Lettres du 30 avril : Pénurie de médecins de famille ; frais de logement et médecins; pizza et hot-dogs dans les écoles

Mieux vaut mourir rapidement que d’attendre les soins de santé

Island Health devrait peut-être nous fournir des capsules de cyanure lorsque nous tombons gravement malades. De cette façon, nous pouvons mourir rapidement à la maison, plutôt que de mourir lentement alors que nous sommes alignés dans le froid et la pluie à l’extérieur d’un centre de soins d’urgence et primaires.

Bruce Chambers
La victoire

Les incitations gouvernementales peuvent réduire les pénuries

Objet : “Essayez la manière cubaine de recruter des médecins”, 27 avril.

L’auteur a fait une suggestion valable et réalisable concernant le paiement des frais de scolarité d’un étudiant en médecine en échange d’avoir à servir dans des régions où il y a une pénurie de médecins pendant une certaine période de temps. Je sais que ce type de programme fonctionne par expérience personnelle.

En 1967, j’ai obtenu un baccalauréat ès sciences de l’Université du Manitoba. À cette époque, il y avait une pénurie d’enseignants qualifiés au Manitoba.

Le gouvernement de l’époque (sous le premier ministre Duff Roblin) a introduit un programme où les frais de scolarité étaient payés par le gouvernement, à condition que l’étudiant diplômé enseigne au Manitoba pendant deux ans.

Je me suis inscrit à la faculté d’éducation, j’ai obtenu mon diplôme, j’ai enseigné pendant les deux années obligatoires et j’ai continué ma carrière d’enseignant pendant 33 ans. Le programme a très bien réussi à attirer de nouveaux diplômés des arts et des sciences et à réduire la pénurie d’enseignants.

Robert Milan
La victoire

La pizza et les hot-dogs peuvent aider dans les écoles

C’est avec une grande tristesse que j’ai lu que la nourriture impliquée dans les collectes de fonds scolaires devait être interdite. Ceux d’entre vous qui envisagent de faire cela, je voudrais attirer votre attention sur le fait qu’après avoir fait ces collectes de fonds pour les écoles de Sooke pendant 13 ans, les élèves étaient heureux et excités d’avoir une journée pizza ou une journée hot-dog.

Bien que ces aliments ne fassent pas partie de la routine de ma famille, la pizza ou les hot-dogs ne sont consommés que quelques fois au cours de l’année scolaire.

J’ai travaillé dans des écoles qui abritaient de nombreuses familles monoparentales, la plupart des élèves vivant avec leur mère à faible revenu.

Ces enfants adoraient les jours de pizza, car ils ne pouvaient pas s’offrir le luxe d’avoir une pizza à la maison. Je trouve cela tragique si ces aliments sont interdits, les enfants seront perdants.

En parlant de collecte de fonds, la pizza et les hot-dogs étaient les seuls moyens vraiment efficaces de collecter des fonds dans notre école, car la plupart des parents vivaient avec des revenus où chaque centime était comptabilisé.

Avoir à collecter des fonds pour les activités des élèves ou les articles de la cour de récréation est une façon injuste de fournir les extras. Un jour, je suis allé dans une école à Bear Mountain pour aider dans une classe.

En entrant dans l’école, je suis passé devant la salle de musique. Wow, ils avaient des instruments incroyables et leur salle de musique était pleine. Lorsque j’ai demandé à l’enseignant comment ils avaient obtenu tous les instruments, l’enseignant a répondu : “Nous travaillons dur pour collecter des fonds.”

J’ai été frappé au visage car, à ce moment-là, j’ai réalisé que c’était mal, car les enfants des écoles économiquement défavorisées n’obtiennent pas le même niveau d’éducation.

Pour le bien de ces écoles situées dans des zones économiquement défavorisées, veuillez laisser la pizza et les hot-dogs sur la table.

Lynda Slater
Sooke

Vous voulez plus de médecins ? Baisser le prix de votre maison

Un auteur de lettre a très justement demandé si le prix de l’immobilier était un problème pour attirer les médecins de famille à Victoria. Comme le suggère l’auteur, il s’agit, au moins en partie, d’une “cause probable”.

La composante immobilière du problème est une question fondamentale «d’offre et de demande», tout comme vous avez étudié l’économie au lycée il y a de nombreuses années.

