Certains au Nunavut demandent où est passé l’argent de la société minière

IQALUIT-

Une entreprise qui gère la plus grande exploitation minière du Nunavut affirme avoir accordé des dizaines de millions de dollars de contrats à des entreprises inuites du hameau de Sanirajak, mais certains résidents disent ne pas savoir où est allé cet argent.

Une note de service du 18 octobre 2021 de Baffinland Iron Mines, qui exploite la mine de minerai de fer Mary River près de Pond Inlet, résume l’engagement communautaire avec ses voisins.

Une section de la note de service met en évidence les avantages directs pour Sanirajak, un établissement d’environ 850 personnes, dont 42,9 millions de dollars accordés à des entreprises inuites depuis 2018.

Baffinland a déclaré à La Presse canadienne dans un communiqué qu’il ne pouvait pas fournir de détails sur l’argent, y compris les noms de ses sous-traitants à Sanirajak, car ses contrats commerciaux sont confidentiels.

Il a bien dit que les 42,9 millions de dollars étaient “engagés”, mais que tout n’a pas été dépensé. La société a déclaré que le chiffre représente la valeur des contrats attribués aux entreprises inuites pour des travaux sur ses sites de Mary River et de Milne Inlet, la plupart des coûts étant la main-d’œuvre, les matériaux, l’équipement ou les installations.

“Le bénéfice de l’entrepreneur ne représente qu’une partie du chiffre de 42,9 millions de dollars”, a-t-il déclaré.

Baffinland a ajouté qu’il définit une entreprise inuite dans une entente avec la Qikiqtani Inuit Association, le groupe qui représente les Inuits de la région de Baffin et agit à titre de propriétaire de la société minière.

L’accord stipule qu’une entreprise inuite doit exercer la majorité de ses activités dans la région du Nunavut et être inscrite auprès de Nunavut Tunngavik Inc., l’organisme de revendications territoriales qui représente les Inuits du Nunavut et tient un registre de toutes les entreprises inuites du territoire.

La Presse canadienne a posé des questions à la Qikiqtani Inuit Association mais n’a pas reçu de réponse.

Nunavut Tunngavik Inc. a déclaré classer les entreprises inuites comme des organisations dont 51 % des actions avec droit de vote sont détenues par des Inuits, une coopérative contrôlée par des Inuits ou une entreprise individuelle inuite.

Le registre répertorie trois entreprises inuites à Sanirajak : Pilitak Enterprises Ltd., une entreprise de construction; la coopérative Sanirajak; et Pirursiak Arctic Tours.

Annie-Claude Gelinas, directrice de Pilitak, a déclaré dans un courriel que l’entreprise n’avait jamais fait affaire avec Baffinland.

Joyce Arnardjuak, directrice de Pirursiak, a déclaré qu’elle n’avait pas non plus fait affaire avec la société minière.

Nick Snider, directeur général de la coopérative, a déclaré dans une entrevue que la coopérative aide à faire la navette entre les employés et les plans de Baffinland et a dépensé 60 000 $ en paniers de nourriture communautaire distribués par Baffinland.

Mais cela ne se rapproche pas des près de 43 millions de dollars.

“Il n’y a pas de somme aussi importante qui passe par nous”, a déclaré Snider.

La société minière verse de l’argent tous les trimestres à la coopérative en fonction du nombre d’employés de la communauté qui travaillent pour la mine, a-t-il déclaré.

“C’était environ 16 000 $ ou quelque chose comme ça par trimestre”, a-t-il déclaré.

Snider a déclaré que Baffinland contribue beaucoup à la communauté et est le plus gros employeur de Sanirajak. Environ 70 personnes travaillent à la mine.

Dora Anguilianuk, l’une des trois actionnaires inuits de Pilitak Enterprises, a déclaré qu’elle ne pouvait signaler aucune affaire conclue avec Baffinland.

“Je n’en ai aucune idée, car je n’ai jamais rien eu à voir avec Baffinland”, a-t-elle déclaré.

Anguilianuk a déclaré qu’elle était responsable de la supervision du personnel inuit.

“Quand il y a des projets en cours, je m’occupe surtout des filles dans la cuisine, les femmes de ménage”, a-t-elle déclaré.

Elle a dit qu’elle ne pouvait pas dire combien elle recevait de Pilitak en tant qu’actionnaire, mais qu’elle recevait l’argent une fois par an.

Les actionnaires ont des réunions annuelles pour discuter des projets à venir, a-t-elle déclaré.

“Nous discutons essentiellement des projets qui ont eu lieu cette année-là et des choses qui seront travaillées dans les communautés.”

Anguilianuk a déclaré que l’entreprise avait du mal à recruter et à retenir du personnel inuit.

“Parfois, il est vraiment difficile de trouver des gens ici”, a-t-elle déclaré.

Joelie Kaenerk, qui représente Sanirajak à l’Assemblée législative du Nunavut, a félicité Baffinland pour son engagement auprès de la communauté.

“Au cours des dernières années, je crois que Baffinland s’en sort très bien avec ses tournées d’information communautaires”, a-t-il déclaré.

Mais il a ajouté qu’il n’avait pas vu des millions de dollars de Baffinland entrer dans la communauté.

“Je n’ai pas vu ces 42 millions de dollars moi-même”, a déclaré Kaenerk, qui a ajouté qu’il prévoyait de soulever la question à l’Assemblée législative.

La société minière a proposé d’étendre ses opérations en doublant sa production et en construisant un chemin de fer vers la mer. Cette proposition est actuellement devant la Commission du Nunavut chargée de l’examen des répercussions et une décision est attendue en mai.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 29 avril 2022.

Cette histoire a été produite avec l’aide financière de Meta et Canadian Press News Fellowship

Leave a Comment