Ce qu’il faut savoir sur les marchés cette semaine

Après un mois brutal pour les investisseurs en actions en avril, le mois de mai démarre avec une multitude d’événements de marché majeurs qui pourraient encore alimenter la volatilité des actifs à risque.

L’un des points focaux cette semaine sera la réunion de politique monétaire de mai de la Réserve fédérale, qui aura lieu mardi et mercredi. Les acteurs du marché s’attendent à l’issue de cette réunion, les responsables de la banque centrale choisiront de relever les taux d’intérêt de 50 points de base, ce qui représente la première hausse de plus de 25 points de base depuis 2000. Les investisseurs s’attendent également à ce que la Fed annonce officiellement son intention de commencer à rouler des actifs du bilan de la banque centrale, amorçant le processus de resserrement quantitatif.

Vendredi, les contrats à terme sur les fonds fédéraux ont montré que les traders tablaient sur une probabilité de plus de 99% que la Fed augmente les taux de 50 points de base, portant la fourchette cible du taux des fonds fédéraux entre 0,75% et 1,00%.

Ces attentes sont intervenues après des semaines de remarques de la part de responsables clés de la Fed, dont le président de la Fed Jerome Powell et le vice-président de la Fed Lael Brainard, qui suggéraient que la Fed se réchauffait à l’idée d’augmenter les taux plus agressivement à court terme.

“Nous sommes vraiment déterminés à utiliser nos outils pour ramener l’inflation à 2%”, a déclaré Powell lors d’une apparition publique avec le Fonds monétaire international au début du mois. “Il est approprié, à mon avis, d’avancer un peu plus rapidement. Et je pense aussi qu’il y a quelque chose dans l’idée du chargement frontal … qui indique la direction de 50 points de base sur la table.

Une telle décision accélérerait la trajectoire de la Fed vers la réduction de l’inflation, qui a persisté pendant une plus longue période et à un taux plus élevé que ce que de nombreux responsables de la politique monétaire avaient initialement prévu. La semaine dernière, les données du gouvernement ont montré que les dépenses de consommation personnelle de base (PCE) – l’indicateur d’inflation préféré de la Fed – ont augmenté à un taux annuel de 5,2% en mars.

Cela correspond presque au taux de février pour le plus rapide depuis 1983. Et les prix à la consommation ont grimpé le mois dernier le plus depuis décembre 1981 avec une hausse annuelle de 8,5 %.

“Ils sont derrière la courbe – ils savent qu’ils sont derrière la courbe”, Jim Smigiel, directeur des investissements de SEI Investments, a déclaré à Yahoo Finance Live la semaine dernière. “Nous sommes à plus-8% sur l’inflation et [the Fed funds rate] est à un quart de point. Ils vont arriver à 50 [basis points]. Ils vont en refaire 50. Et ils vont commencer à dénigrer le bilan.”

“Du point de vue de la Fed, à ce stade, ils sont prêts à échanger un peu de PIB et un peu de chômage pour faire baisser le taux d’inflation”, a ajouté Smigiel. “Je pense qu’ils ont l’impression d’être coincés dans un coin. Rien de ce qui se passe aujourd’hui ne les fera dévier de leur trajectoire. Ils vont arriver tôt et les armes à feu un peu.”

WASHINGTON DC, États-Unis – 21 MARS : Jerome Powell, président de la Réserve fédérale américaine, prend la parole lors de la conférence sur la politique économique de la National Association of Business Economics (NABE) à Washington, DC, États-Unis, le 21 mars 2022. (Photo de Yasin Ozturk /Agence Anadolu via Getty Images)

Dans le même temps, Powell a également laissé entendre qu’il pensait que la banque centrale réussirait à resserrer la politique monétaire tout en maintenant l’expansion économique. Certains experts, cependant, ont été plus sceptiques, surtout après que de nouvelles données la semaine dernière ont montré que l’économie américaine s’était contractée à un taux annualisé de 1,4 % au début de cette année.

“Ils sont entre le rock et l’enclume”, a déclaré David Stryzewski, PDG de Sound Planning Group, à Yahoo Finance Live la semaine dernière. “Les deux grandes choses contre lesquelles ils doivent se défendre en ce moment, l’inflation et ensuite cet équilibre entre, nous voulons des prêts à faible coût … parce qu’il y a beaucoup de gens qui essaient d’obtenir des hypothèques. Nous avons beaucoup de nos économie basée sur des entreprises fortement endettées. Et il a été si facile de la refinancer.

