Un nouveau livre recueille des voix critiques sur l’éducation spéciale – Campus Life – Kamloops

Le nouveau livre de Kim Calder Stegemann et Nan Stevens, Le parcours de l’institution à l’inclusion : l’histoire de l’éducation spéciale pour les enfants ayant des capacités différentes dans la région de Kamloops-Thompson 1800-2021jette un regard important sur la façon dont l’éducation des élèves aux capacités diverses a évolué au fil du temps – de l’institutionnalisation à un système éducatif qui répond aux divers besoins d’apprentissage des enfants.

L’élan du livre

Nouveau livre de Kim Calder Stegemann et Nan Stevens.

“Le grain d’une idée a commencé il y a environ trois ans”, explique Calder Stegemann, professeur émérite TRU. «La professeure associée Nan Stevens, ma collègue de l’époque, et moi étions à l’École d’éducation, et nous étions toutes les deux impliquées dans l’éducation spéciale et présentions et rédigions des articles sur l’inclusion. À l’époque, il y avait une très forte poussée en faveur du mouvement d’inclusion totale, qui consiste à placer chaque élève ayant un handicap ou des capacités diverses dans une classe d’enseignement général. Bien que l’éducation inclusive soit importante, elle pourrait ne pas fonctionner pour tous les élèves, tout le temps. »

Alors que le mouvement d’inclusion totale gagnait du terrain, les districts scolaires du Canada fermaient également leurs salles de ressources : des espaces désignés où un programme d’éducation spéciale pouvait être offert à un élève aux capacités diverses, soit individuellement, soit en petit groupe.

« Nan et moi avons été dans des salles de classe, nous connaissons donc les réalités. Une taille unique ne convient pas à tous », déclare Calder Stegemann. “Nous avons également tous les deux une expérience personnelle avec des enfants aux capacités diverses, nous avons donc estimé que des méthodes d’éducation alternatives doivent être disponibles pour les élèves qui ont des difficultés dans les salles de classe générales.”

Malgré des budgets réduits, plusieurs écoles du district scolaire de Kamloops-Thompson ont continué à fournir des salles de ressources, préservant ainsi les niveaux de service requis pour les élèves ayant des besoins spéciaux.

« Notre district était l’un des seuls districts scolaires à conserver des salles de ressources où les élèves souffrant de déficiences ou de comportements graves pouvaient apprendre dans un environnement plus adapté à leurs besoins », explique Calder Stegemann. « Alors, nous avons pensé que nous ferions un livre qui se penche sur l’histoire de l’éducation spéciale dans notre région, pour culminer avec ce qui se passe encore aujourd’hui dans notre district. Nous voulions pouvoir mettre en valeur ou montrer à quel point notre quartier est unique.

voix cruciales

Pour avoir une perspective sur les expériences des gens en éducation spécialisée, Lena Stengel, ancienne de TRU, a interviewé des membres locaux de la BC Retired Teachers’ Association, des administrateurs scolaires, des enseignants, des éducateurs, des assistants d’enseignement, des parents et des élèves. Stengel a reçu une bourse du programme Undergraduate Research Experience Award en 2019 pour travailler sur le projet.

« Nous sommes vraiment reconnaissants du travail de Lena », déclare Calder Stegemann. « C’est laborieux d’interviewer les gens, mais nous étions vraiment convaincus que nous voulions ces voix dans nos chapitres. Nous avons inclus la liste des contributeurs dans chaque chapitre afin que les personnes interrogées, même si leurs citations n’apparaissent pas dans le texte, soient répertoriées avec leur rôle.

Point de vue autochtone

Malheureusement, en raison des difficultés causées par la COVID-19 et d’autres circonstances imprévues, l’équipe de rédaction n’a pas pu discuter avec les membres de la communauté Secwépemc de l’éducation spécialisée.

« Nous voulions inclure une perspective autochtone, car nous voulions vraiment savoir comment les besoins spéciaux, ou les personnes ayant des capacités différentes, sont traités dans les communautés autochtones », explique Calder Stegemann. « Nous avons embauché des étudiants autochtones de TRU pour interroger des Aînés et d’autres membres de la communauté, mais malheureusement nous n’avons pas pu avoir cette perspective.

Au lieu de cela, Mike Bowden, directeur du district SD63 de l’éducation autochtone, donne un aperçu dans l’avant-propos du livre.

« Mike parle un peu de certains des défis et des problèmes liés à l’éducation spéciale dans les communautés autochtones, mais nous espérons qu’à un moment donné, la communauté Secwépemc racontera sa propre histoire », déclare Calder Stegemann.

Le livre est disponible à la librairie TRU.

Leave a Comment