Les actions ont peu changé alors que les investisseurs pèsent sur la vague de bénéfices et ont révisé à la baisse les prévisions du FMI

Les actions américaines ont peu changé mardi alors que les investisseurs ont traité un déluge de rapports sur les bénéfices et une prévision révisée du Fonds monétaire international (FMI) indiquant que l’économie mondiale devrait “ralentir considérablement” au milieu de l’invasion russe de l’Ukraine.

Le S&P 500 et le Nasdaq ont chacun ouvert près de la ligne plate après que les deux indices se soient installés à des creux d’un mois à la fin de la séance de lundi. Le Dow Jones Industrial Average a également oscillé autour de l’équilibre. Pendant ce temps, les rendements du Trésor ont poursuivi leur ascension, l’indice de référence américain à 10 ans dépassant 2,9 %, le plus élevé depuis décembre 2018.

Le FMI a déclaré mardi qu’il s’attend à ce que le PIB mondial, une mesure de la croissance économique, augmente de 3,6 % en 2022 (une baisse par rapport à la projection de janvier de 4,4 %) et de 3,6 % supplémentaires en 2023 (également une baisse par rapport à la dernière projection de 3,8 %).

“Cette crise se déroule alors que l’économie mondiale était sur une voie de redressement mais ne s’était pas encore complètement remise de la pandémie de COVID-19”, a déclaré le conseiller économique du FMI, Pierre-Olivier Gourinchas.

Les résultats trimestriels de 69 sociétés du S&P 500 sont dans la file d’attente pour que les investisseurs les digèrent jusqu’à vendredi. Les grands noms du registre des revenus qui devraient être publiés cette semaine incluent United Airlines (UAL), American Express (AXP) et Tesla (TSLA). Netflix (NFLX), qui devrait publier ses résultats trimestriels après la clôture du marché mardi, fournira aux investisseurs des informations sur le ralentissement de la croissance des abonnés au service de streaming après le COVID-19.

Lundi, 53% des 34 sociétés du S&P 500 (comprenant 10% des bénéfices de l’indice) qui ont déclaré jusqu’à présent battre à la fois les ventes et les bénéfices par action, a souligné l’équipe de recherche de Bank of America, légèrement mieux que le taux de battement typique de la semaine 1 de 47 % et le taux de la semaine 1 du dernier trimestre de 50 %. L’institution s’attend à un BPA supérieur à 4% au premier trimestre, mais anticipe des risques baissiers pour les estimations de l’année 2022, ce qui implique une accélération des bénéfices chaque trimestre jusqu’à l’année prochaine.

“La pression sur les marges bénéficiaires due à la hausse des coûts pour pratiquement tout, notamment la main-d’œuvre, les matériaux et le transport, a rendu ce trimestre difficile à naviguer”, ont déclaré lundi les stratèges de LPL Financial, Jeff Buchbinder et Ryan Detrick. “Ajoutez les retombées du conflit russo-ukrainien et les blocages intermittents du COVID-19 en Chine, et les résultats des entreprises sont touchés de plusieurs directions.”

“Malgré l’environnement difficile, nous pensons que les probabilités favorisent les entreprises qui dépassent les estimations, comme elles l’ont fait historiquement grâce à une croissance des revenus à deux chiffres”, ont ajouté Buchbinder et Detrick. “Une inflation élevée se traduit par une augmentation des revenus, de sorte que les bénéfices peuvent croître à un rythme soutenu, même avec un certain rétrécissement des marges bénéficiaires.”

Contrairement à BofA, les recherches de FactSet suggèrent que bien que les analystes aient tempéré leurs attentes concernant les bénéfices du premier trimestre, abaissant les prévisions de BPA ascendantes au premier trimestre de 0,7% de 52,21 $ à 51,83 $, les prévisions de BPA pour les deuxième, troisième et quatrième trimestres sont plus haut. Les estimations de bénéfices pour l’ensemble de 2022 ont également augmenté de 2,2 % cette année pour atteindre 228,50 $ par action.

“Le premier point à retenir pour les investisseurs devrait être de regarder comment votre action réagit plus que les nouvelles”, a déclaré le président de Heritage Capital, Paul Schatz, à Yahoo Finance Live. “Si votre action rebondit sur de mauvaises nouvelles, c’est un assez bon signe que les marchés ont absorbé et digéré et ont intégré les mauvaises nouvelles.”

