Quels livres Adriana Trigiani garde sur ses étagères et près de son lit

J’ai tous les livres d’Edna Ferber : « So Big », « Giant », etc. Quelques-uns sont signés dans son style cursif royal. Ne me lancez pas sur l’écriture manuscrite ! Ses autobiographies, “A Peculiar Treasure” et “A Kind of Magic”, n’étaient pas des best-sellers mais auraient dû l’être. Tout ce qu’elle a écrit alors compte maintenant. À son retour d’un voyage en Europe dans les années 1930, elle écrivit sur les dictateurs “clowns”, dont Hitler, considéré comme une blague. Les grands écrivains peuvent voir dans l’avenir. Méfiez-vous des clowns.

J’étais un lecteur constant. “Voracious” ne le cloue pas parce qu’il implique l’enthousiasme ou l’animation. J’ai disparu dans les livres. Ma mère était une bibliothécaire qui m’a appris à vénérer les livres. À la maison, je me souviens de « Les elfes et le cordonnier », avec des images d’Hilda Miloche, et de « Le livre de la connaissance », l’encyclopédie d’enfance de mon père dans les années 1940. Ma mère a donné à ma fille “Strega Nona”, de Tomi DePaola, quand elle est née.

La première chose que nous avons faite en famille à Big Stone Gap, en Virginie, a été de nous inscrire pour nos cartes de bibliothèque sur le bibliobus du comté de Wise. M. Varner, le bibliothécaire, nous a permis de nous asseoir sur les tabourets à pression aussi longtemps que nous le souhaitions. Les livres étaient derrière de larges bandes élastiques pour qu’ils ne tombent pas des étagères lorsqu’il parcourait les routes de montagne sinueuses. Il recommande les divines « Charlotte’s Web » d’EB White, « Too Many Mittens » de Louis et Florence Slobodkin (on ne parle pas assez de ce maître illustrateur !), « Pippi Longstocking » d’Astrid Lindgren et « Theatre Chaussures », par Noel Streatfield.

Ernestine Roller, ma bibliothécaire au primaire et au collège, m’a fait découvrir “I Capture the Castle” de Dodie Smith, “Fifteen” de Beverly Cleary, “Harriet the Spy”, de Louise Fitzhugh, et la série Bobbs-Merrill “Childhood of Famous Americans”. .” J’aime penser que je les ai tous lus – comment pourrais-je vous parler autrement de l’enfance de Babe Didrikson Zaharias? Mon pote Douglas Brinkley le pouvait parce qu’il était aussi obsédé que moi par cette série. Bien sûr, j’en ai fait une carrière d’historien, tout en retenant à quel point l’athlète Jim Thorpe aimait ses œufs. Le niveau intermédiaire se lit comme suit : “Bless the Beasts & Children”, de Glendon Swarthout, et “The Doctor’s Quick Teenage Diet” du Dr Irwin Maxwell Stillman et Samm Sinclair Baker (boire beaucoup d’eau et manger des hot-dogs sans le pain).

Billie Jean Scott, la bibliothécaire de mon lycée, m’a autorisé à accéder aux piles de magazines. J’aurais dû lire Tiger Beat, mais je préférais Life, Time and Look des années 1940. Elle a recommandé “Spencer’s Mountain”, d’Earl Hamner Jr., et “The Trail of the Lonesome Pine”, de John Fox Jr.

Lorsque la bibliothèque publique a ouvert ses portes à Big Stone Gap, j’ai été captivé par « They Had Faces Then », de John Springer et Jack D. Hamilton. Cette compilation de stars de cinéma hollywoodiennes des années 1930 était rarement sur les étagères car je la consultais constamment. La dernière fois que j’ai visité la bibliothèque, par curiosité, je suis allé à sa recherche. La dernière personne à le vérifier, c’est moi.

Si je comprends bien cette question, c’est essentiellement un double rendez-vous que je prépare ici. Alors, je vais botter mon mari pour le parolier Oscar Hammerstein II (que je trouve très attirant). Nous dînions avec ses contemporains : le dramaturge et critique George S. Kaufman et la romancière Edna Ferber à ma table de cuisine. Je ferais des spaghettis avec une sauce traditionnelle et ajouterais la bracciole de ma mère. Bon vin car ces trois-là sauraient faire la différence. Fondant au chocolat pour le dessert de “Candy Hits”, de ZaSu Pitts. Nous discuterions de “George S. Kaufman et ses amis” de Scott Meredith. J’ai trouvé ce magnifique cale-porte sur la vie à l’âge d’or du théâtre américain dans la bibliothèque de la Milbank House, une pension de Greenwich Village où j’ai vécu lorsque j’ai déménagé pour la première fois à Manhattan. La bibliothèque avait été offerte par Irving Berlin. J’imaginais que Berlin avait lu tous les livres avant de les donner, alors ils semblaient magiques. En fin de compte, ils l’étaient.

Leave a Comment