La COVID-19 tue encore des dizaines de personnes quotidiennement au Québec

Percylla Battista a déclaré qu’elle avait parlé pour la dernière fois à sa sœur, Maggie Quart Robitaille, une semaine avant que Quart Robitaille ne soit testé positif au COVID-19.

“Elle se sentait plutôt bien”, a déclaré Battista dans une récente interview. “Elle ne pensait pas qu’elle attraperait le COVID parce qu’elle avait déjà été vaccinée quatre fois.”

Mais le 13 avril, Quart Robitaille est décédé à 82 ans, moins de deux semaines après avoir été testé positif au COVID-19. Elle faisait partie des 3 325 personnes qui seraient décédées dans la province du nouveau coronavirus depuis le début de la vague Omicron à la mi-décembre.

Alors que la vaccination et l’amélioration des traitements ont rendu le COVID-19 moins mortel, Québec a rapporté samedi qu’il y avait eu 15 000 décès attribués à la pandémie dans la province – le plus au Canada. Le taux de mortalité au Québec demeure également le plus élevé au pays, à 174 décès pour 100 000 habitants. En Ontario, il y a eu 86 décès pour 100 000 habitants. Au Canada, il y en a eu 102.

Simona Bignami, professeure de démographie à l’Université de Montréal qui étudie la santé de la population, a déclaré que moins d’attention était accordée aux personnes récemment décédées de la maladie, comme Quart Robitaille, par rapport à celles qui sont décédées lors de la première vague de la pandémie, qui a tué plus de 5 686 personnes.

Il est compréhensible, a déclaré Bignami dans une récente interview, que les gens essaient de retrouver un certain sens de la normalité. Mais ce faisant, a-t-elle déclaré, “on a malheureusement moins mis l’accent sur les personnes qui continuent de mourir du COVID-19”.

Alors que les décès dus au COVID-19 ont tendance à être concentrés chez les personnes âgées de 70 ans et plus, Bignami a déclaré qu’au cours de l’année écoulée, la proportion de personnes décédées entre 50 et 69 ans avait augmenté.

Selon l’Institut de santé publique du Québec, 12,9 % des décès dus au COVID-19 dans la province au cours de la cinquième vague qui a débuté en décembre concernaient des personnes âgées de 50 à 69 ans, contre 7,8 % lors de la première vague. Au cours de la sixième vague en cours, 9,1 % des décès ont touché des personnes âgées de 50 à 69 ans.

Mais Bignami a déclaré que les gouvernements ne publiaient pas suffisamment de données sur les personnes en train de mourir, des informations essentielles pour l’évaluation des risques alors que la pandémie se poursuit.

“Est-ce toujours le cas que les décès se concentrent parmi les non vaccinés ? Quel est réellement le fardeau de la mortalité parmi ceux qui sont vaccinés et quel est le risque réel de mortalité si l’on est vacciné avec deux doses contre trois doses ?” elle a demandé. “Le seul pays qui a fait des études approfondies à ce sujet est Israël.”

Le Dr Rodica Gilca, épidémiologiste médical à l’institut de santé publique de la province, a déclaré que le plus grand changement dans la mortalité liée à la pandémie a été sa baisse.

Selon les données de l’institut, il y a eu plus de 104 000 cas confirmés au cours de la vague actuelle de la pandémie, qui a débuté à la mi-mars, et 660 décès.

“Nous voyons qu’il a diminué et qu’il a vraiment diminué dans tous les groupes d’âge”, a déclaré Gilca dans une récente interview. “Nous constatons la diminution la plus importante chez les personnes les plus âgées.”

Les personnes atteintes de plusieurs autres maladies, les personnes âgées et celles qui ne sont pas vaccinées restent les plus susceptibles de mourir de la maladie, a-t-elle ajouté.

Le directeur par intérim de la santé publique du Québec, le Dr Luc Boileau, a reconnu que la province avait connu un nombre « énorme » de décès liés à la COVID-19. Le nombre élevé de décès au Québec, a-t-il déclaré jeudi dernier, s’explique par le fait que la province compte un décès lié au COVID-19 comme tout décès impliquant une personne atteinte de la maladie.

Il a déclaré qu’une étude gouvernementale de janvier indiquait qu’environ 30% des décès officiels du COVID-19 dans les hôpitaux de la province impliquaient des personnes testées positives pour le COVID-19 mais dont la principale cause de décès n’était pas la maladie. Il a déclaré qu’environ 40 à 50% des décès officiels liés au COVID-19 dans la province concernaient des personnes atteintes de la maladie mais décédées d’autres causes.

“Le taux de létalité a chuté de façon continue depuis la première vague”, a déclaré Boileau. “Les vaccinations et les services médicaux qu’ils offrent dans nos hôpitaux sont très bons, c’est pourquoi nous observons que le taux de létalité diminue et diminue, ce qui est formidable.”

Mais, pour Battista, la mort d’un membre de la famille est un triste rappel que la pandémie n’est pas terminée.

“Nos appels téléphoniques, nos bavardages, nos potins et tout ça vont me manquer”, a déclaré Battista, ajoutant qu’elle se souviendrait de sa sœur en tant que lectrice passionnée, peintre à l’huile et artisane qui aimait tricoter et crocheter.

Alors que les gouvernements essaient peut-être de dépasser la pandémie, Battista a déclaré qu’elle prenait toujours des précautions.

“Je crois fermement que nous allons tous attraper le COVID si nous ne faisons pas attention, et ceux d’entre nous qui sont plus âgés ont tous une sorte de problème (de santé)”, a déclaré Battista. “Nous sommes plus vulnérables. Je ne peux tout simplement pas comprendre comment les gouvernements ont annulé toutes les mesures qu’ils prenaient pour nous maintenir en bonne santé.”

— Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 1er mai 2022.

Leave a Comment