9 h 33 HE: les actions stagnent alors que les investisseurs digèrent les bénéfices, révision à la baisse des prévisions du FMI

Voici où les principaux indices se négociaient lors de la cloche d’ouverture de mardi :

  • S&P 500 (^GSPC): +3,54 (+0,08%) à 4 395,23

  • bas (^ DJI): +92,77 (+0,27%) à 34 504,46

  • Nasdaq (^IXIC): -18,72 (-0,14%) à 13 332,36

  • Brut (CL=F): -3,38$ (-3,12%) à 104,83$ le baril

  • Or (CG=F): -22,50$ (-1,13%) à 1 963,90$ l’once

  • Trésorerie à 10 ans (^TNX): +4.3 bps pour un rendement de 2.9050%

9 h 08 HE: le FMI déclare que la guerre russo-ukrainienne entraînera un “ralentissement significatif” de l’économie mondiale

Le Fonds monétaire international (FMI) a déclaré que la reprise économique mondiale “ralentira considérablement” cette année en raison de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Le FMI a revu à la baisse les perspectives de croissance dans les pays d’Europe de l’Est, mais a également averti que des pays du monde entier seraient touchés par la perturbation des marchés des matières premières à la suite de la guerre. L’organisme international s’attend désormais à ce que le PIB mondial, une mesure de la croissance économique, augmente de 3,6 % en 2022 (une baisse par rapport à la projection de janvier de 4,4 %) et de 3,6 % supplémentaires en 2023 (également une baisse par rapport à la dernière projection de 3,8 %).

“Cette crise se déroule alors que l’économie mondiale était sur une voie de redressement mais ne s’était pas encore complètement remise de la pandémie de COVID-19”, a déclaré le conseiller économique du FMI, Pierre-Olivier Gourinchas.

La Russie a connu la plus forte dégradation dans le rapport du FMI, l’économie du pays devant maintenant se contracter de 8,5 % cette année (par rapport à la croissance de 2,8 % qu’elle avait projetée avant l’invasion).

8 h 58 HE: les mises en chantier augmentent, les permis de construire augmentent en mars

L’activité de construction résidentielle aux États-Unis a repris de façon inattendue le mois dernier, mais les mises en chantier de logements unifamiliaux ont chuté en raison de la hausse des taux hypothécaires.

Le département du Commerce a indiqué que les mises en chantier avaient enregistré une augmentation de 0,3 % en mars pour atteindre un taux annuel corrigé des variations saisonnières de 1,793 million d’unités le mois dernier. Les données de février ont été révisées à la hausse à un taux de 1,788 million d’unités par rapport aux 1,769 million d’unités précédemment déclarées. Les économistes de Bloomberg avaient prévu des mises en chantier glissant à un taux de 1 740 millions d’unités.

Les permis de construction de logements futurs ont augmenté de 0,4 % pour atteindre 1,873 million d’unités le mois dernier.

L’hypothèque à taux fixe sur 30 ans était en moyenne de 5,0 % au cours de la semaine terminée le 14 avril, le plus haut depuis février 2011, contre 4,72 % la semaine précédente, selon l’agence de financement hypothécaire Freddie Mac. sur ses plans de resserrement monétaire.

7 h 10 HE: contrats à terme sur actions proches de l’équilibre, le rendement du Trésor frôle 2,9%

Voici comment les principaux indices de référence se sont comportés mardi dans les échanges avant commercialisation :

  • Contrats à terme S&P 500 (FR=F): -2,75 points (-0,06%) à 4 384,00

  • Contrats à terme sur Dow (JM=F): -2,00 points (-0,01%) à 34 311,00

  • Contrats à terme Nasdaq (NQ=F): -18,25 points (-0,13%) à 13 889,50

  • Brut (CL=F): -1,59$ (-1,47%) à 106,62$ le baril

  • Or (CG=F): -5,00$ (-0,25%) à 1 981,40$ l’once

  • Trésorerie à 10 ans (^TNX): +0.00 bps pour un rendement de 2.8620%

18 h 13 ET lundi: les contrats à terme bondissent alors que la saison des résultats bat son plein

Voici les principaux mouvements sur les marchés avant la négociation des contrats à terme au jour le jour lundi :

  • Contrats à terme S&P 500 (FR=F): +14,25 points (+0,32%) à 4 401,00

  • Contrats à terme sur Dow (JM=F): +104,00 points (+0,30%) à 34 417,00

  • Contrats à terme Nasdaq (NQ=F): +59,50 points (+0,43%) à 13 967,25

  • Brut (CL=F): -0,77$ (-0,71%) à 107,44$ le baril

  • Or (CG=F): -4,90$ (-0,25%) à 1 981,50$ l’once

  • Trésorerie à 10 ans (^TNX): +3.4 bps pour un rendement de 2.8620%

Un commerçant travaille sur le parquet de la Bourse de New York (NYSE) à Manhattan, New York, États-Unis, le 11 avril 2022. REUTERS/Andrew Kelly

Alexandra Semenova est journaliste pour Yahoo Finance. Suivez-la sur Twitter @alexandraandnyc

Lisez les dernières actualités financières et commerciales de Yahoo Finance

Suivez Yahoo Finance sur Twitter, Instagram, Youtube, Facebook, tableau à feuilles mobileset LinkedIn

Leave a Comment