Comment Israël a utilisé l’innovation pour surmonter sa crise de l’eau

Comment Israël, un pays plus qu’à moitié désertique, fréquemment frappé par la sécheresse et historiquement maudit par des pénuries chroniques d’eau, est-il devenu une nation qui produit aujourd’hui 20 % d’eau en plus qu’elle n’en a besoin ?

La demande en eau de la population en croissance rapide d’Israël a tellement dépassé l’approvisionnement et la reconstitution naturelle de l’eau potable qu’en 2015, l’écart entre la demande et l’approvisionnement en eau naturelle disponible a atteint 1 milliard de mètres cubes (BCM).

Se remettre d’un tel scénario semble hautement improbable, mais Israël y est parvenu en créant une richesse sans précédent d’innovations technologiques et d’infrastructures pour empêcher le pays de s’assécher.

Les histoires de redressement à l’échelle nationale comme celle-ci sont rares ces jours-ci étant donné l’élan du réchauffement climatique et la réticence du monde à mettre à l’échelle les solutions nécessaires pour contrecarrer ses effets irréversibles dans le temps.

Quelque 4 milliards de personnes, soit les deux tiers de la population mondiale, connaissent désormais une pénurie d’eau extrême pendant au moins un mois par an en raison de la crise climatique.

Mais grâce à ses priorités nationales et à sept décennies de détermination sans relâche, Israël est devenu une bouée de sauvetage et une source d’espoir pour d’autres pays privés d’eau.

Des organisations israéliennes telles que MASHAV, KKL-JNF, EcoPeace Middle East et l’Institut Arava diffusent activement l’expertise, les technologies et les stratégies politiques d’Israël auprès des communautés voisines et éloignées souffrant de crises endémiques de l’eau.

innover

Le leadership d’Israël dans la gestion durable de l’eau a commencé par trouver des solutions au premier et principal problème du pays : la répartition inégale de l’eau douce dans tout le pays – un problème que le penseur sioniste Theodor Herzl a reconnu dans son livre de 1902. Altneuland avec un « plan fantaisiste » pour transporter de l’eau sur de grandes distances.

Ce fantasme a commencé à se transformer en réalité peu de temps après qu’Israël a déclaré son indépendance en 1948, car des vagues de nouveaux immigrants manquaient d’eau pour boire et cultiver.

Pour répondre à la demande croissante, la compagnie nationale des eaux d’Israël, Mekorot, a commencé à construire le National Water Carrier.

Ce réseau de transport d’eau a été conçu pour pomper l’eau du nord du lac Kinneret (mer de Galilée) et transférer l’eau des projets hydrauliques régionaux existants vers le centre et le sud d’Israël.

Un travailleur de l’usine de filtration d’eau d’Eshkol dans le nord d’Israël, la première du genre dans le pays lors de sa construction en juin 2007 par Mekorot. L’usine filtre l’eau pompée du Kinneret. Photo de Moshe Shai/FLASH90

Mais à son achèvement en 1964, 80% de l’eau transportée par ce système était affectée à l’agriculture. De toute évidence, le Porteur d’eau national ne pouvait à lui seul satisfaire à la fois les besoins de l’agriculture et ceux des ménages.

Heureusement, une solution était déjà en développement grâce au génie innovant de Simcha Blass et de son fils Yeshayahu, qui ont commencé à développer une technologie d’irrigation goutte à goutte en 1959. Leur méthode révolutionnaire applique lentement l’eau directement aux racines des cultures à travers un réseau de tubes, de vannes et goutteurs.

Oeillets arrosés par irrigation goutte à goutte à Ringel Nursery, Israël. Photo de Martin Fischer via Wikimedia Commons

Étant donné que cette méthode de distribution évite tout le poids de l’évaporation, les plantes absorbent 95 % de l’eau qui leur est appliquée, soit bien plus que l’irrigation par aspersion, l’irrigation de surface ou l’irrigation par inondation. Avec l’irrigation au goutte-à-goutte, moins d’eau pourrait être allouée aux exploitations sans compromettre la production agricole.

