Le taux de chômage au Royaume-Uni baisse alors que de plus en plus de personnes quittent le marché du travail et que la compression des salaires se poursuit – les affaires en direct | Affaires

03:32

Économie du capital : la demande de main-d’œuvre fléchit et la compression des salaires va s’aggraver

Il y a des signes de ralentissement de la demande de main-d’œuvre dans le rapport sur l’emploi d’aujourd’hui, prévient Ruth Gregory de Capital Economics :

La demande de main-d’œuvre a été un peu plus faible que ce à quoi nous nous attendions au début de l’année. Certes, l’emploi LFS a encore augmenté de 10 000 au cours des trois mois se terminant en février (prévision du consensus : 53 000) contre -13 000 en janvier. Mais les données d’un seul mois ont montré qu’en février, l’emploi lui-même avait chuté de 89 000.

Au cours des trois mois précédant février, le taux de chômage est passé de 3,9 % au taux de 3,8 % observé avant la pandémie. Cette nouvelle baisse reflète une augmentation de l’inactivité de 76 000 au cours des trois mois précédant février, entraînée par un plus grand nombre de personnes déclarant être à la retraite, s’occuper de leur famille/maison ou être malades de longue durée.

Le nombre de demandeurs de mars et les données sur les employés du HMRC PAYE étaient également un peu plus faibles que ces derniers mois, peut-être alors que la guerre en Ukraine et la hausse de l’inflation commençaient à peser sur l’activité intérieure. Mais le nombre de personnes demandant des prestations a encore diminué de 46 900, faisant passer le taux de comptage des demandeurs de 4,4 % à 4,3 %, et le nombre d’employés a encore augmenté de 35 000.

De plus, le mélange d’une demande décente de travailleurs et d’une offre réduite de travailleurs a fait grimper le nombre de postes vacants à un nouveau record de 1 288 millions en trois mois se terminant en février, et a maintenu la pression à la hausse sur la croissance des salaires.

Gregory prévient également que les salaires réels pourraient chuter de 3,2 % d’ici avril, par rapport à la baisse de 1 % en décembre-février, la hausse des factures d’énergie entraînant une inflation supérieure à 8 %.

03:21

Ben Harrison, directeur de la travail Fondation think tank, affirme que le rapport sur l’emploi d’aujourd’hui montre la nécessité d’une aide gouvernementale accrue pour les ménages en difficulté, en particulier ceux qui dépendent du crédit universel.

“Les statistiques d’aujourd’hui montrent une image mitigée de la reprise du marché du travail au Royaume-Uni avec une papeterie à 75,5 % et un chômage en baisse à 3,8 %. Cependant, le taux de vacance reste élevé à 1,3 million et l’inactivité économique continue d’augmenter à 21,4 %.

Fondamentalement, les travailleurs et les demandeurs d’emploi sont touchés par la plus forte baisse du niveau de vie jamais enregistrée, l’inflation dépassant la croissance des salaires. Beaucoup ont du mal à joindre les deux bouts car la croissance régulière des salaires est de 4 % (hors primes), mais l’inflation continue d’augmenter, la Banque d’Angleterre prédisant que l’inflation atteindra 8 % au printemps et pourrait encore augmenter plus tard dans l’année.

« La déclaration de printemps de la chancelière n’a pas réussi à assurer la sécurité économique des membres les plus vulnérables de la société, y compris ceux qui occupent des emplois peu rémunérés et précaires. Les bénéficiaires du crédit universel ont vu leurs prestations augmentées de seulement 3,1 % en avril, à la traîne de l’inflation. Le chancelier doit retourner à la boîte de répartition et, au minimum, augmenter le crédit universel en fonction de l’inflation prévue pour assurer la sécurité de ceux qui sont à la pointe de l’urgence du coût de la vie.

03:16

Le salaire médian dans le secteur de la finance et des assurances a augmenté de 19,7 % contre l’inflation au cours de l’année jusqu’en mars, selon les données expérimentales de l’ONS.

Cela reflète le bond des bonus des banquiers, après le boom des affaires en 2021.

Mais les salaires étaient très à la traîne dans le secteur des arts et du divertissement, en hausse de seulement 1,6 % par rapport à l’année dernière.

03:07

Bien qu’il y ait plus d’un demi-million de travailleurs britanniques de plus sur la liste de paie des entreprises qu’avant la pandémie, l’emploi total est toujours inférieur de 558 000 à celui de février 2020 (en raison de la baisse du travail indépendant).

03:05
Photographie : ONS
03:00

ONS : le salaire de base “baisse sensiblement en termes réels”

Le salaire de base baisse désormais “sensiblement en termes réels”, déclare Darren Morgan, directeur des statistiques économiques à l’Office for National Statistics.

Voici son résumé sur le rapport sur les emplois :

“Dans l’ensemble, l’emploi en décembre-février a peu changé par rapport aux trois mois précédents, et est donc toujours inférieur à son niveau d’avant la pandémie.

« Alors que le chômage a de nouveau baissé, nous constatons toujours une augmentation du nombre de personnes qui se désengagent du marché du travail, et comme elles ne travaillent pas ou ne cherchent pas de travail, elles ne sont pas comptées comme chômeurs.

“Les premières estimations suggèrent qu’il n’y a eu qu’une faible augmentation du nombre d’employés sur la liste de paie en mars, tandis que les postes vacants, bien qu’à nouveau à un niveau record, ont augmenté à leur plus bas niveau depuis près d’un an.

