La France cachée : pourquoi je suis tombée amoureuse de la paisible et pittoresque Auvergne | vacances françaises

J‘ironie de visiter une chapelle de la peste du XVIIe siècle au milieu d’une pandémie du XXIe siècle ne m’a pas échappé lorsque j’ai enfilé mon masque, désinfecté mes mains et pénétré dans la fraîcheur d’une petite église. Il a été construit en 1628 pour que les affligés puissent venir prier séparément des villageois de Saint-Haon-Le-Châtel, mais s’il servait maintenant le même but pour les villageois souffrant de Covid, c’était un soulagement de le trouver vide.

Il en va de même pour ce coin d’Auvergne : Le Roannais était paisible et vide de touristes. Et, comme cet été sera les premières vacances à l’étranger pour beaucoup après deux ans de limitations, c’est l’endroit idéal pour s’évader de tout, en particulier de la menace persistante de Covid qui rend les foules désagréables.

L’Auvergne est l’une des régions les moins peuplées d’Europe, et Le Roannais est une tapisserie de vignobles et de villages dorés et verts entre les villes de Roanne et Vichy. Je savais que l’Auvergne était une terre de volcans, de parcs régionaux spectaculaires et de très peu de monde, mais en 16 ans d’écriture sur la France, cette tranche de douce campagne vallonnée et de hautes collines boisées presque au centre de la France a été une révélation complète.

Après nous être installés dans notre Airbnb près de la ville de Renaison – une maison appartenant probablement à la famille la plus accueillante et la plus généreuse que j’aie jamais rencontrée en France – nous nous sommes aventurés dans le réservoir local pour voir sa plus grande renommée : l’arbre le plus haut en France. “Comment savent-ils que c’est le plus grand ?” ont interrogé les enfants. “Aucune idée”, avons-nous admis, alors que nous nous promenions le long du chemin ensoleillé sous les grands sapins de Douglas jusqu’au célèbre arbre, un imposant 66 mètres de haut. Il a été planté aussi récemment qu’en 1892, lorsque le barrage de Chartrain avait été construit pour créer le réservoir. Bien sûr, ce n’était pas un séquoia de Californie de 700 ans et de 100 mètres, mais avoir gagné en moyenne 27 cm par an n’allait pas mal ; peut-être a-t-il simplement prospéré tranquillement dans cet environnement paradisiaque. Après avoir dévalé la berge pour contempler son tronc, nous avons marché pour traverser le sommet du barrage alors que les martinets tourbillonnaient au-dessus de nous et que le réservoir reflétait la forêt environnante comme un miroir.

Un arbre géant peut remporter le titre de recordman, mais ce sont les villages médiévaux de la région qui ont remporté le concours de beauté, avec leurs maisons à pans de bois tordues, leurs fleurs abondantes et leurs églises aux toits de tuiles colorées que vous voyez également en Bourgogne. Nous avons craqué pour Le Crozet et Ambierle, ainsi que Saint-Haon-Le-Châtel, où nous avons déambulé dans les ruelles, la teinte ambrée des immeubles réchauffant le soleil de fin d’après-midi. Nous nous sommes démarqués par les remparts regardant à travers le paysage vallonné, s’étendant vers le parc national du Morvan en Bourgogne, et je me suis senti déconcerté par la raison pour laquelle personne ne vient ici.

Collines verdoyantes et montagnes d’Auvergne. Photographie : Bobby Bogren/Alamy

Bien que la beauté des villages et du paysage ait été une surprise, j’avais eu le pressentiment que nous allions bien manger et boire. La capitale gastronomique de la France est Lyon à l’est, et la principale ville d’Auvergne, Roanne, abrite la dynastie culinaire Troisgros : la famille gère un restaurant trois étoiles Michelin et deux restaurants plus décontractés. Ils soutiennent des dizaines de fournisseurs locaux, dont le vignoble Domaine Sérol de Renaison – l’un des nombreux vignobles de la Côte Roannaise – aujourd’hui dirigé par la huitième génération de la famille Sérol. Les cépages gamay de la région créent des vins faciles à boire similaires à ceux du Beaujolais. Nous avons visité le domaine des Sérols, qui se trouve en haut de la colline au-dessus de Renaison, puis avons baissé nos masques pour siroter leurs rouges et rosés légers avant d’arracher des bouteilles pour environ 8 € la pop.

