoire d’amour par Dana Schwartz (18 janvier, Livres du mercredi)

Nous sommes en 1817 à Édimbourg et Lady Hazel Sinnet aime passer son temps à lire des textes médicaux. Bien sûr, ce n’est pas une bonne conduite, mais sa mère est trop préoccupée par son jeune frère, l’héritier du château de Hawthornden, pour faire attention à elle. Lorsqu’elle a la chance de voir une opération effectuée par un chirurgien réputé, le Dr Beecham, elle espère se faufiler et regarder. Là, elle rencontre Jack Currer, un jeune roturier qui déterre des corps frais pour les étudiants et les médecins qui ont besoin de cadavres – un homme de la résurrection.

Sa recherche de connaissances la fait expulser de la conférence du Dr Beecham et elle conclut un accord avec le Dr Beecham – si elle réussit l’examen médical par elle-même, elle sera autorisée à s’inscrire à l’université. Il y a quelque chose d’intrinsèquement injuste à ce sujet – après tout, les hommes n’ont pas à sauter à travers ces cerceaux – mais Hazel est déterminée à relever le défi et elle demande même à Jack de l’aider. Cependant, son ambition est devenue dangereuse. Les hommes de la résurrection disparaissent des rues et quelque chose de sinistre se cache dans la ville.

Enfer parallèle de Leon Craig (17 février, Sceptre)

Dans cette collection glorieuse et tordue d’histoires courtes, Leon Craig utilise le folklore et l’horreur gothique pour “explorer l’identité queer, l’amour, le pouvoir et la nature compliquée de l’être humain”. Les treize histoires suivent un golem dont les pouvoirs dépassent de loin les attentes de son Créateur, un démon solitaire qui se nourrit de honte, une femme qui planifie un rituel satanique pour se déconnecter de son traumatisme, et plus d’êtres, pour analyser la condition humaine à travers une lentille étrange.

La hantise des larmes par W. M. Cleese (22 février, Titan Books)

Cherchant à s’éloigner de sa famille indigne après la mort de son grand-père bien-aimé, Ursula Kelp se rend à Buenos Aires pour travailler comme jardinière en chef d’un domaine isolé et délabré de la pampa. Le fait que le nom de l’endroit signifie “Les Larmes”, et que les jardiniers précédents aient refusé le travail parce qu’ils pensent que c’est maudit, ne la dissuade pas le moins du monde. Et elle arrive désireuse de prouver qu’elle peut faire le travail aussi bien, sinon mieux, que n’importe quel homme. Une personne beaucoup plus courageuse que moi, je dois l’admettre. Personnellement, je ne serais pas pris à moins d’un mile de n’importe quel endroit nommé “The Tears”.

Quoi qu’il en soit, elle découvre que sa tâche est bien plus difficile qu’elle ne l’avait prévu ; les gens sont hostiles envers elle, elle commence à entendre des pas désincarnés, des bruits de hache frénétiques, et ressent parfois un toucher fantôme sur son épaule (je manquerais en fait de crier à ce stade mais je m’égare…). Les rumeurs de maison hantée semblent être vraies et Ursula se rend compte qu’elle est en danger de mort.

Voyager en Arcadie de Kit Mayquist (22 février, Dutton)

Ok les amis, rassemblez-vous pour une horreur gothique saphique ! Après que son père ait été blessé puis limogé, Lena cherche désespérément un emploi pour subvenir aux besoins de sa famille. En conséquence, elle accepte une proposition bizarre de travailler comme assistante du médecin de la famille aisée Verdeau, pour soigner les étranges maux de Jonathan : l’héritier poétique et mourant. Seulement, le poste l’oblige également à travailler la nuit lors des somptueuses soirées Verdeau, où elle doit s’assurer que les invités ne font pas d’overdose et n’attirent pas l’attention indésirable de la presse. Il y a aussi le petit problème de ses sentiments grandissants pour Audrey, la sœur de Jonathan.

