Les meilleurs nouveaux livres sur le crime – un tour d’horizon plein de périls

Le danger est un bon professeur, a déclaré Hazlitt, et il y a de dures leçons à tirer de la sélection de romans policiers remplie de périls de ce mois-ci.

de Don Winslow Ville en feu (HarperCollins, 20 £) arbore une myriade de sources de menace. Dans le Rhode Island des années 1980, le débardeur Danny Ryan est un père de famille affectueux qui est prêt à contrecœur à employer des tactiques musclées pour le syndicat du crime irlandais qui dirige Providence. Lorsque, dans un complot homérique, une jeune femme provoque une guerre sanglante entre gangs rivaux, Danny est plongé dans une situation incendiaire qui mettra en danger à la fois sa famille et ses amis.

Beaucoup décriraient maintenant Winslow comme l’un des maîtres de l’écriture policière américaine, et ce roman remarquable – retardé de sa date de publication originale à cause de Covid – est à la fois panoramique à couper le souffle et infiniment concentré. Winslow prend certes son temps, mais les récompenses sont multiples.

Il est difficile de suivre le rythme actuel des romancières policières britanniques. Parmi les plus talentueux ? Harriet Tyce, dont Ça se termine à minuit (Wildfire, 16,99 £) est une écriture finement construite sur le crime psychologique.

Minuit approche d’une fête du Nouvel An haut de gamme à Édimbourg, mais un participant a assassiné plutôt qu’Auld Lang Syne dans son esprit. Tess, gravement malade, est présente à la fête ; elle espère renouveler ses vœux avec son ex-mari et fait appel à son amie de sixième, Sylvie. Mais les deux femmes sont bientôt confrontées à un héritage écrasant de culpabilité, sans parler d’un individu plein de haine vengeresse. La caractérisation et la conduite narrative se rejoignent impeccablement dans l’histoire tendue de Tyce.

Une écrivaine tout aussi appropriée est Gillian McAllister, dont Mauvais endroit, mauvais moment (Michael Joseph, 14,99 £) chaînes jour de la marmotte avec un meurtre sans cesse rejoué, alors que le fils modeste d’une femme tue un étranger – encore et encore. Le motif familier de l’intrigue reçoit une réinitialisation indescriptible, et McAllister s’assure que la caractérisation est aussi essentielle au succès du roman que l’intrigue.

Deon Meyer est-il le romancier policier sud-africain le plus accompli de l’histoire du genre ? Le sombre déluge (Hodder & Stoughton, 18,99 £) est une preuve supplémentaire de cette affirmation. Écrit à l’origine en afrikaans mais traduit – avec l’aplomb habituel – par KL Seegers, les détectives déterminés de Meyer, Benny Griessel et Vaughn Cupido, sont rétrogradés (après une sortie malavisée au Cap) au rang d’officiers sous mandat à Stellenbosch voisin. Alors qu’ils enquêtent sur la disparition d’un assistant informatique, leurs propres problèmes (comme la lutte de Benny contre l’alcoolisme) compromettent l’enquête. Plus d’afrikaans que d’habitude ont été laissés à cette époque, mais les fans de Meyer ne verront pas d’inconvénient à persévérer : chaque mot mérite sa place, et il n’y a pas de limite à la critique nuancée habituelle de la politique sud-africaine.

Les lecteurs qui ont fait le voyage dans le train à grande vitesse du Japon dans le roman à haute énergie de Kotaro Isaka de ce nom peuvent trouver que le nouveau livre d’Isaka, Trois Assassins (Harvill Secker, 14,99 £, traduit par Sam Malissa), est une expérience moins exaltante – mais elle offre tout de même un voyage inhabituel. Les tueurs éponymes – ainsi qu’un homme déterminé à se venger de la mort de sa femme – sont engagés dans une danse de la mort, avec une variété de fantômes dans le mélange. Les interactions bizarres dans cette communauté mortelle sont tout aussi surréalistes que dans le livre précédent, mais la nouveauté de Train à grande vitesse est absent.

J’espère que Lindsey Davis ne s’oppose pas à ce qu’on l’appelle un écrivain vétéran de la fiction policière historique. Après tout, il est indéniable que – dans le domaine de la magouille dans la Rome antique, au moins – elle a vu tous ses pairs au fil des ans, comme Entreprise désespérée (Hodder & Stoughton, 20 £) nous le rappelle une fois de plus. Le nouvel Odéon et le nouveau stade de l’empereur Domitien sont trempés de sang après des meurtres organisés de manière artistique, et Flavia Albia (fille du détective durable Falco de Davis) est chargée de découvrir pourquoi la communauté théâtrale est assiégée. Comme toujours, Davis nous transporte dans un monde antique superbement réalisé et plein de détails convaincants. Qui se soucie qu’il n’y ait pas eu de détectives à Rome au premier siècle ?

Dans les légions de “Scandibrits” – des écrivains britanniques qui ont établi leur travail dans les pays nordiques – Will Dean est premier parmi les pairs -mais premier-né (Hodder & Stoughton, 16,99 £) le trouve en train d’abandonner la Suède avec un effet puissant. Les jumelles identiques Molly et Katie vivent un océan à part, respectivement à Londres et à New York. Molly est la sœur contrainte et nerveuse, tandis que Katie est aventureuse et extravertie. Mais quand Molly apprend que son frère est décédé, elle tente d’identifier les derniers mouvements de Katie et trouve sa propre vie en danger. En plus de fournir la tension requise du genre thriller, Dean aborde les questions d’identité personnelle et de responsabilité familiale, prouvant qu’il n’a pas besoin des forêts suédoises pour recharger ses batteries créatives.

Enfin, deuxième d’une nouvelle aventure pour l’artiste anciennement connue sous le nom d’Anya Lipska. Perpétuité par AK Turner (Zaffre, 8,99 £) échange à nouveau les préoccupations sociales de son travail antérieur pour suivre Cassie Raven, une technicienne mortuaire très gagnante. L’affinité de Raven avec la mort est mise à l’épreuve lorsque son propre père, reconnu coupable du meurtre de sa mère, est libéré de prison et espère persuader sa fille de son innocence. Il s’agit d’un thriller médico-légal d’assurance tranquille, et Cassie est un protagoniste distinctif et réalisé avec autorité.

Barry Forshaw est l’auteur de ‘Crime Fiction: A Reader’s Guide’

Rejoignez notre groupe de livres en ligne sur Facebook à FT Livres Café

Leave a Comment