TC Energy souhaite contribuer à apporter l’énergie nucléaire aux sables bitumineux

Le chef du géant canadien des pipelines TC Energy Corp. affirme que l’entreprise voit une opportunité future de s’impliquer dans la fourniture d’énergie nucléaire à petite échelle pour les sables bitumineux de l’Alberta.

Le chef de la direction, François Poirier, a déclaré vendredi aux analystes lors d’une conférence téléphonique que TC Energy estimait que les sables bitumineux étaient “un excellent cas d’utilisation” pour les petits réacteurs nucléaires modulaires, ou SMR.

J’ai souligné que la société détient déjà une participation de 48,4 % dans la société de production nucléaire ontarienne Bruce Power, ce qui ferait de l’entrée de TC Energy dans l’espace SMR une étape logique.

“Nous avons l’expertise technique pour développer et évaluer ces technologies, mais je pense qu’il est tout aussi important que nous ayons des relations commerciales avec les producteurs de sables bitumineux. Nous avons toutes les infrastructures environnantes et de soutien sur place pour répondre à leurs besoins en vapeur et en électricité, Poirier a déclaré vendredi.

TC Energy a déclaré à plusieurs reprises qu’elle croyait que “toutes les formes d’énergie” seront nécessaires dans les décennies à venir pour répondre à la demande mondiale croissante d’énergie et aux préoccupations concernant la sécurité énergétique.

L’entreprise s’efforce également de réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Plus tôt cette semaine, il a annoncé son intention d’évaluer un centre de production d’hydrogène à Crossfield, en Alberta, et la semaine dernière, il a annoncé une collaboration avec GreenGasUSA pour développer un réseau ou des centres de gaz naturel renouvelable (GNR) aux États-Unis.

TC Energy recherche également activement des contrats potentiels et des opportunités d’investissement dans des projets éoliens, solaires et de stockage d’énergie pour répondre aux besoins en électricité de la partie américaine du réseau de pipelines Keystone et pour fournir de l’énergie renouvelable aux secteurs industriels, pétroliers et gaziers nord-américains.

Poirier a suggéré vendredi que le nucléaire pourrait être la prochaine étape de ce processus pour l’entreprise, même si cela ne se produira pas cette décennie.

“La technologie doit être prouvée. Et à notre avis, les producteurs de sables bitumineux devraient acheter une technologie commune afin qu’ils aient l’expertise requise pour exploiter et entretenir une flotte à ces fins. Tout cela va prendre du temps. ,” il a dit. “Nous voyons donc cela plus comme une opportunité pour les années 2030 que pour la seconde moitié des années 2020.”

Selon le gouvernement fédéral, qui investit dans la petite recherche nucléaire modulaire en croyant qu’elle a le potentiel d’aider le Canada à atteindre ses objectifs climatiques, la technologie a le potentiel de remplacer la production d’électricité conventionnelle au charbon et aux combustibles fossiles et de remplacer l’utilisation de combustibles fossiles dans les applications industrielles lourdes.

L’initiative Oil Sands Pathways to Net Zero, une alliance des plus grandes entreprises de sables bitumineux du Canada, a également proposé d’accélérer l’application de réacteurs nucléaires à petite échelle dans le cadre de son plan visant à atteindre des émissions nettes de carbone nulles provenant de la production de sables bitumineux d’ici 2050.

Les commentaires de Poirier sur l’énergie nucléaire sont intervenus le même jour que TC Energy a déclaré avoir gagné 358 millions de dollars au premier trimestre, contre une perte de 1,06 milliard de dollars au même trimestre l’an dernier lorsqu’elle a pris une charge liée à l’annulation de son projet controversé Keystone XL.

La société a déclaré que le bénéfice s’élevait à 36 cents par action pour le trimestre clos le 31 mars, contre une perte de 1,11 $ par action au cours des trois premiers mois de 2021.

Les revenus pour la période de trois mois ont totalisé 3,5 milliards de dollars, contre 3,38 milliards de dollars un an plus tôt.

TC Energy a déclaré que son bénéfice comparable pour le trimestre s’élevait à 1,12 $ par action, en baisse par rapport à un bénéfice comparable de 1,16 $ par action un an plus tôt.

Les analystes s’attendaient en moyenne à un bénéfice de 1,11 $ par action pour le trimestre, selon la société de données sur les marchés financiers Refinitiv.

Dans ses perspectives, TC Energy a indiqué qu’elle s’attend à ce que les dépenses en immobilisations s’élèvent cette année à environ 7 milliards de dollars, en hausse par rapport à une prévision antérieure d’environ 6,5 milliards de dollars, principalement en raison des coûts plus élevés pour le réseau de NGTL.

Le cours de l’action de TC Energy a clôturé en baisse de 3,72 $, ou 5,19 %, pour s’établir à 67,95 $ à la Bourse de Toronto vendredi.

Leave a Comment