“La Fed est en retard à la table pour essayer de retirer une partie de cela et d’apporter certains de ces changements”, a-t-il ajouté. “Nous étions dans une économie si forte. Et c’était vraiment notre moment où nous aurions peut-être pu faire une partie de ce resserrement. Nous sommes donc un peu en retard.”

Pourtant, les coûts d’emprunt restent faibles sur une base historique, et les consommateurs ont toujours montré une propension générale à dépenser. La question clé reste toutefois de savoir si cela parvient finalement à se poursuivre alors que le coût de faire des affaires augmente parallèlement aux taux d’intérêt et que les conditions financières se resserrent davantage.

“Nous pensons que les risques de récession sont faibles pour l’instant mais élevés pour 2023. Le principal risque est que l’inflation reste élevée l’année prochaine, obligeant la Fed à augmenter jusqu’à ce que cela fasse mal”, a écrit Ethan Harris, économiste mondial de Bank of America, dans une note vendredi. “Outre l’inflation, les investisseurs devraient surveiller les dépenses de consommation, le sentiment, l’offre de main-d’œuvre et le début de la courbe des rendements pour évaluer les risques de récession.”

Rapport sur l’emploi d’avril

Le dernier rapport mensuel sur l’emploi du Département du travail complétera le dossier des données économiques cette semaine, offrant un aperçu actualisé de la force du marché du travail jusqu’à présent cette année.

Le rapport doit être publié vendredi et ne fera donc pas partie des points de données pris en compte lors des délibérations de la Fed plus tôt dans la semaine. Cependant, les données n’auraient probablement joué qu’un rôle marginal dans les décisions de la Fed, même si elles étaient disponibles, étant donné que la Fed a réorienté ses priorités vers la lutte contre l’inflation plutôt que vers la maximisation de l’emploi dans un marché du travail qui a déjà montré de nombreux signes de vigueur.

Les économistes du consensus s’attendent à ce que la masse salariale non agricole augmente de 391 000 en avril, ralentissant légèrement par rapport au bond de 431 000 en mars. Le chômage devrait encore s’améliorer pour atteindre 3,5 %, ce qui correspondrait au niveau de février 2020 pour le taux de chômage le plus bas depuis environ 50 ans.

Le salaire horaire moyen – un indicateur étroitement surveillé pour savoir si la hausse des salaires renforce un cycle de hausse des prix – devrait augmenter de 5,5 % par rapport à l’année dernière, s’infléchissant légèrement par rapport au taux annuel de 5,6 % de mars. Pourtant, ces gains salariaux n’ont pas suivi le rythme de l’inflation, étant donné que les prix à la consommation ont récemment augmenté de 8,5 %.

calendrier-economique

  • Lundi: S&P Global US Manufacturing PMI, avril (59,7 attendu, 59,7 dans l’impression précédente) ; Dépenses de construction, mois après mois, mars (0,8 % attendu, 0,5 % en février) ; ISM manufacturier, avril (57,7 attendu, 57,1 en mars) ; Prix ​​ISM payés, avril (87,1 en mars) ; Nouvelles commandes ISM, avril (53,8 en mars) ; ISM Emploi (56.3. en mars)

  • Mardi: Commandes d’usine, mars (1,2 % attendu, -0,5 % en février) ; JOLTS Job Openings, mars (1,1266 million en février); Commandes de biens durables, mars final (0,8 % dans l’impression précédente) ; Biens durables hors transport, mars final (1,1 % dans l’impression précédente) ; Commandes de biens d’équipement hors défense, à l’exclusion des avions, fin mars (1,0 % dans l’impression précédente) ; Expéditions de biens d’équipement hors défense, à l’exclusion des aéronefs, mars final (0,2 % dans l’impression précédente)