“Alors que de fortes primes continuent d’atténuer les effets de la hausse des prix sur les revenus totaux des personnes, le salaire de base diminue désormais sensiblement en termes réels.”

02:57

Les données expérimentales de l’ONS suggèrent également aujourd’hui que le salaire mensuel médian a augmenté de 6,0 % par an en mars.

Cela suggère que les entreprises ont augmenté les salaires pour attirer et retenir le personnel, car les travailleurs sont touchés par la hausse des prix.

Mais il est en retard par rapport au taux d’inflation de l’IPC de février de 6,2 %, qui devrait atteindre 6,7 % en mars (nous recevrons ces données demain).

02:47

baisse régulière du salaire réel

Le rapport sur l’emploi d’aujourd’hui montre que la compression des salaires au Royaume-Uni se poursuit, le salaire de base ne permettant pas de suivre la hausse des prix.

salaire régulier, qui exclut les primes, n’a augmenté que de 4,0 % au cours des 12 derniers mois. cela signifie véritables paquets de paie réguliers a diminué de 1,0 % une fois que vous avez ajusté l’inflation, à mesure que la crise du coût de la vie s’aggrave.

Salaire total, y compris les primes, ont augmenté de 5,4 % au cours de la période de 12 mois se terminant en février. Cela signifie que le salaire total était supérieur de 0,4 % à celui d’il y a un an.

L’ONS dit :

Les fortes primes versées au cours des six derniers mois ont maintenu positive la récente croissance de la rémunération totale réelle.

02:42

Introduction : le taux de chômage au Royaume-Uni tombe à 3,8 %

Bonjour et bienvenue dans notre couverture continue des affaires, de l’économie mondiale et des marchés financiers.

Le taux de chômage du Royaume-Uni est encore tombé en dessous de ses niveaux d’avant la pandémie, les employeurs ayant du mal à embaucher du personnel et de plus en plus de personnes abandonnant la population active.

Et la compression des salaires en Grande-Bretagne s’est poursuivie, le salaire régulier ayant chuté de 1% au cours de la dernière année après ajustement pour l’inflation.

Le taux de chômage au Royaume-Uni a glissé à 3,8 % dans les trois mois jusqu’en février, la dernière enquête sur la population active publiée ce matin montre. C’est le taux le plus bas depuis octobre-décembre 2019, juste avant que Covid-19 ne frappe l’économie, avec un chômage total en baisse de 86 000 à 1 296 millions.

L’emploi a augmenté de 10 000 au cours du trimestre, avec 32 485 personnes actuellement en emploi. Cela a laissé le taux d’emploi au Royaume-Uni à 75,5 %toujours 1,1 point de pourcentage de moins qu’avant la pandémie de coronavirus.

Au lieu de cela, le taux d’inactivité économique a augmenté de 0,2 point de pourcentage pour deux1,4 % de décembre 2021 à février 2022. En effet, 76 000 personnes supplémentaires sont devenues économiquement inactives au cours du trimestre, ce qui porte le total à 8,857 millions.

Cette augmentation a été tirée par ceux qui sont économiquement inactifs parce qu’ils s’occupent de leur famille ou de leur domicile, retraités ou malades de longue durée, explique l’ONS.

Les entreprises ont ajouté plus de personnel, avec 35 000 personnes de plus dans l’emploi salarié en mars qu’en février.

Mais alors que le nombre d’employés à temps plein a augmenté au cours des trois derniers mois, cela a été compensé par une diminution des employés à temps partiel, comme le montre ce graphique :

Emploi au Royaume-Uni
Photographie : ONS

Les postes vacants ont atteint un nouveau record au cours du trimestre, passant à 1 288 000.

Mais le taux de croissance des postes vacants a continué de ralentir. Il y a eu 50 200 nouvelles ouvertures ajoutées de janvier à mars 2022 par rapport au trimestre précédent, la hausse la plus lente en près d’un an.

La plus forte augmentation a été enregistrée dans la santé humaine et le travail social, qui a augmenté de 13 100 pour atteindre un nouveau record de 215 500 postes vacants.

Plus de détails à suivre….

A venir aussi aujourd’hui

L’inflation aux États-Unis pourrait atteindre aujourd’hui un nouveau sommet en 40 ans, les données de l’indice des prix à la consommation de mars prévoyant de passer à 8,4 % contre 7,9 % en février.

Ce serait le rythme le plus rapide depuis 1981 et inciterait probablement la Réserve fédérale à relever agressivement les taux d’intérêt américains au cours des prochains mois. Les économistes s’attendent désormais à des hausses d’un demi-point en mai et en juin.

Nous obtenons également le dernier indice de confiance économique pour l’Allemagne de l’institut ZEW, qui montrera l’impact de la guerre en Ukraine sur les investisseurs.

Les marchés boursiers européens devraient ouvrir en baisse, après avoir chuté d’environ 0,6 % hier.

ordre du jour

  • 7h BST: rapport sur le marché du travail au Royaume-Uni
  • 10h BST: enquête ZEW sur la confiance économique allemande en avril
  • 11h BST: indice NFIB de l’indice d’optimisme des entreprises américaines
  • 13h30 BST: rapport sur l’inflation américaine pour mars

Leave a Comment