‘ge a eu la meilleure année en 2021 grâce au succès dans le secteur de l’aviation’

Le pire est-il derrière nous en termes de perturbations résultant de la pandémie et les entreprises ont-elles retrouvé un niveau de fonctionnement normal ?

Je pense que la période de pandémie de 2020 a été très difficile. Nos clients ont retardé leurs projets et leurs décisions d’investissement et cela a évidemment eu un impact sur nous. Cependant, 2021 a vu d’énormes succès pour nous. Nous avons connu un succès fabuleux dans le domaine de l’aviation militaire. Nous fabriquons le moteur de l’avion de combat léger Tejas. Nous fournissons ce moteur à Hindustan Aeronautics Ltd et ils fournissent l’avion à l’Indian Air Force. Nous avons donc eu notre plus grosse commande jamais enregistrée dans les 120 ans d’histoire de GE pour l’aviation militaire de GE. L’aviation militaire a connu un succès historique, l’aviation commerciale a connu un succès historique, notre activité éolienne, où nous disposons d’une technologie spécifiquement adaptée à l’Inde, a également connu une bonne activité. Donc, nous avons eu la meilleure année historiquement. Le potentiel d’énergie renouvelable en Inde est énorme et la demande dans ce segment se poursuivra jusqu’en 2030.

En outre, notre activité de soins de santé s’est également bien comportée en 2021, non seulement en raison des exigences spécifiques à la pandémie, mais aussi parce que la demande pour d’autres procédures, d’autres diagnostics augmente. Le secteur de la santé a connu une année fabuleuse et nous avons exporté 75 % de pales d’éoliennes fabriquées en Inde.

Quels segments propulseront la croissance de GE dans les années à venir ?

La demande en énergies renouvelables est réelle. La demande va être là. L’accent sera mis sur la puissance hybride 24 heures sur 24. Évidemment, il y a plus d’impulsion pour l’accélérer parce que le Premier ministre veut que nous atteignions 500 GW de capacité installée d’ici 2030. Les énergies renouvelables continuent donc d’être un grand moteur de croissance. L’Inde sera de loin le marché de l’aviation à la croissance la plus rapide. Les gens voyageront pour affaires, loisirs et vacances.

Qu’est-ce qui vous donne l’assurance que les entreprises prospéreront sans être à nouveau touchées par une poussée de Covid ?

Je pense que le produit intérieur brut (PIB) va être fort, les investissements vont reprendre. Les investissements gouvernementaux reprendront à mesure que la situation covid et la situation géopolitique mondiale se stabilisent. Les investissements du secteur privé reprendront. C’est ainsi que nous voyons la pandémie, la macroéconomie et l’impact sur nous.

Le programme d’incitations liées à la production (PLI) a-t-il profité à des entreprises telles que GE, car de nombreuses activités sont en cours, des fonds sont débloqués et des entreprises soumissionnent maintenant pour des projets dans le cadre du programme. Comment voyez-vous ces évolutions ?

Absolument oui. Je vais vous donner deux points de données PLI de notre société. Cependant, avant cela, nous applaudissons le gouvernement pour les programmes PLI dans l’espace hydrogène, dans l’espace batterie et dans l’espace électronique, en plus des énergies renouvelables et des soins de santé. Nous avons annoncé il y a quelques jours une initiative avec notre coentreprise avec Wipro. Nous avons juste besoin d’un cadre politique approprié et nous travaillons en partenariat avec le ministère des énergies nouvelles et renouvelables pour cela. Nous continuerons à évaluer cela comme une opportunité.

Envisagez-vous d’entrer dans un nouveau segment avec l’accent mis par le gouvernement sur l’hydrogène ?

Vous devriez regarder la technologie qui nous intéresse déjà. C’est dans les technologies des turbines à gaz que nous occupons une position de leader. Probablement 80 à 90% des turbines à gaz qui se trouvent en Inde sont des turbines à gaz GE. Nous avons réalisé de grands projets, de sorte que la capacité de l’hydrogène comme carburant dans nos turbines à gaz est là où nous voyons d’énormes opportunités. C’est ainsi que nous pourrons certainement ajouter de la valeur et accélérer la transition énergétique vers l’hydrogène, car aujourd’hui encore, nos technologies de turbines à gaz utilisent l’hydrogène comme carburant. Nous continuons d’apporter des améliorations dans ce domaine parce que cette technologie évolue. Si notre parc de turbines à gaz en fait la promotion et brûle efficacement l’hydrogène, cela permettra une transition énergétique plus rapide.