Mais lorsqu’elle apprend que le patriarche Verdeau est responsable de la situation difficile de son père, elle décide de se venger.

galant par VE Schwab (1er mars, Greenwillow Books)

Olivia Prior est une orpheline qui est forcée de vivre à la terne Merilance School for Girls où elle est tourmentée parce qu’elle est non verbale et peut voir des fantômes. Naturellement, lorsqu’elle reçoit une lettre d’un oncle inconnu l’invitant à visiter la maison familiale, Gallant, elle saute sur l’occasion. Cependant, lorsqu’elle arrive, elle découvre que son oncle est mort et qu’elle est devenue une invitée indésirable dans le manoir. Mais Gallant a des secrets qu’Olivia cherche désespérément à découvrir. Un jour, elle traverse un mur de jardin et voit une version différente de Gallant ; un manoir sombre et délabré avec un jardin assoiffé de sang (!!!!!) gouverné par une créature grotesque. Olivia doit choisir entre défendre notre monde contre le Maître ou rester à ses côtés.

Pensez, un très effrayant choses étranges avec un protagoniste non verbal qui peut basculer du côté du mal.

Le verger d’os par Sara A. Mueller (22 mars, Tor Books)

Charm est le dernier des nécromanciens capturés à la guerre et la maîtresse involontaire de l’empereur qui l’a emprisonnée dans une maison de thé locale à cause d’un blocage mental. L’auberge fonctionne également comme un bordel, composé de femmes issues de son sang et de ses os. Sur son lit de mort, l’empereur charge Charm de découvrir lequel de ses fils l’a empoisonné et lui promet la liberté en échange. Charm doit maintenant choisir entre réaliser les souhaits de l’Empereur ou poursuivre sa propre vengeance – et risquer l’effondrement de l’Empire.

Sara A. Mueller livre un récit sans faille sur les traumatismes, la dynamique du pouvoir et le traitement des travailleuses du sexe. Les avertissements de contenu incluent les agressions sexuelles, la violence domestique, le suicide, les idées suicidaires et la violence psychologique.

Quand les autres nous ont vus, ils ont vu les morts édité par Lauren T. Davila (mai, Haunt Publishing)

Quoi de plus satisfaisant qu’une seule histoire d’horreur gothique ? Une collection d’entre eux! Cette anthologie présente des histoires originales d’écrivains contemporains du BIPOC. Mélangeant l’horreur gothique, le folklore et le conte de fées avec “les notions de foyer, de mémoire, de chagrin et d’appartenance, ainsi que de gentrification, de suprématie blanche et de colonisation”, ces histoires explorent ce que c’est que d’être vraiment hanté.

Hacienda par Isabel Cañas (3 mai, Berkley)

Hacienda suit Beatriz, une jeune femme qui navigue dans la vie après l’exécution de son père pendant la guerre d’indépendance du Mexique. Poussée par son désir de sécurité et de stabilité, elle accepte une proposition de Don Rodolfo Solórzano – ignorant les rumeurs sur la mort de sa première femme – et s’installe dans son hacienda dans la campagne isolée. Malheureusement, l’hacienda est loin d’être un sanctuaire et ce qu’elle découvre est un manoir en décomposition hanté par un mal ancien, ainsi que des secrets entourant la mort de la première femme de Rodolfo, qu’elle doit maintenant découvrir.

Elle se tourne vers le prêtre local, Padre Andrés – qui, étrangement, est aussi une sorcière, et une chaude aussi – pour l’aider à vaincre l’esprit malveillant à l’intérieur. un peu comme Gothique mexicain, Hacienda incorpore des aspects surnaturels pour exposer les horreurs du racisme, du colonialisme et du système de caste dommageable.

Le chemin des épines par AG Slatter (14 juin, Titan Books)

Asher Todd est engagé comme gouvernante pour les enfants de la secrète famille Morwood. Elle devient rapidement un membre apprécié de la maison, aidant le père, Luther, dans ses recherches et s’occupant de la grande dame, Lenora. Inconnue de la famille, la motivation d’Asha pour accepter le travail est une vengeance monstrueuse. Mais le domaine de Morwood abrite des créatures dangereuses qui rôdent la nuit, et lorsqu’elle s’attache à sa nouvelle vie, elle est hantée par les fantômes de son passé qui exigent des représailles.

Je suis un grand fan du trope “personnage moralement gris qui cherche à se venger mais qui lutte avec des sentiments positifs croissants envers son ennemi”, et l’ajout de fantômes furieux conduisant cette mission n’est que… le baiser du chef !

