Revue des leçons de chimie par Bonnie Garmus – la bonne formule comique | fiction

ETtrès de temps en temps, un premier roman apparaît dans une rafale d’offres télévisées à la mode et de grands noms, et avant la fin du premier chapitre, vous faites un petit air-punch parce que pour une fois c’est tout à fait justifié. cours en chimie, de l’ancienne rédactrice Bonnie Garmus, est cette bête rare ; une histoire polie, drôle et stimulante, portant ses recherches avec légèreté mais avec confiance, et avec des phrases si élégamment tournées qu’il est difficile de croire que c’est un début.

Depuis le succès de Le pari de la reine et La Merveilleuse Mme Maisel, il y a eu un regain d’intérêt pour les histoires de femmes pionnières luttant pour faire leurs preuves dans des arènes traditionnellement masculines dans les années – fin des années 50 et début des années 60 – avant que le féminisme de la deuxième vague ne décolle. Elizabeth Zott, l’héroïne de cours en chimie, suit fermement leurs traces ; le livre fait également un clin d’œil à la redécouverte de la chef de la télévision Julia Child en tant que pionnière, et fait même écho Breaking Badest Walter White dans le mantra d’Elizabeth : “La chimie, c’est le changement.”

“Esprit sec”: Bonnie Garmus. Photographie: Dain Rhys Evans

Alors que le roman s’ouvre en 1961, Elizabeth est une mère célibataire de 30 ans et la star réticente et «déprimée en permanence» d’une émission de cuisine pour femmes au foyer appelée Supper at Six. De formation, elle est chercheuse en chimie, bien que sa carrière universitaire ait été fondée malgré son talent évident, et alors que le récit remonte 10 ans en arrière, nous comprenons pourquoi. Les femmes scientifiques sont considérées avec méfiance par leurs collègues masculins ; Dès ses premiers jours de premier cycle, Elizabeth a fait l’objet d’attaques contre sa réputation et sa personne, des plus graves – agression sexuelle et vol de son travail – à la misogynie quotidienne occasionnelle infligée par des personnes, y compris d’autres femmes, qui voient son indépendance et l’obstination comme une menace. Même lorsqu’elle retrouve son âme sœur, le chimiste nominé au prix Nobel Calvin Evans, leur bonheur est un aiguillon supplémentaire pour des rivaux jaloux et voué à ne pas durer.

Bien qu’elle prenne le concert télévisé pour payer les factures après avoir été licenciée de son institut de recherche, Elizabeth initie une révolution tranquille, utilisant sa plateforme pour parler directement à des millions de femmes au foyer de leur propre capacité de changement. La grande compétence de Garmus ici est de créer un roman richement comique autour d’un personnage complètement impassible et à qui des choses assez épouvantables arrivent : “Elle n’a pas été définie par ce qu’elle a fait, mais par ce que les autres ont fait.” La comédie existe dans l’écart entre le refus calme mais obstiné d’Elizabeth d’être moins qu’elle-même et la détermination de ceux qui l’entourent à la presser dans un moule acceptable.

Il y a, inévitablement, quelques défauts du premier roman : la perspective narrative sautille trop souvent, flânant avec des personnages mineurs alors que sa force réside dans la vie intérieure d’Elizabeth. Il y a un brin semi-magique-réaliste du point de vue du chien anormalement perspicace d’Elizabeth, que certains lecteurs peuvent trouver charmant et excentrique et d’autres quelque peu grinçants. Mais Garmus comprend l’importance d’une résolution satisfaisante ; si sa comédie de vengeance repose un peu trop sur la coïncidence, tout cela fait partie du monde Technicolor plus grand que nature qu’elle a créé. Il est facile de voir à quel point l’histoire se traduira facilement à l’écran, mais le vrai plaisir du roman réside dans l’esprit sec de l’écriture de Garmus.

Cours de chimie est publié par Doubleday (14,99 £). Pour soutenir la Gardien et observateur commandez votre exemplaire sur guardianbookshop.com. Des frais de livraison peuvent s’appliquer

Leave a Comment