  • Mercredi: Demande d’hypothèque MBA, semaine terminée le 29 avril (-8,3 % au cours de la semaine précédente); ADP Evolution de l’emploi, avril (360 000 attendus, 455 000 en mars) ; Balance commerciale, mars (-86,7 milliards de dollars attendus, -89,2 milliards de dollars en février); S&P Global US Services PMIM, finale d’avril (54,7 dans l’impression précédente) ; S&P Global US Composite PMI, finale d’avril (55,1 dans l’impression précédente) ; Décision de politique monétaire du FOMC

  • Jeudi: Suppressions d’emplois Challenger, d’une année sur l’autre, avril (-30,1 % en mars) ; Productivité non agricole, 1T préliminaire (-2,3 % attendu, 6,6 % au 4T) ; Coûts unitaires de main-d’œuvre, 1T préliminaire (6,7 % attendu, 0,9 % au 4T) ; Demandes de chômage initiales, semaine terminée le 30 avril (180 000 au cours de la semaine précédente); Réclamations continues, semaine terminée le 23 avril (1 408 millions au cours de la semaine précédente)

  • Vendredi: Evolution de la masse salariale non agricole, avril (390 000 attendus, 431 000 en mars) ; Taux de chômage, avril (3,6 % attendu, 3,6 % en mars) ; Rémunération horaire moyenne, mois après mois, avril (0,4 % attendu, 0,4 % en mars) ; Taux de participation à la population active, avril (62,5 % prévu, 62,4 % en mars)

Calendrier des gains

Lundi

Avant l’ouverture du marché : Moody’s Corp. (MCO), ON Semiconductor Corp. (ON)

Après la clôture du marché : Clorox (CLX), Devon Energy (DVN), Diamondback Energy (FANG), MGM Resorts International (MGM), Avis Budget Group (CAR), Expedia (EXPE), Chegg (CHGG), ZoomInfo Technologies (ZI)

mardi

Avant bourse : The Estee Lauder Co. (EL), Pfizer (PFE), Biogen (BIIB), Paramount Global (PARA), Hilton Worldwide Holdings (HLT), Molson Coors Beverage (TAP), Marathon Petroleum (MPC), KKR Inc. (KKR), S&P Global Inc. (SPGI)

Après la clôture du marché : Caesar’s Entertainment (CZR), Airbnb (ABNB), Starbucks (SBUX), Advanced Micro Devices (AMD), Paycom Software (PAYC), Skyworks Solutions (SWKS), Revolve Group (RVLV), Match Group (MTCH) , Lyft (LYFT)

mercredi

Avant l’ouverture du marché : Wingstop (WING), AmerisourceBergen (ABC), CVS Health (CVS), Marriott International (MAR), Moderna (MRNA), Yum ! Marques (YUM), Vulcan Materials Co. (VMC), Sinclair Broadcast Group (SBGI), Spirit Airlines (SAVE)

Après la clôture du marché : Booking Holdings (BKNG), GoDaddy (GDDY), Uber (UBER), Marathon Oil (MRO), Twilio (TWLO), Etsy (ETSY), TripAdvisor (TRIP)

jeudi

Avant l’ouverture du marché : Zoetis (ZTS), ConacoPhillips (COP), Apollo Global Management (APO), Nikola (NKLA), Wayfair (W), Penn National Gaming (PENN), Royal Caribbean Cruises (RCL), SeaWorld Entertainment (SEAS) , Datadog (DDOG), Crocs (CROX), Dominion Energy (D), Kellogg’s (K), Shopify (BOUTIQUE)

Après la clôture du marché : Block Inc. (SQ), Virgin Galactic Holdings (SPCE), DoorDash (DASH), Sweetgreen (SG), Opendoor Technologies (OPEN), Zillow Group (ZG), Luminar Technologies (LAZR), FuboTV (FUBO) , Live Nation Entertainment (LYV), Corsair Gaming (CRSR), Lucid Group (LCID)

Vendredi

Avant bourse : Under Armour (UAA), Cigna (CI), DraftKings (DKNG)

Clôture après-vente : Aucun rapport notable prévu pour la publication

Emily McCormick est journaliste pour Yahoo Finance. Suivez-la sur Twitter : @emily_mcck

Lisez les dernières actualités financières et commerciales de Yahoo Finance

Suivez Yahoo Finance sur Twitter, Facebook, Instagram, tableau à feuilles mobiles, LinkedIn, Youtubeet reddit

Leave a Comment