Nous nous sommes approvisionnés pour des dîners en plein air aux Halles de Renaison, un petit mais excellent marché alimentaire avec tout, d’une gamme technicolor de fruits et légumes à de la viande succulente. Pour fromages, nous avons choisi Mons Cheesemongers, qui a une réputation mondiale et ses propres points de vente à Londres. Nous avons l’eau à la bouche devant l’étal de chocolatier François Pralus, un local dont boulanger père a inventé le décadent praluline, une brioche au beurre généreusement parsemée des pralines enrobées de sucre rose signature de la région. Le très récompensé Père Pralus pensait que son fils les ruinerait en devenant chocolatier – mais il lui a prouvé le contraire. Il a désormais des boutiques dans toute la France et son Balayer l’enfer dans diverses saveurs est la confiserie la plus délicieuse que j’aie jamais goûtée.

Les collines qui surplombent Le Roannais – Les Monts de la Madeleine – étaient parfaites pour se dégourdir les calories. Le jour le plus chaud, nous nous sommes promenés à l’ombre des chênes et des hêtres dans les Gorges du Désert, en suivant une cascade qui jaillit habituellement d’eau mais qui n’était qu’un filet dans la chaleur estivale. Nous sommes sortis des arbres du sommet pour profiter de vues fabuleuses jusqu’aux Alpes (par temps clair), puis nous sommes descendus dans le village de Saint-Alban-les-Eaux, célèbre pour son eau minérale. Un autre jour, nous nous sommes aventurés plus loin dans le parc régional du Livradois-Forez, pour nous promener dans les bruyères pourpres et les ânes dans les enclos. Le belvédère promettait d’apercevoir le Mont Blanc à l’horizon, et bien qu’il soit perdu dans la brume, le panorama était toujours époustouflant.

village avec vignes
Village d’Ambierle avec vignobles de la Côte Roannaise. Photographie : imageBROKER/Alamy

Alors que le Roannais a été apprivoisé par ses vignobles et ses fermes, le parc régional du Livradois-Forez est une perspective tout à fait plus sauvage, ses forêts de pins denses parsemées de prairies et de landes et de petits hameaux. Sa plus grande ville, Thiers, ne compte que 11 000 habitants, divisés par deux depuis le début du XXe siècle, mais c’est la capitale française de la coutellerie. En cours de route, je m’arrêtais pour le déjeuner pour déguster une gourmandise étroitement liée au métier : la saucisse aux choux d’Arconsat. Dans la cosy Auberge de Montoncel, Jean-Louis Garret – Grand Maître de la Confrérie de la Saucisse aux Choux – expliquait comment, au XIXe siècle, la moitié de la population ouvrière de la ville colportait des couteaux de porte en porte. L’un de ces colporteurs s’est rendu jusqu’en Grèce, s’est pris d’une passion pour la saucisse d’agneau et de chou locale et a ramené l’idée de faire la sienne. À la mi-novembre, la fête de la saucisse aux choux attire pas moins de 1 700 personnes. Jean-Louis le sert avec une sauce à base du fromage signature du parc, la fourme d’Ambert. C’est riche et copieux, le chou à l’intérieur lui donne du mordant, nourriture idéale pour les couteliers comme pour les marchands ambulants de Thiers.