En 1965, l’année suivant l’achèvement du National Water Carrier, Blass et son fils ont commencé à distribuer leur nouveau système d’irrigation goutte à goutte dans tout Israël et ont établi Netafim, toujours un leader mondial dans le domaine.

Aujourd’hui, l’irrigation au goutte-à-goutte arrose 75 % des cultures d’Israël, mais seulement 5 % des exploitations agricoles dans le monde utilisent actuellement cette technologie en raison d’obstacles financiers.

Utiliser l’inutilisable

Malgré les avantages de transport du National Water Carrier et les avantages de conservation de l’irrigation goutte à goutte, les deux innovations puisaient l’eau uniquement à partir des sources d’eau douce très limitées d’Israël, qui étaient pompées plus rapidement qu’elles ne pouvaient être reconstituées naturellement.

De plus, la part d’eau douce consacrée à l’agriculture dépassait encore largement la quantité allouée à la consommation. Au milieu des années 80, l’agriculture utilisait 72% de l’approvisionnement en eau potable d’Israël.

Les ingénieurs israéliens ont réalisé qu’il ne s’agissait pas seulement de conserver l’eau douce disponible, mais aussi de tirer parti des sources d’eau auparavant considérées comme inutilisables, telles que les eaux usées municipales traitées et les eaux pluviales.

En 1985, Israël a commencé à envoyer des eaux usées traitées et recyclées via son transporteur national d’eau aux fermes, réduisant considérablement l’écart entre la demande des consommateurs et l’eau disponible.

En effet, les eaux usées de nos éviers, douches et toilettes ne dépendent pas des fluctuations climatiques ou des conditions météorologiques saisonnières, mais plutôt de la croissance démographique et du niveau de vie.

En 2015, Israël avait réussi à traiter et à recycler 86 % de ses eaux usées pour les exploitations agricoles, leader mondial de la récupération des eaux usées. Au deuxième rang derrière Israël cette même année se trouvait l’Espagne, qui ne recyclait que 17 % de ses eaux usées.

Grâce aux processus de traitement tertiaire d’Israël, les eaux usées recyclées sont nettoyées à des niveaux proches de la qualité potable avant d’atteindre les cultures pour éviter la contamination.

L’objectif est de recycler 95% des eaux usées pour l’agriculture d’ici 2025, laissant beaucoup plus d’eau potable fraîche pour les communautés qui en ont besoin.

Eau récupérée et dessalée

Avec un afflux quotidien d’environ 470 000 mètres cubes d’eaux usées brutes, l’installation de traitement de Shafdan, la plus grande installation de traitement des eaux usées d’Israël, fournit environ 140 millions de mètres cubes (MCM) d’eau propre et récupérée aux fermes du désert du Néguev pour l’irrigation chaque année. En fait, plus de 60 % de l’agriculture du Néguev est approvisionnée par le seul Shafdan.

Le réacteur biologique de Shafdan, la plus grande station d’épuration d’Israël. Photo par Abigail Klein Leichman

En plus de cela, l’organisation israélienne de développement vert KKL-JNF a construit 230 réservoirs qui stockent les eaux usées traitées à des fins agricoles. Chaque année, ces réservoirs ajoutent plus de 260 MCM d’eau à l’économie de l’eau d’Israël.

Le KKL-JNF a également mis en place plusieurs projets de biofiltres dans lesquels les plantes éliminent près de 100 % des polluants des eaux de ruissellement urbaines pour permettre une source supplémentaire d’eau municipale non potable et d’irrigation agricole.

Le premier système de biofiltration des eaux pluviales d’Israël, construit par KKL-JNF à Kfar Saba. Photo publiée avec l’aimable autorisation du Centre pour les villes sensibles à l’eau en Israël

En 1997, Israël avait réussi à réduire la part d’eau de l’agriculture à 63 %, mais les sécheresses persistantes du milieu des années 90 ont amené Israël à porter son attention sur le surplus d’eau de mer le long de sa côte méditerranéenne.