Ce qui émeut les morts de T. Kingfisher (12 juillet, Tor Nightfire)

L’auteur lauréat du prix Hugo livre un récit tordu du classique d’Edgar Allan Poe La chute de la maison Usher. Alex Easton, un ancien combattant, reçoit une lettre urgente de Madeline Usher, la sœur de leur ancien camarade Roderick. Lorsqu’ils arrivent à la maison des Usher, ils découvrent qu’elle a été envahie par des champignons sauvages et des animaux possédés, Madeline est en train de mourir et Roderick entend des voix étranges. Alex doit travailler avec un mycologue anglais et un médecin américain perplexe pour découvrir ce qui se passe avant qu’ils ne soient tous détruits.

La fille du docteur Moreau de Silvia Moreno-Garcia (19 juillet, Del Rey)

Le dernier album de Silvia Moreno-Garcia est une réinvention de L’île du docteur Moreau situé dans le Mexique du XIXe siècle. Dans un domaine reculé de la péninsule du Yucatán, plusieurs vies s’entremêlent. Carlota Moreau est la fille d’un savant fou qui a créé un groupe d’hybrides sensibles mi-humains mi-animaux. Montgomery Laughton est l’assistant du docteur Moreau, qui utilise l’alcool pour engourdir la douleur des traumatismes passés tout en nourrissant des sentiments pour Carlota. Et à l’arrière-plan, le parrain du docteur Moreau, M. Lizalde, un Espagnol avec l’espoir d’utiliser les hybrides pour subjuguer les rebelles mexicains.

Lorsque le charmant fils de M. Lizalde, Eduardo Lizalde, arrive au domaine, il déclenche une chaîne d’événements qui changeront leur vie à jamais. Motivée par son attirance pour Eduardo, Carlota commence à s’irriter contre les contraintes de son père et s’interroge sur sa place dans le monde. D’autre part, les hybrides peinent à acquérir leur autonomie et leur identité personnelle malgré la volonté de leur créateur. Comme toujours, Silvia Moreno-Garcia utilise les thèmes du colonialisme et de l’oppression pour faire des remarques sur notre passé et notre présent.

Sangsue de Hiron Ennes (27 septembre, Tordotcom)

dirige les gens, Sangsue est différent de tout ce que vous avez jamais vu auparavant. Ce premier film surréaliste mêle l’horreur gothique du XIXe siècle à la science-fiction post-apocalyptique pour produire une œuvre de fiction unique. Le médecin du baron meurt dans un château isolé de l’Arctique et son successeur arrive pour rechercher la cause du décès. Mais cette histoire n’est pas racontée par le malheureux remplaçant mais par l’Institut, un parasite qui contrôle l’esprit des médecins humains. Cependant, un autre parasite se propage rapidement dans le château du baron, exposant ses secrets, et un conflit entre les deux sangsues pourrait annoncer la disparition de l’humanité.

Un début glaçant, Hiron Ennes’ Sangsue défie notre compréhension de la découverte de soi, de l’autonomie corporelle et du consentement. Vous ne voulez pas manquer celui-ci. Précommandez-le au plus vite ! Et si vous ne pouvez pas attendre qu’il sorte, laissez leur interview perspicace vous guider pendant un moment.

Les profondeurs de Nicole Lespérance (4 octobre, Petit Pingouin)

Après le remariage de sa mère, Addie, dix-sept ans, est obligée d’accompagner sa mère lors de sa lune de miel sur une belle île isolée. Cependant, la beauté de l’île est éclipsée par ses sombres secrets : des fantômes errants, des fleurs assoiffées de sang et un bassin profond où personne ne ressent de douleur. Pire encore, Addie se rend compte que l’île ne la laissera peut-être jamais partir. D’accord, j’aime tellement ce texte de présentation ! D’abord, des fleurs assoiffées de sang ? ET C’EST! Et une île isolée et hantée ? Enregistre-moi!

Taiwo Balogun est un blogueur et écrivain indépendant spécialisé dans les livres et les films. Ses écrits ont été présentés dans Marie Claire et Teen Vogue, entre autres. Lorsqu’elle ne crée pas de contenu, vous pouvez la trouver sur Twitter @alifestylenerd9 en train de discuter de sa dernière lecture ou de la nouvelle série télévisée qu’elle regarde en rafale

Leave a Comment