Recommandations aux lecteurs pour les mystères du passé et un triste adieu à un auteur local

L’intrigue se corse

Parfois, être dans le présent n’est pas exactement ce que vous voulez – et c’est pourquoi, le mois dernier, j’ai demandé aux lecteurs de cette chronique de recommander des séries mystérieuses se déroulant dans le passé. Depuis lors, j’ai appris que beaucoup d’entre vous aiment vraiment les mystères se déroulant dans l’Angleterre du début au milieu du XXe siècle. Et pourquoi pas? Le crime se passe beaucoup mieux avec une tasse de thé. Voici, par ordre de popularité, les séries les plus citées.

  • La série Maisie Dobbs de Jacqueline Winspear: 17 volumes, se déroulant dans la Grande-Bretagne des années 1920-1940. Cette série primée a été la plus plébiscitée, et je me souviens avoir lu une poignée de ces livres – qui ont en leur centre un psychologue / enquêteur londonien – il y a des années et les avoir beaucoup appréciés. Je reviendrai peut-être dans cette série.
  • La série Amelia Peabody d’Elizabeth Peters, qui se déroule à l’époque victorienne mais principalement en Égypte, suit une héritière/érudite/égyptologue britannique dans des aventures archéologiques. Peters est le pseudonyme de Barbara Mertz, titulaire d’un doctorat. en égyptologie et a terminé 20 livres de la série avant sa mort en 2013.
  • Série Charles Lenox de Charles Finch, situé dans le Londres victorien. Le héros de Finch dans cette série de 16 livres à succès est un gentleman victorien, un explorateur en fauteuil et un détective amateur.
  • Série Ian Rutledge de Charles Toddsitué dans l’Angleterre de l’après-Première Guerre mondiale, et Bess Crawfordsérie, situé dans l’Angleterre et la France de la Première Guerre mondiale. Les deux séries populaires de Todd (respectivement 24 et 12 livres) présentent un enquêteur de Scotland Yard (et un vétéran de la Première Guerre mondiale sous le choc) et une infirmière du champ de bataille devenue détective.
  • Flavia de Luce d’Alan Bradley série, se déroulant dans une petite ville d’Angleterre dans les années 1950. La détective amateur de Bradley est inhabituelle à deux égards : c’est une “chimiste en herbe passionnée par le poison” et elle n’a, même au 10e livre, que 12 ans.
  • la série Maggie Hope de Susan Elia MacNeal, se déroulant dans l’Angleterre et les États-Unis de la Seconde Guerre mondiale, l’héroïne de MacNeal, plus de 10 volumes, est une espionne et décrypteuse d’origine américaine.
  • Série Marcus Didius Falco de Lindsey Davis. Enfin un qui ne se déroule pas en Angleterre ! La série de 20 livres de Davis se déroule à Rome au cours du premier siècle après JC, à la suite des aventures d’un enquêteur en toge à louer.

Quelques dizaines d’autres ont été nommés, dont certains se déroulant dans des lieux plus inhabituels : la série Phryne Fisher de Kerry Greenwood se déroulant dans les années 1920 en Australie ; la série Perveen Mistry de Sujata Massey se déroulant dans l’Inde des années 1920 ; La série Crown Colony d’Ovidia Yu se déroule dans les années 1930 à Singapour ; et la série Gaslight de Victoria Thompson, qui se déroule à New York au début du XXe siècle. Il n’y a pas de place ici pour imprimer la liste complète, mais si vous le souhaitez, envoyez-moi un e-mail avant la fin de la journée du 18 avril, et je vous l’enverrai. (Pourquoi ce délai ? Voici un premier scoop pour les lecteurs de cette chronique : je pars en congé du Seattle Times pendant plusieurs mois, pour travailler sur un projet de fiction. Ainsi, The Plot Thickens va faire une pause pendant un certain temps. Je J’ai adoré écrire cette chronique et entendre parler de vos mystères préférés, et j’ai hâte de le résumer à mon retour.)

Et enfin, une note triste pour les amateurs de mystère locaux. Mary Daheim, auteur de dizaines de mystères douillets populaires, dont la série Bed-and-Breakfast et la série Emma Lord (cette dernière se déroulant dans la petite ville d’Alpine, Washington), est décédée le 30 mars à l’âge de 84 ans après une brève maladie. Sa fille Katherine Evanson a déclaré que Daheim, jusqu’à sa mort, vivait dans la même maison Queen Anne qu’elle possédait depuis environ 50 ans, où elle élevait ses trois enfants et écrivait tous ses livres (parfois tard dans la nuit, après le les enfants étaient au lit).

Sa vie était une véritable écrivaine, a déclaré Evanson: Daheim a étudié le journalisme à l’Université de Washington (elle a été la première femme rédactrice en chef du Daily en dehors du temps de guerre, dans les années 1950) et a travaillé comme journaliste avant d’attraper le virus de la fiction. Son premier roman publié était une romance historique intitulée “Love’s Pirate”, mais elle a rapidement été attirée par le genre mystérieux, qu’elle avait toujours aimé (en particulier Agatha Christie et Mary Roberts Rinehart). Evanson a déclaré que sa mère avait fait ses premiers pas dans l’écriture policière dans un forum inhabituel : elle a proposé, pour une vente aux enchères à l’école primaire, d’écrire une soirée mystère qui aurait lieu dans un bed-and-breakfast Queen Anne. “En fait, j’ai fini par jouer la victime du meurtre !” Evanson s’en souvenait. «Elle était tellement dedans, elle avait tous ces accessoires et costumes. Cela l’a amenée à des mystères.

Daheim avait clairement trouvé son élément: plusieurs dizaines de livres ont suivi, commençant au début des années 90 et se poursuivant jusqu’en 2020. Son personnage préféré, pensait Evanson, était Judith McMonigle, l’hôte de l’auberge bed-and-breakfast de ses livres – basée sur la cousine bien-aimée de Daheim, Judy. (Emma Lord, l’héroïne rédactrice en chef de la série Alpine, était basée sur Daheim elle-même.) À propos de l’héritage de sa mère, Evanson a simplement dit qu’elle avait le don d’écrire sur de vraies personnes – des personnes réelles, drôles et imparfaites. “Les gens avaient l’impression que (ses personnages) étaient leurs amis, et ils vont leur manquer.”

Leave a Comment