Au début du 20ème siècle, il y avait 18 ateliers de couteaux dans la vallée des Rouets, leurs meules alimentées par des moulins à eau sur la rivière Durolle. Pour se donner le meilleur contrôle sur les roues de pierre à rotation rapide, le émouleurs – les hommes façonnant des morceaux de métal grossièrement taillés en lames – étaient allongés sur le front en rangées. En hiver, leurs chiens s’asseyaient sur leurs pattes pour se réchauffer. De cette position, ils pouvaient façonner une lame en une minute. Bien que la mécanisation ait conduit à la fin de cette technique, Thiers possède toujours un commerce de couteaux florissant, ainsi qu’un petit musée et des ateliers où les visiteurs peuvent observer les designers d’aujourd’hui au travail.

homme tenant un couteau à manche en bois
Coutellerie Néron à Thiers. Photographie : Emmanuel Lattes/Alamy

La ville bourdonnait de plus de monde que je n’en avais vu en une semaine, se pressant autour de la douzaine de magasins de la ville et achetant des couteaux de poche, des couteaux de chef, des couteaux de chasse, des rasoirs et des couverts élégants. Après un coup d’œil dans la boutique la plus renommée, Coutellerie Chambriard, où la quatrième génération de la famille conseille désormais les clients sur le couteau qui correspond exactement à leurs besoins, j’ai erré dans les ruelles médiévales sous les imposantes façades en bois entrecroisées. La fin de la rue principale regarde à travers la vallée vers la Chaîne des Puys, la rangée de volcans éteints pour laquelle l’Auvergne est la plus célèbre. En contrebas, la Vallée des Usines était autrefois un pôle industriel florissant, mais aujourd’hui, les fabriques de couteaux sont vides et prêtes à se développer. Le plus célèbre, le Creux de l’Enfer a déjà été transformé en centre d’art contemporain.

Si les fabriques de couteaux manquent de glamour, j’ai trouvé le contraire à Vichy, à une heure de route. Célèbre pour ses sources d’eau minérale, la ville connut son apogée sous le règne de Napoléon III. Ses myriades de styles architecturaux se combinent pour créer une œuvre de beauté – de la façade art nouveau de l’ancien casino à l’extraordinaire dôme et tour de l’église art déco. Quand je suis arrivé, il n’y avait que quelques personnes assises à l’ombre des allées couvertes ornées qui relient le spa, l’opéra et l’ancien casino. Mais je ne pouvais pas m’empêcher de me demander si, même en dehors des temps de Covid, son passage de quatre ans en tant que siège du gouvernement collaborationniste du maréchal Pétain pendant la Seconde Guerre mondiale avait fait pour sa réputation. Ma guide Alla secoue vigoureusement la tête à la suggestion : « Nous avons 2 000 ans d’histoire ici. Pourquoi quatre ans ruineraient-ils cela ?

La buvette à Vichy.
La buvette à Vichy. photographie: Alamy

Elle a raison. Vichy offre un pur délice à chaque tournant : alors qu’elle me conduisait au bord de la rivière, à travers des parcs dominés par des villas élaborées et dans le spa pour tester les cinq sources minérales, j’étais ravi. Même les trottoirs sont incrustés d’un motif en mosaïque des rouges, blancs et bleus emblématiques de la ville. Mais l’opéra est le morceau de Résistance – avec son décor d’or et d’ivoire, son plafond orné exquis et son toit en coupole dans le salon attenant.

Avec moins de visiteurs, nous avons savouré la paix et espéré – de manière tout à fait égoïste – que la prochaine fois que nous viendrons à Vichy, et même au Roannais, nous pourrions à nouveau tout avoir pour nous.

Les vacances ont été réservées via Airbonb. Plus d’hébergement et des informations sur la région sont disponibles sur roannais-tourisme.com.la la famille a pris l’Eurotunnel et sur le chemin a séjourné à la bulle 8 dans Éperney, (à partir de €une50 par nuitsawdays.co.uk), et Les Chambres d’Aumont près d’Amiens (à partir de €dix5 Chambres d’hôtessawdays.co.uk).

Leave a Comment