Fleet récolte 20 millions de dollars pour permettre aux entreprises de gérer leurs appareils – TechCrunch

Fleet, une startup offrant un service qui aide à suivre et à gérer les appareils d’entreprise comme les ordinateurs portables, a annoncé aujourd’hui qu’elle avait levé 20 millions de dollars dans une série A dirigée par CRV avec la participation d’investisseurs providentiels, dont le PDG de GitLab, Sid Sijbrandij. Le PDG de Fleet, Mike McNeil, a déclaré que le nouveau capital – qui valorise l’entreprise à 100 millions de dollars après l’argent – ​​sera consacré à la mise à l’échelle de l’équipe de Fleet et à la création d’un ensemble de fonctionnalités de gestion des appareils “plus complet”.

La gestion des appareils des employés était déjà difficile pour les équipes informatiques, mais la pandémie a rendu la tâche encore plus difficile. Dans une récente enquête commandée par la plateforme de gestion des appareils Kandji, 95 % des professionnels de l’informatique ont cité le dépannage à distance, l’intégration et diverses formes de sécurité comme des obstacles au succès. C’est peut-être la raison pour laquelle, selon un autre sondage réalisé par Deloitte, la grande majorité (84 %) des entreprises estiment ne pas disposer d’un système de gestion des appareils « vraiment efficace ».

Fleet vise à résoudre les problèmes courants avec une «plate-forme de visibilité» qui gère non seulement les ordinateurs portables, mais aussi l’infrastructure informatique, comme les appareils et les serveurs de l’Internet des objets (IoT). Le produit de la société agit comme une source de vérité pour les données de l’appareil, permettant aux équipes de voir la santé d’une batterie d’ordinateur portable, par exemple, ou si un fichier a été modifié de manière inattendue sur un serveur de production.

« La flotte permet aux équipes — ingénierie de la sécurité, réponse aux incidents, informatique, service d’assistance, conformité, gestion des vulnérabilités [and more] – poser des questions sur leurs appareils et obtenir des réponses », a déclaré McNeil. « Certaines organisations ont créé leur propre solution de type Fleet à partir de zéro pour éviter la dépendance vis-à-vis d’un fournisseur et leur permettre de modifier le produit selon les besoins. Mais ensuite, ils sont coincés avec l’entretien. Fleet permet aux équipes de créer leurs propres solutions de sécurité et informatiques de bricolage pour tirer le meilleur parti des deux mondes. »

Origines open source

Fleet est né d’un projet open source appelé Osquery qui a été créé par le CTO Zach Wasserman en collaboration avec Mike Arpaia, partenaire de Moonfire Ventures. Wasserman était ingénieur logiciel dans l’équipe de sécurité de Meta (anciennement Facebook) et a cofondé deux sociétés, Kolide et Dactiv, avant de s’installer chez Fleet. Arpaia a précédemment dirigé des équipes de développement de logiciels chez Etsy avant de rejoindre Meta et d’aider Wasserman à cofonder Kolide.

Arpaia et Wasserman ont développé Osquery chez Meta pour améliorer l’analyse du système d’exploitation interne du réseau social. Les deux aux côtés de Jason Meller, le PDG de Kolide, ont intégré Kollide comme rampe de lancement pour Fleet, une version d’Osquery adaptée aux environnements d’entreprise. Mais l’attention de la direction de Kollide s’est finalement déplacée de Fleet vers son offre de logiciel en tant que service distincte et axée sur l’utilisateur.

Après avoir quitté Kolide, Wasserman a continué en tant que responsable de la maintenance de Fleet et s’est associé à McNeil pour commercialiser le projet sous une nouvelle bannière d’entreprise : Fleet Device Management, Inc.

Gestion des appareils à partir du panneau de contrôle de Fleet. Crédits image : Flotte

Avec Fleet, les utilisateurs peuvent envoyer des instantanés des données de l’appareil à des plates-formes existantes telles que Snowflake, Splunk, Elastic et SumoLogic. Fleet – qui ne stocke pas les données des clients, selon McNeil – peut surveiller une gamme de changements d’environnement, y compris lorsqu’une application ou une extension sans licence est installée sur un ordinateur portable.

Fleet est inspectable et modifiable, et tout le code source du service est disponible publiquement sur GitHub, y compris les fonctionnalités payantes du plan entièrement géré de Fleet.

“Si une équipe a besoin d’un changement, elle peut demander une fonctionnalité ou simplement apporter le changement elle-même et l’essayer, puis soumettre une demande d’extraction pour partager le code avec d’autres utilisateurs”, a déclaré McNeil. “Prêt à l’emploi, chaque fonctionnalité de Fleet est programmable et disponible via une API REST et des webhooks, qui sont utiles pour l’automatisation personnalisée avec des outils ou des plates-formes internes comme Jira, Zendesk et Tines.”

Base d’utilisateurs croissante

Fleet a des concurrents à Balena, les assiégés Particle et Sternum, qui se spécialisent dans la gestion des appareils IoT à l’échelle de l’entreprise. La société est également en concurrence avec des plates-formes de gestion d’appareils centrées sur la sécurité comme Axonius, qui a récemment levé 100 millions de dollars pour une valorisation de 1 milliard de dollars. Les géants de la technologie comme Google et Apple proposent leurs propres solutions, il convient également de le noter, bien que confinées à leurs systèmes d’exploitation et matériels respectifs.

Markets and Markets estime que le marché de la gestion des appareils mobiles passera de 5,5 milliards de dollars en 20221 à 20,4 milliards de dollars d’ici 2026. L’expansion a été stimulée en partie par une hausse du marché plus large des services open source, qui, selon Markets and Markets, s’étendra à 50 milliards de dollars pour la même année.

McNeil souligne la taille de la base d’utilisateurs de Fleet comme preuve du succès de l’entreprise face à ses rivaux. Plus de 1,65 million d’appareils sont actuellement sous gestion, certains de clients tels que Dropbox et Gusto.

“L’ensemble de fonctionnalités de Fleet est unique, mais il fonctionne bien pour combler les lacunes des solutions de gestion des appareils mobiles comme Jamf et des outils de sécurité comme Rapid7, Crowdstrike ou CarbonBlack”, a ajouté McNeil. “Fleet comble le fossé de la foi aveugle. La plate-forme est une source de vérité unique, faisant autorité et conviviale pour les développeurs pour toutes les données des appareils, des serveurs aux ordinateurs portables, sur n’importe quel système d’exploitation.

À ce jour, Fleet, qui compte 16 employés, a levé 25 millions de dollars. La société espère presque doubler ses effectifs à 40 d’ici 2023 en mettant l’accent sur les rôles d’ingénierie logicielle.

Leave a Comment