Lorsque la demande dépasse l’offre, les prix de n’importe quel produit augmentent. Alors que faire? Faire baisser les prix, c’est quoi. S’il y a un panneau à vendre sur votre pelouse, appelez votre agent immobilier aujourd’hui et demandez-lui de réduire votre demande de, disons, 40 %.

Ce n’est pas la solution complète, mais cela aidera.

Ce qui précède est bien sûr proposé de manière ironique, mais j’espère que le point est clair: ne vous plaignez pas de la pénurie de médecins tout en demandant – et probablement en obtenant – un prix exorbitant pour votre propriété. Vous ne pouvez pas avoir votre gâteau et le manger aussi.

Je vous en prie. À tout moment.

Bob Beazley
La victoire

Les coupes budgétaires dans les écoles jouent la même vieille chanson

On y va encore une fois! Il semble toujours que lorsqu’il s’agit de réductions budgétaires dans les districts scolaires, l’une des premières réductions concerne le financement des cours de musique dans nos écoles.

Ceci malgré les nombreux rapports et enquêtes décrivant les nombreux avantages de participer à des cours de musique.

Le temps est venu de moins mettre l’accent sur le sport dans les écoles et, ce faisant, de réduire le budget du sport de 20 %.

Jennifer Rivage
La victoire

Pas de route, ça apportera juste du trafic

Le projet de construction d’une nouvelle route “en haut de la colline depuis Interurban” afin “d’empêcher un grand nombre de véhicules de circuler dans la région”, à la suite des développements prévus autour du campus de Camosun, n’a tout simplement pas de sens.

Selon le concept bien établi en urbanisme connu sous le nom de « demande induite », la construction de plus de routes pour alléger le trafic sur d’autres routes a généralement l’effet inverse.

Au lieu de cela, faire plus de routes augmente le trafic sur celles-ci, et donc augmente la demande pour encore plus de routes. Il s’agit d’un cercle vicieux, né notamment à New York au XXe siècle.

Le plan va aussi directement à l’encontre de ce qu’on nous dit à maintes reprises sur les méfaits de la circulation routière. Si c’est vrai comme les politiciens ne cessent de nous le dire, alors pourquoi diable veulent-ils construire encore une autre route ? Un tel double langage ne peut que pousser jusqu’à ses limites la crédulité de l’électorat.

Qu’est-ce qui est exactement « durable » à propos de plus de routes au prix de plus d’arbres et d’habitats ? Soyons honnêtes ici. Ce dont le monde et le district régional de la capitale ont vraiment besoin, c’est de plus de séries narcotiques, de plus de routes, de plus de développement et de moins d’habitat naturel.

Pourquoi penserions-nous même à minimiser notre empreinte au 21e siècle ?

Avec plus de 10 000 kilomètres de nouvelles routes chaque année en Colombie-Britannique, étant l’une des principales causes de la diminution rapide des populations d’animaux sauvages, il est peut-être temps d’arrêter d’en construire davantage.

sasha izard
Saanich

Politiciens, donnez-nous des idées, pas seulement des insultes

C’est avec consternation que je vois les politiciens se lancer des insultes au lieu de travailler ensemble pour résoudre les problèmes. Je veux que mon élu propose des solutions.

Je ne veux voter pour personne à moins qu’il n’offre des suggestions concrètes et qu’il ne s’engage à travailler avec le reste de la communauté.

Toutes les crises auxquelles nous sommes confrontés ne seront résolues que lorsque nous nous engagerons tous pour le plus grand bien de tous. Nous semblons être des lemmings courant sur les falaises de l’ignorance volontaire, de l’aveuglement et de l’intérêt personnel.

Allons-nous nous réveiller à temps pour nous sauver et sauver les autres ? Que faisons-nous personnellement et collectivement dans nos communautés pour améliorer la vie de tous ?

Il y a beaucoup d’organisations et de personnes qui peuvent utiliser notre aide.

Betty Doherty
Saanich

ENVOYEZ-NOUS VOS LETTRES

• Envoyez des lettres par e-mail à : letters@timecolonist.com

• Courrier : Lettres à l’éditeur, Times Colonist, 201-655 Tyee Rd., Victoria, BC V9A 6X5

• Fournir des informations de contact ; il ne sera pas publié.

Leave a Comment