Le commerce mondial a besoin de plus de diversité de l’offre, pas moins – Blog du FMI

Par Davide Malacrino, Adil Mohommad et Andrea Presbitero

عربي, 中文, Espagnol, Français, 日本語, Português, Русский

Les pays avec des partenaires commerciaux qui ont mis en place des mesures de confinement plus strictes ont enregistré une baisse plus marquée des importations. Bien que les flux commerciaux se soient ajustés, des chaînes de valeur mondiales plus diversifiées pourraient contribuer à atténuer l’impact des chocs futurs.

Les chocs de demande et d’offre déclenchés par la pandémie devaient entraîner un effondrement spectaculaire des échanges, mais le commerce international s’est avéré plus résistant que lors des précédentes crises mondiales.

Alors que le commerce des marchandises a fortement chuté au deuxième trimestre 2020, il a rebondi aux niveaux d’avant la pandémie plus tard dans l’année. La baisse des services en 2020 (comme le tourisme) a été pire et s’est redressée plus lentement, compte tenu des restrictions persistantes pour contenir l’infection dans certains pays.

Retombées internationales

Des facteurs spécifiques à la pandémie aident à expliquer ces modèles commerciaux.

Premièrement, les importations de biens ont été plus importantes en 2020 que ne le prédiraient la demande (et les prix relatifs) uniquement, d’autant plus dans les pays soumis à des mesures de confinement strictes ou à de graves épidémies.

Deuxièmement, les confinements ont eu des retombées internationales importantes, même si elles n’étaient pas intentionnelles. Les pays dont les partenaires commerciaux ont mis en place des mesures de confinement plus strictes ont connu des baisses plus importantes des importations de biens. Les blocages des partenaires commerciaux ont représenté, en moyenne, jusqu’à 60 % de la baisse des importations au premier semestre 2020. Ces impacts ont été plus importants dans les industries qui dépendent fortement des chaînes de valeur mondiales et sont plus en aval dans le processus de production (comme électronique).

Les effets ont toutefois été de courte durée, ce qui suggère que les chaînes d’approvisionnement mondiales ont été résilientes. Et le travail à distance a également atténué les retombées commerciales des fermetures.

Malgré cela, les perturbations provoquées par la pandémie ont conduit à des appels à davantage de production nationale de biens (reshoring). Nos dernières Perspectives de l’économie mondiale montrent que le démantèlement des chaînes de valeur mondiales n’est pas la solution…Suite la diversification, pas moins, améliore la résilience.

Chaînes de valeur mondiales adaptées

Les données commerciales le confirment. À la mi-2020, les pays asiatiques, qui ont été touchés tôt par le COVID-19 mais ont ensuite réussi à le contenir (juste au moment où de nombreux pays européens imposaient de sévères restrictions à la mobilité), ont vu leur part de marché des produits liés aux CVM augmenter de 4,6 points de pourcentage en Europe et 2,3 points de pourcentage en Amérique du Nord. Ces gains ont été importants et rapides selon les normes historiques, mais à mesure que les pays se sont adaptés à la pandémie, ils se sont partiellement déroulés, ce qui suggère que les changements étaient probablement temporaires.

Bien que les chaînes de valeur mondiales se soient ajustées, certaines industries telles que l’automobile ont été confrontées à d’importantes perturbations de l’approvisionnement, ce qui souligne la nécessité de renforcer la résilience. Nous analysons deux options pour renforcer la résilience de la chaîne d’approvisionnement : la diversification des intrants entre les pays et une plus grande substituabilité des intrants.

Renforcer la résilience commerciale

Nous avons simulé les effets des perturbations dans un modèle économique mondial et comparé les résultats avec des niveaux de diversification plus élevés ou une substituabilité plus élevée (la facilité avec laquelle un producteur peut changer d’intrants d’un fournisseur d’un pays à un autre). Nous avons envisagé deux scénarios : rupture d’approvisionnement dans un seul grand pays fournisseur d’intrants ; et fournir des chocs à plusieurs nations.

Notre analyse montre que la diversification réduit considérablement les pertes économiques mondiales en réponse aux ruptures d’approvisionnement. À la suite d’une contraction importante (25 %) de l’offre de main-d’œuvre chez un seul grand fournisseur mondial, le produit intérieur brut de l’économie moyenne chute de 0,8 % par rapport au scénario de référence. Dans le scénario de forte diversification, cette baisse est réduite de près de moitié.

