Des volontaires au pouce vert sont nécessaires pour sauver les jardins endommagés par les inondations et redonner espoir

Alors que les victimes des inondations traitent avec les assureurs, les évaluateurs et les constructeurs pour réparer leurs maisons endommagées, une femme veut s’assurer que leurs arrière-cours et leurs jardins ne sont pas oubliés dans l’effort de rétablissement.

La jardinière consultante Kate Wall a remporté un prix humanitaire après les inondations de 2011 pour son travail de mobilisation de bénévoles pour nettoyer et réparer des centaines de jardins dans la banlieue sud de Brisbane.

Six semaines après la dernière catastrophe causée par les inondations dans le sud-est du Queensland, elle tente de rassembler une nouvelle armée de mains vertes pour donner de l’espoir aux personnes dépassées par le processus de rétablissement.

Les plantes “ne peuvent pas respirer”

La maison Yeronga de Sandra Dunglison a été épargnée lorsque la rivière Brisbane a atteint son apogée en février, mais certaines parties de son jardin bien-aimé ont été sous l’eau pendant des jours.

Alors que les eaux mousseuses et brunes se retiraient, elle enfila ses bottes en caoutchouc et passa des heures à arroser ses plantes.

La maison de Sandra Dunglison était en sécurité lors des inondations de février, mais son jardin a été submergé pendant des jours.(ABC Radio Brisbane : Hailey Renault)

“La boue semblait être bien pire que la dernière fois”, a déclaré Mme Dunglison.

“Un ami et moi avons passé quelques heures à laver les feuilles de nos orchidées rupestres et quelques plantes spéciales – un flamboyant et un bankia.

“Ils ne peuvent pas respirer, ils ne peuvent pas faire de photosynthèse, quand la boue colle aux feuilles.”

Une femme portant des gants de vaisselle en caoutchouc plonge un torchon jaune dans un seau d'eau trouble.
Les orchidées de roche de Sydney de Mme Dunglison ont été sauvées en lavant à la main la boue de chaque feuille et tige.(Fourni : Sandra Dunglison)

Mme Dunglison a déclaré qu’après la catastrophe de 2011, elle était trop préoccupée par sa maison endommagée par les inondations pour s’inquiéter de son jardin.

Six semaines plus tard, tout est mort à l’exception d’un seul goupillon stoïque.

Cette fois, seules quatre plantes sont mortes et ses deux plantes préférées semblent devoir survivre.

“Ils ont tous les deux de nouvelles pousses, donc nous espérons qu’ils resteront en bonne santé.”

Une femme vêtue d'une chemise bleue et d'un chapeau de feutre beige se tenant devant le feuillage vert d'un flamboyant d'Illawarra.
Avec l’aide d’amis, Mme Dunglison a réussi à sauver son précieux arbre flamboyant d’Illawarra.(ABC Radio Brisbane : Hailey Renault)

Effort bénévole plus large, plus personnel qu’en 2011

Kate Wall a déclaré qu’il était choquant de voir Brisbane subir une autre inondation majeure et qu’il restait beaucoup de travail à faire pour sauver les jardins oubliés et négligés de la ville.

Deux hommes en bottes de caoutchouc ratissent une épaisse couche de boue sur une zone gazonnée d'un jardin.
Le limon et la boue ont dû être éliminés pour l’empêcher de tuer les plantes de ce jardin.(Fourni : Sandra Dunglison)

Elle a exhorté les victimes des inondations et les jardiniers bénévoles capables d’épargner un week-end et un peu d’huile de coude à la contacter afin qu’elle puisse commencer à jumeler les gens.

“Cette fois-ci, j’essaie d’encourager plusieurs petites connexions au lieu d’une seule équipe travaillant autour de l’endroit”, a-t-elle déclaré.

“Plus tôt vous pouvez entrer dans le jardin, plus vous pouvez économiser, non seulement en termes de plantes, mais aussi en termes de dommages causés par les inondations au sol.”

Les mains d'une femme tenant un morceau de boue séchée avec de petits trous.
Les vers ont commencé à revenir dans le sol et le limon qui s’est accumulé dans le jardin de Mme Dunglison.(ABC Radio Brisbane : Hailey Renault)

Adopter une pelouse inondée – avec la permission du propriétaire – pourrait également contribuer grandement à améliorer la santé mentale d’une personne après la catastrophe.

“L’un des gros problèmes en 2011 était au moment où les gens arrivaient dans leur cour, leurs pelouses étaient à hauteur de taille, l’herbe avait pénétré dans les parterres de jardin et c’était un terrible gâchis à essayer de restaurer”, a déclaré Mme Wall.

“Cela aide énormément les gens à se sentir comme si tout était propre et bien rangé, [it] décourage les cambrioleurs et les pillards d’entrer, et fait en sorte que l’endroit se sente à nouveau aimé.”

Les mains d'une femme âgée tenant un plateau en plastique rouge de jeunes plantes.
Junette Chardon prévoit de donner des plantes propagées aux personnes qui n’ont pas les moyens de replanter.(ABC Radio Brisbane : Hailey Renault)

Boutures de plantes, dons nécessaires

Mme Wall a déclaré qu’elle travaillait avec sa collègue bénévole Junette Chardon pour constituer une collection de plantes données pour les personnes qui n’avaient pas les moyens de remplacer ce qui avait été perdu.

Mme Chardon, qui faisait partie du groupe qui avait l’habitude de sauver les plantes après les inondations de 2011, a déclaré qu’elle était “excitée” de participer à nouveau.

“Les gens se souviennent de ce que nous avons fait pour eux et de la façon dont nous sommes entrés et sommes devenus tout boueux nous-mêmes”, a-t-elle déclaré.

“Je ne suis pas une très grande pépinière, donc ce serait bien si les gens pouvaient généreusement en donner quelques-uns pour compléter ce que j’ai.”

.

Leave a Comment