9 nouveaux livres que nous recommandons cette semaine

Jean Williams
Rédactrice adjointe, Livres

PAUSES CHANCEUSES, par Yevgenia Belorusets. Traduit par Eugène Ostashevsky. (Nouvelles directions, papier, 14,95 $.) Ces histoires décalées – sur les effets de la guerre sur les femmes pauvres de l’est industriel de l’Ukraine – arrivent dans le monde anglophone au milieu d’une couverture médiatique de cette région. Mais lorsque le livre a été publié pour la première fois en 2018, il a mis en évidence un conflit négligé. Certains des personnages de Belorusets sont des réfugiés internes qui se sont réinstallés dans un Kiev qui les considère avec apathie ou suspicion. D’autres vivent dans des territoires contestés, vivant une vie dans le contexte d’une guerre active ou de ses conséquences dévastatrices. “Dans ces histoires envoûtantes, Belorusets s’intéresse plus à l’effet qu’à la cause”, écrit Jennifer Wilson dans sa critique. « À quoi bon découvrir comment nous sommes arrivés ici alors que nous savons que nous reviendrons ? »

CHAQUE BON GARÇON FAIT BIEN: Une histoire d’amour, dans Music Lessons, par Jeremy Denk. (Maison aléatoire, 28,99 $.) Les mémoires lucides du pianiste de concert ont leur lot de chagrins et de conflits privés, mais s’attardent le plus longtemps et le plus heureusement à l’intérieur du studio, où une succession d’enseignants le guident vers la maturité musicale. Denk retrace également son éveil érotique en tant qu’homme gay avec acuité et humour. Denk “trouve des moyens mémorables d’éclairer la théorie musicale”, écrit Corinna da Fonseca-Wollheim dans sa critique. “Le plus important, il explique des concepts abstraits avec empathie et précision.”

DERNIER RENDEZ-VOUS À L’HÔTEL IMPERIAL : Les reporters qui se sont attaqués à un monde en guerre, par Déborah Cohen. (Maison aléatoire, 30 $.) Dans les années qui ont précédé la Seconde Guerre mondiale, quatre correspondants étrangers – John Gunther, HR Knickerbocker, Jimmy Sheean et Dorothy Thompson – ont tenté de sonner l’alarme, comme le détaille Cohen dans ce portrait de groupe. “Il serait difficile d’exagérer le pouvoir collectif et la visibilité de ces journalistes à leur apogée”, écrit Lesley MM Blume dans sa critique. Et pourtant, face à des conditions de plus en plus désespérées, les correspondants étaient désespérés par le déni et la complaisance continus de leurs lecteurs américains. « Les sombres rappels abondent sur la nature cyclique de l’histoire : comment les ressentiments raciaux et économiques peuvent conduire à des mouvements monstrueux ; et, surtout, comment les êtres humains restent insensibles aux avertissements les plus sévères. Sur une note plus cynique, ‘Hôtel Impérial’ rappelle également aux lecteurs que l’industrie de l’information était, et reste, une entreprise.

PORTRAIT D’UNE FEMME INCONNUE, par Maria Gainza. Traduit par Thomas Bunstead. (Catapulte, 24 $.) Ce mystère sinueux et rêveur se déroule dans le monde souterrain de la contrefaçon d’art de Buenos Aires. Les personnages louches abondent, ainsi que les histoires secrètes, les rumeurs non fondées et le crocodile occasionnel. Comme le pense un personnage : « Un faux ne peut-il pas donner autant de plaisir qu’un original ? Angus Trumble écrit dans sa critique : “Le plaisir coquin de ce roman est lié à notre fascination pour les contrefaçons, en particulier lorsqu’il est exécuté à la manière cavalière de Robin Hood.”

LES PROCÈS DE HARRY S. TRUMAN : La présidence extraordinaire d’un homme ordinaire, 1945-1953, par Jeffrey Frank. (Simon & Schuster, 32,50 $.) Comme l’explique cette nouvelle biographie séduisante, Harry Truman semblait être un homme ordinaire, mais il avait la confiance en soi native qui marque une personne en tant que leader. Frank nous donne cet homme exubérant, livresque et souvent acariâtre dans son intégralité. “Frank ne perce pas tant le mythe de Truman que laisse sortir juste assez d’air pour ramener l’homme sur terre”, écrit James Traub dans sa critique.

Leave a Comment