La technologie existante prend-elle en charge l’utilisation de l’hydrogène dans vos turbines à gaz ?

Et c’est. Cependant, aujourd’hui s’il n’est que partiel, demain (nous devons regarder) comment il peut évoluer, ce qui vous fera passer au niveau supérieur.

Voyez-vous un modèle émerger en Inde sur l’hydrogène ?

Je pense qu’il y a une énorme concentration politique dans la première phase qui a été lancée, surtout si vous regardez les investissements provenant d’entreprises mondiales. Je crois que cela va prendre de l’ampleur. Nous fournissons la capacité technologique là où nos clients peuvent l’utiliser en termes de disponibilité de l’hydrogène. Je crois que les choses vont aller très vite.

Quelle serait votre priorité en termes d’investissements en Inde ?

L’accent mis par le gouvernement sur les énergies renouvelables nous aidera à continuer dans l’éolien, le solaire et l’hybride 24 heures sur 24. Je pense que l’éolien, le solaire et le stockage par pompage seraient des domaines dans lesquels nous aimerions travailler car nous avons les bonnes technologies pour cela. Le troisième est la transmission et la distribution où vous avez besoin d’un réseau stable.

Le quatrième pilier est l’accent mis sur l’hydrogène, permettant à notre technologie de turbine à gaz de brûler davantage d’hydrogène. Ce sont les grands domaines que nous considérons comme les plus importants pour nous.

Pensez-vous que le marché est propice aux acquisitions peut-être cette année, l’année prochaine, quel que soit l’espace que vous exploitez en Inde ?

Plutôt que de considérer les acquisitions comme une priorité, je mentionnerais que notre acquisition de LM Wind Power en 2016 a ajouté une valeur considérable à notre écosystème onshore et offshore. De plus, cela nous a permis d’exporter vers des clients mondiaux et la beauté est qu’il ne sert pas uniquement GE. Il sert également d’autres fabricants d’éoliennes. C’est l’unicité du pouvoir. Nous avons gardé son identité et son indépendance de sorte qu’ils servent également d’autres fabricants d’éoliennes. Ainsi, rendre cette opération plus efficace, ajouter des capacités de conception et de fabrication est plus logique. Je ne spéculerai pas sur les acquisitions.

Vous avez maintenant 10 entreprises en Inde et seulement deux sont répertoriées. Envisagez-vous de répertorier davantage d’entités à mesure que vous développez vos opérations ici ?

À l’échelle mondiale, une annonce publique suggère que d’ici le début de 2023, les soins de santé deviendront une entité cotée indépendante distincte et que d’ici le début de 2024, toutes les activités énergétiques de GE deviendront une société indépendante cotée en bourse. La troisième compagnie qui restera serait l’aviation. Donc, je pense que c’est la grande transformation stratégique que traverse la population mondiale. Dans cette transformation, il n’est peut-être pas prudent de se limiter à l’Inde. Tout ce qui sera décidé, et ce n’est pas décidé pour le moment, aura certainement un alignement pour nous sur le marché indien également.

Quels sont les domaines dans lesquels GE souhaite rester investi ?

Nous restons très fortement engagés dans l’éolien terrestre. Nous investissons et apportons les meilleures solutions dans notre centre de recherche technologique à Bangalore. C’est donc un domaine dans lequel nous sommes très fiers de vous dire que notre éolienne de 2,7 mégawatts de 132 mètres est entièrement dédiée et conçue pour les conditions de vent indiennes afin d’offrir le meilleur coût. C’est un point de données. Le deuxième point de données est que nous avons un centre de conception technologique en Inde depuis 15 ans. Nous concevons des technologies pour le monde, pas seulement pour l’Inde. Ce sont donc les domaines dans lesquels nous continuons à investir. Une autre opportunité que nous avons mentionnée concerne l’architecture hybride. Nous y restons investis. Nous apportons des solutions numériques pour le réseau. Ce sont les domaines dans lesquels nous nous engageons à rester investis.

S’abonner à Bulletins de la Monnaie

* Entrer un email valide

* Merci de vous être inscrit à notre newsletter.

.

Leave a Comment