Une plus grande diversification réduit également la volatilité lorsque plusieurs pays sont touchés par des chocs d’offre. Nous estimons que la volatilité de la croissance économique dans le pays moyen est réduite d’environ 5 % dans ce scénario. La diversification offre cependant peu de protection lorsqu’une perturbation majeure frappe toutes les économies en même temps, comme les quatre premiers mois de la pandémie.

Les pays peuvent se diversifier en s’approvisionnant davantage en intrants intermédiaires à l’étranger. Actuellement, il existe un « préjugé national » important dans l’approvisionnement de ces approvisionnements. Les entreprises de l’hémisphère occidental, par exemple, achètent 82 % de leurs produits intermédiaires au niveau national. La relocalisation de la production plus bas diversification plus poussée.

La substituabilité peut être obtenue de deux manières : grâce à une plus grande flexibilité dans la production, comme lorsque le constructeur de véhicules électriques Tesla Inc. a réécrit un logiciel pour permettre à ses voitures d’utiliser des semi-conducteurs alternatifs en réponse à la pénurie de semi-conducteurs ; ou en standardisant les intrants à l’échelle internationale. Par exemple, General Motors Co. a récemment annoncé qu’il travaillait avec des fournisseurs de semi-conducteurs pour réduire le nombre de puces uniques qu’il utilise de 95 %, jusqu’à seulement trois familles de microcontrôleurs. Cette standardisation remplacerait une foule de puces, éliminant les coûts de substitution entre elles.

En considérant à nouveau le scénario d’une contraction de l’offre de main-d’œuvre de 25 % chez un grand fournisseur mondial d’intrants intermédiaires, nous constatons qu’avec une plus grande substituabilité, les pertes de PIB dans tous les pays (autres que le pays source) sont réduites d’environ quatre cinquièmes.

Implications politiques

Garantir un accès équitable aux vaccins et aux traitements reste la première priorité politique. Les récents blocages ciblés en Chine rappellent que les restrictions liées à la pandémie continuent d’avoir un impact bien au-delà du pays touché. Il est dans l’intérêt de tous les pays, y compris ceux qui ont des taux de vaccination élevés, de mettre fin partout à la phase aiguë de la pandémie.

Au milieu des inquiétudes croissantes concernant la fragmentation économique mondiale et la « délocalisation amicale » après la guerre en Ukraine, notre analyse montre également qu’une plus grande diversification et substituabilité des intrants peut renforcer la résilience. Alors que les décisions des entreprises façonneront principalement la résilience future des chaînes de valeur mondiales, les politiques gouvernementales peuvent aider en fournissant un environnement favorable et en réduisant les coûts.

Un domaine évident est l’amélioration des infrastructures. La pandémie a montré que les investissements dans les infrastructures dans certains domaines sont essentiels pour atténuer les ruptures d’approvisionnement liées à la logistique commerciale. Par exemple, la mise à niveau et la modernisation des infrastructures portuaires sur les principales routes maritimes mondiales contribueraient à réduire les points d’étranglement mondiaux. Une meilleure infrastructure numérique pour faciliter le télétravail peut également contribuer à atténuer les retombées sur d’autres pays.

Les gouvernements peuvent également aider à rendre l’information plus largement disponible, afin que les entreprises puissent prendre des décisions plus stratégiques. Par exemple, les constructeurs automobiles traitent en moyenne directement avec environ 250 fournisseurs de niveau 1, mais ce nombre passe à 18 000 fournisseurs sur l’ensemble de la chaîne de valeur. Améliorer l’accès aux informations sur les transactions interentreprises et les réseaux de la chaîne d’approvisionnement, par exemple en numérisant les documents déposés par les entreprises, tels que les déclarations de revenus, peut être utile, en particulier pour les petites entreprises disposant de moins de ressources.

Enfin, la réduction des coûts commerciaux peut aider à diversifier les intrants. Il est possible de réduire les barrières non tarifaires, ce qui donnerait une impulsion économique significative à moyen terme, en particulier dans les marchés émergents et les pays en développement à faible revenu. En outre, la réduction de l’incertitude en matière de politique commerciale et la mise en place d’un régime de politique commerciale ouvert et stable, fondé sur des règles, peuvent favoriser une plus grande diversification.

Ce blog, basé sur le chapitre 4 des Perspectives de l’économie mondiale d’avril 2022, « Commerce mondial et chaînes de valeur pendant la pandémie », comprend des recherches de Galen Sher et Ting Lan, sous la direction de Shekhar Aiyar, et le soutien de Shan Chen, Bryan Zou, Youyou Huang et Ilse Peirtsegaele. L’analyse a été conclue au début de 2022, avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, et ne se concentre pas sur les implications de la guerre pour le commerce mondial et les chaînes de valeur.

Leave a Comment