Après des semaines d’humidité, les conditions de sécheresse s’atténuent dans certaines parties des Prairies

Steve Donald a un mot pour résumer l’état actuel de sa ferme du sud-est de la Saskatchewan :

“Boue.”

Le producteur de céréales et de bétail de 42 ans près de Moosomin, en Saskatchewan. — à un peu plus de 200 kilomètres à l’est de Regina — dit que les tempêtes de neige printanières répétées ont retardé l’ensemencement sur ses terres. Mais il est optimiste que l’humidité supplémentaire fournira suffisamment de nourriture et d’eau pour son bétail, et de meilleures conditions de croissance.

“Nous n’avions aucune humidité du sous-sol avant le gel”, a déclaré Donald. “Maintenant, avec la quantité de neige que nous avons eue tout l’hiver, plus ce que nous obtenons maintenant… c’est parfait.”

Il espère maintenant que le temps va se dessécher et se réchauffer, ce qui faciliterait grandement la mise bas.

Donald espère que l’excès d’humidité signifiera plus de nourriture et d’eau pour son bétail. (Soumis par Steve Donald)

Trevor Hadwen, spécialiste de l’agroclimat à Agriculture et Agroalimentaire Canada, affirme que la sécheresse s’est propagée dans l’Ouest canadien au cours des cinq dernières années environ, le Manitoba et la Saskatchewan ayant connu le pire l’été dernier.

Cette année, dit-il, le contraste en Saskatchewan est perceptible.

“La province semble être divisée en deux, les régions de l’est faisant beaucoup mieux que l’an dernier et les régions de l’ouest toujours aux prises avec la sécheresse”, a-t-il déclaré. “Ces dernières tempêtes ont vraiment changé les perspectives pour … le sud-est.”

Le moniteur de sécheresse d’Agriculture et Agroalimentaire Canada montre qu’une grande partie de la moitié est de la province était en «sécheresse modérée» – ou une sécheresse sur cinq ans – au 31 mars. Une grande partie de la moitié ouest, quant à elle, reste en ” sécheresse « sévère » à « extrême » — conditions observées seulement une fois tous les 10 à 20 ans.

Une grande partie de l’est de la Saskatchewan est classée comme ayant des conditions de sécheresse « modérées », tandis que la moitié ouest est toujours en situation de sécheresse « grave » à « extrême ». (Agriculture et Agroalimentaire Canada)

“Cette zone va être retardée en termes de récupération de pâturages; en termes de disponibilité d’aliments pour le bétail”, a déclaré Hadwen. “Ils vont avoir besoin de pluie continue pendant la période estivale.”

Une version mise à jour de la carte de la sécheresse est attendue dans la première semaine de mai.

Trevor Hadwen, d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, affirme que toutes les régions de la province ne bénéficient pas d’un excès d’humidité. (Richard Agecoutay/CBC)

John Pomeroy, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les ressources en eau et les changements climatiques à l’Université de la Saskatchewan, affirme que la sécheresse dans le sud-est de la Saskatchewan est terminée.

Il faut des centaines de millimètres d’eau pour inverser la sécheresse, mais cela peut arriver, dit-il.

Pomeroy a noté que des conditions plus fraîches dans le sud-est pourraient retarder l’ensemencement cette saison, mais cela devrait aider à long terme à reconstituer l’humidité du sol profond perdue au cours des dernières années.

“Personne n’a perdu une récolte pendant un mois d’avril froid”, a déclaré Pomeroy. “Ce qu’il y a d’humidité sera disponible en mai et juin quand nous en aurons besoin.”

John Pomeroy, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les ressources en eau et les changements climatiques à l’Université de la Saskatchewan, affirme que la sécheresse dans le sud-est de la Saskatchewan est terminée. (Erin Collins/CBC)

Tout espoir n’est pas perdu pour la moitié ouest de la province.

Pomeroy note que des accumulations de neige “énormes” dans les montagnes Rocheuses mesurant deux mètres – avec des dérives aussi profondes que cinq mètres – n’ont pas encore commencé à fondre.

Une fois qu’ils commenceront à fondre en été, ils rempliront les rivières des Prairies, fournissant “suffisamment” d’eau aux agriculteurs et aux centrales hydroélectriques, a déclaré Pomeroy.

Les inondations sont préoccupantes alors que les tempêtes se poursuivent

Alors que l’humidité est la bienvenue pour certains, c’est trop pour d’autres.

Un faible impact du Colorado sur certaines parties du Manitoba ce week-end pourrait apporter jusqu’à 80 millimètres de pluie. Dans le pire des cas, cela pourrait faire monter la rivière Rouge à des niveaux supérieurs à ceux observés en 2009 – la pire inondation depuis ce que l’on a appelé «l’inondation du siècle» en 1997.

Un avis d’inondation de surface a également été émis par la Water Security Agency de la Saskatchewan pour les zones du sud-est le long de la rivière Antler et de ses affluents.

Le temps plus chaud ce week-end en Saskatchewan pourrait faire fondre la neige rapidement, entraînant des inondations sur les terres agricoles et sur les routes.

L’agence a conseillé aux gens de rester à l’écart de toutes les voies navigables avec de l’eau en mouvement rapide.

Leave a Comment