Québec, on sait que vous vous réunissez ce week-end. Voici comment essayer de rester sans COVID

Plus de deux ans et six vagues plus tard, on peut dire sans se tromper que les Québécois en ont assez de cette pandémie.

Et avec le long week-end à nos portes, beaucoup de gens prévoient de se réunir avec leurs amis et leur famille, en particulier ceux qui célèbrent Pâques et la Pâque.

Après tout, cela fait un moment qu’il n’y a pas eu de long week-end avec si peu de restrictions COVID-19 en vigueur.

CBC News s’est entretenu avec des experts qui ont partagé des conseils sur la façon de limiter le risque d’infection lors de vos rassemblements du week-end.

Devrions-nous même nous rassembler ?

Les rassemblements intérieurs sont autorisés. Après tout, la province a levé la plupart des restrictions liées à la pandémie. Mais les grands rassemblements de ce week-end comportent des risques.

“Les gens devraient envisager de minimiser les rassemblements inutiles”, a déclaré le Dr Donald Vinh, spécialiste des maladies infectieuses et microbiologiste médical au Centre universitaire de santé McGill.

“Ce n’est cependant pas réaliste, et peut-être même extrême.”

Le Québec vient de dépasser les 2 000 hospitalisations liées au COVID-19 cette semaine pour la première fois depuis la mi-février, alors que la province se remettait d’une cinquième vague alimentée par Omicron qui avait poussé le système de santé à ses limites.

Et bien que les tests PCR ne soient plus aussi disponibles qu’autrefois, le Québec a tout de même signalé plus de 3 000 cas confirmés mercredi et jeudi.

Personne ne peut vous empêcher d’aller à ce grand dîner avec 20 ou 30 personnes, mais les experts disent qu’il est important d’être prudent et attentif aux autres, en particulier ceux qui sont plus vulnérables à la maladie.

Le Dr Donald Vinh, spécialiste des maladies infectieuses au Centre universitaire de santé McGill, a déclaré que les tests rapides sont un bon outil à utiliser si vous ne présentez aucun symptôme et essayez de déterminer si vous devez vous rendre à un rassemblement. (Soumis par Sandra Sciangula)

Et si j’ai des symptômes ?

Les experts conviennent que si vous présentez des symptômes de la COVID-19, aussi légers soient-ils, vous devez annuler vos projets et rester à la maison.

“Si vous vous sentez symptomatique, n’insistez pas”, a déclaré le Dr Matthew Oughton, spécialiste des maladies infectieuses à l’Hôpital général juif de Montréal.

“Ne mettez pas ceux qui vous entourent en danger d’être exposés. Dites:” Merci, désolé, je vais rester à la maison “et commandez peut-être DoorDash ou Uber ou quelque chose comme ça.”

Oughton dit que vous devriez surveiller les symptômes tels que la fièvre, la toux, l’écoulement nasal, les maux de gorge et les courbatures.

Mercredi, le Dr Luc Boileau, directeur de la santé publique par intérim du Québec, a déclaré que la province était également confrontée à une vague non saisonnière de grippe.

La COVID-19 et la grippe ont plusieurs symptômes en commun. Même si vous avez des doutes sur ce que vous avez, Boileau a exhorté les gens à rester chez eux pour éviter d’infecter les autres.

Les tests rapides peuvent-ils aider ?

Bien que les tests antigéniques rapides ne soient pas aussi efficaces pour détecter le COVID-19 que les tests PCR, ils peuvent être un outil utile.

“Si vous ne présentez aucun symptôme, vous devez vous tester avec un test rapide quelques heures avant l’événement, en accordant une attention particulière à vous frotter le nez ainsi que l’intérieur des deux joues ou le fond de la gorge, sur le côtés », a déclaré Vinh.

REGARDER | En savoir plus sur la nouvelle procédure de test rapide :

Le ministère de la Santé explique la nouvelle procédure de test rapide

Le Dr Jean Longtin, microbiologiste au ministère de la Santé du Québec, décrit la nouvelle procédure d’écouvillonnage du test rapide COVID-19 présentée dans une vidéo gouvernementale. 0:58

Les tests rapides peuvent également être utiles pour les personnes qui ont récemment été testées positives pour COVID-19 et qui ne présentent plus de symptômes.

Dans tous les cas, si votre test est positif, il est préférable d’abandonner ces plans de dîner.

Être vacciné avec au moins trois doses et s’assurer que tout le monde autour de vous ce week-end a reçu trois doses de vaccin contribuera grandement à limiter la propagation du virus, au cas où quelqu’un avec qui vous êtes en contact aurait le COVID-19, a déclaré Vinh.

Les personnes qui n’ont pas encore reçu leur troisième dose — et cela représente 46 % des Québécois — sont plus exposées au virus.

Malgré la pluie annoncée dans la météo, les Québécois auront hâte de se retrouver durant ce long week-end. (Graham Hughes/La Presse Canadienne)

Comment limiter les risques d’épidémie ?

Bonnes nouvelles. C’est le printemps.

Même si de la pluie est annoncée ce week-end, il est encore beaucoup plus possible de se rassembler avec d’autres à l’extérieur qu’à la mi-janvier.

“La ventilation est absolument le meilleur ami de tout le monde”, a déclaré Oughton. “Si le temps est au rendez-vous, et que vous pouvez faire une partie de vos rencontres à l’extérieur, c’est merveilleux car, à l’extérieur, les gens sont naturellement et relativement éloignés, [and there’s] beaucoup de circulation d’air.”

Si vous devez rester à l’intérieur, ouvrez quelques fenêtres et pensez également à vous masquer.

«En réalité, la probabilité que des personnes portent des masques pour un rassemblement intérieur est faible», a déclaré Prativa Baral, une Montréalaise candidate au doctorat à la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health.

La Montréalaise Prativa Baral, épidémiologiste et candidate au doctorat à l’École de santé publique Johns Hopkins Bloomberg, a déclaré que le virus circulant si largement au Québec, son impact ne doit pas être sous-estimé. (Jérôme James)

“Mais s’il y a des personnes qui ne sont pas vaccinées dans votre rassemblement, s’il y a des personnes qui présentent un risque plus élevé parce qu’elles sont immunodéprimées ou pour diverses autres raisons, alors je suggérerais toujours que le port d’un masque réduira également le risque.”

Baral encourage également les gens à se coucher pendant quelques jours après un rassemblement pour voir s’ils développent des symptômes. De cette façon, s’ils contractent le COVID-19, ils évitent d’infecter les autres.

La 6ème vague a commencé. Quelle est l’importance de ce week-end ?

Compte tenu de l’ampleur de la circulation du virus, Baral dit que ce week-end est un week-end “critique” qui pourrait influencer la forme de la sixième vague de la province au cours des prochaines semaines.

Bien qu’elle souligne que des taux de vaccination élevés – en particulier chez les Québécois de 60 ans et plus – devraient aider à limiter les répercussions, elle dit qu’il est important que les gens ne sous-estiment pas le virus.

“Tout le monde autour de moi attrape le COVID en ce moment à Montréal, des gens qui n’ont pas eu le COVID au cours des deux dernières années. Il y a donc beaucoup de virus qui circulent autour de nous”, a-t-elle déclaré.

“Tout ce que nous pouvons faire pour ajouter ces couches de protection sera utile.”

Leave a Comment