En 1999, le gouvernement israélien a lancé un programme à long terme et à grande échelle de dessalement de l’eau de mer par osmose inverse qui a abouti à la mise en place de cinq installations de dessalement opérationnelles : l’usine d’Ashkelon (2005) capable de produire 118 à 120 MCM d’eau potable par an ; Palmachim (2007), qui produit aujourd’hui 90 à 100 MCM d’eau par an ; Hadera (2009) capable de produire 127 MCM d’eau par an ; Sorek (2013), qui produit 150 MCM d’eau par an ; et Ashdod (2015), qui produit 100 MCM d’eau par an.

Des étoiles de David marquent l’usine de dessalement de Sorek en Israël. Photo par Abigail Klein Leichman

Israël a deux autres usines de dessalement en développement, dont l’une devrait être opérationnelle d’ici 2023. Elles auront une capacité combinée de 300 MCM par an.

Une fois la septième installation achevée, l’eau dessalée couvrira jusqu’à 90 % de la consommation annuelle d’eau municipale et industrielle d’Israël.

Pour rester résilient dans les années de sécheresse à venir, le gouvernement israélien a mis à jour en 2018 son dessalement avec un objectif de produire 1,1 BCM d’eau dessalée d’ici 2030.

La consommation par habitant d’Israël d’eau douce naturelle renouvelable a considérablement diminué, passant de 504 MCM en 1967 à 98 MCM en 2015 – l’année où l’eau dessalée et recyclée a représenté près de la moitié de la consommation d’eau d’Israël.

Une innovation culturelle

Israël continue d’améliorer l’efficacité, la filtration et les capacités de production de son portefeuille de conservation de l’eau grâce à de nombreux systèmes technologiques améliorés et à des accords régionaux.

Mais la technologie doit s’accompagner d’habitudes de consommation maîtrisées, faute de quoi un pays pourrait risquer d’épuiser ses ressources ou de subir une pénurie, quelle que soit la durabilité de son approvisionnement en eau.

Parce que les luttes chroniques d’Israël pour l’eau ont été ressenties par les colons juifs avant même la fondation de l’État, la valeur d’économiser l’eau est rapidement devenue une seconde nature.

Au milieu de sécheresses consécutives tout au long des années 2000, l’Autorité israélienne de l’eau a lancé des campagnes de sensibilisation via la télévision, la radio et Internet exhortant le public à économiser l’eau.

L’une de ces campagnes s’adressait aux enfants par le biais d’une série d’émissions télévisées de dessins animés qui enseignaient l’importance d’économiser l’eau par des moyens simples, nourrissant des générations de citoyens conscients.

La campagne de sensibilisation la plus importante a eu lieu en 2009 et a mis en vedette les célébrités israéliennes Ninet Tayeb, Bar Rafaeli et Moshe Igvy parlant honnêtement de la baisse des niveaux d’eau du Kinneret et du besoin urgent de consommer de l’eau avec modération.

Pendant qu’ils parlaient, les traits de leur visage ont commencé à se fissurer et à se décoller. Cela a rendu l’eau rare et a conduit à une réduction de 18% de la consommation d’eau dans les zones urbaines.

La combinaison de solutions de haute technologie et de sensibilisation culturelle nationale distingue vraiment le programme de conservation de l’eau d’Israël de tant d’autres.

Israël a réussi à sécuriser son économie de l’eau parce que la gravité de la situation a été comprise par tous, des dirigeants d’Israël à ses citoyens.

Bien qu’il soit probablement plus coûteux et difficile de mettre à l’échelle des infrastructures et des solutions similaires dans des régions comme la Californie, qui a besoin de plus de 11 000 milliards de gallons d’eau juste pour rattraper son déficit actuel, Israël partage son expertise au niveau international.

Pour les pays qui luttent pour développer ou même lancer des stratégies de conservation de l’eau, Israël est un acteur mondial clé pour aider le monde à tirer le meilleur parti de ses approvisionnements en eau.

Leave a Comment