Les entreprises qui tentent de quitter la Russie doivent “danser avec le diable”

Après des semaines de silence sur l’avenir de ses opérations en Russie, la Société Générale a présenté un plan sombre aux autres multinationales qui se sont engagées à quitter le pays.

La banque française a annoncé début avril qu’elle vendrait son réseau Rosbank à Vladimir Potanine, l’un des hommes les plus riches de Russie et un baron du nickel qui a évité les sanctions de l’UE ou des États-Unis, encaissant au passage 3,1 milliards d’euros.

La transaction a surpris certains rivaux et souligne les difficultés auxquelles sont confrontés les groupes, des majors pétrolières aux constructeurs automobiles, qui souhaitent quitter la Russie après l’invasion de l’Ukraine : peu d’acheteurs potentiels, des options de sortie coûteuses et des perspectives incertaines de rendement futur.

« Nous essayons tous de trouver un moyen astucieux de quitter le pays. Mais ce que SocGen a fait n’est pas la meilleure façon de le faire », a déclaré un cadre supérieur d’une banque ayant des activités dans le pays. « Il y a une discussion éthique. . . il y a un risque de réputation à prendre en compte lors de la vente, ou essentiellement du don, à un oligarque.

«Essentiellement, ils donnent un. . . cadeau à Potanin. OK il n’est pas sanctionné, [but] Est-ce la bonne chose à faire?” ajouta le banquier.

Vladimir Potanine, milliardaire russe et propriétaire d’OAO GMK Norilsk Nickel a acheté les activités russes de SocGen © Jason Alden/Bloomberg

De nombreuses entreprises occidentales se sont retrouvées prises entre la perspective d’une expropriation par la Russie, la vente à des habitants pris sous le coup de sanctions ou la tentative de prospecter des investissements auprès d’acheteurs chinois ou du Moyen-Orient qui pourraient être plus libres de conclure des accords mais qui ont jusqu’à présent montré peu d’appétit.

SocGen est l’un des rares groupes occidentaux à avoir accepté avec succès de céder ses activités russes. Rosbank, dans laquelle elle a pris une première participation minoritaire en 2006, a longtemps été à l’origine de tensions internes au milieu des interrogations critiques des investisseurs. Malgré le fait qu’elle soit finalement devenue rentable en 2016, les banquiers d’investissement ont salué la vente – que la banque a négociée seule – comme un moyen propre et efficace de s’en sortir.

« Il est impossible de continuer en Russie et il n’y a pratiquement personne à qui vendre. Tous les autres sont sous sanctions; vous ne pouvez pas vraiment vendre à un acheteur chinois si on lui demande de rester neutre. [SocGen] a très bien réussi », a déclaré une personne proche d’une autre entreprise industrielle qui tentait de sortir.

Les conseillers d’entreprise étudient de près les succès remportés alors que l’espoir d’une résolution rapide de la guerre s’estompe. “Beaucoup de gens pensaient qu’ils n’avaient qu’à dire la bonne chose, garder les lumières allumées et qu’ils seraient de retour à Noël”, a déclaré un consultant, mais “les horizons bougent”.

Les coûts d’une vente de feu pourraient être considérables, comme Renault l’a montré cette semaine après qu’il est apparu qu’il était en pourparlers pour vendre sa participation majoritaire dans le constructeur Lada Avtovaz à l’État pour un rouble.

Dans le cadre d’un accord présenté par Denis Manturov, ministre russe du Commerce – que le constructeur français n’a pas confirmé – Renault aurait la possibilité de racheter la participation dans cinq ou six ans à un prix tenant compte des investissements ultérieurs.

Cette cession signifie que Renault renonce à plus de 14 ans d’investissements, au cours desquels il a acquis une participation de 68% dans Avtovaz, supervisant un effectif de 40 000 personnes et générant 10% de son chiffre d’affaires et la moitié de sa marge opérationnelle automobile l’an dernier. Il a mis en garde contre une radiation pouvant atteindre 2,2 milliards d’euros.

Un cadre new-yorkais ayant des salariés en Russie a rejeté le modèle Renault. « Nous ne négocierons pas avec le gouvernement russe », a-t-il dit. Mais les options limitées signifient que certains doivent repenser.

Un expert en restructuration conseillant plusieurs entreprises en matière de vente a déclaré : “Un certain nombre de personnes ont fait des déclarations très grandioses sur le thème” nous ne ferons jamais ceci et nous ne ferons jamais cela “et maintenant ils pensent” oh merde “. La réalité est que pour la plupart de ces succès, vous devrez danser avec le diable à un moment donné.

Vous voyez un instantané d’un graphique interactif. Cela est probablement dû au fait que vous êtes hors ligne ou que JavaScript est désactivé dans votre navigateur.


Pour ceux qui sortent, le coût et la complexité sont élevés. Le fabricant de tabac Imperial Brands a déclaré la semaine dernière qu’il transférait ses activités russes à des investisseurs basés dans le pays et a estimé une radiation non monétaire d’environ 225 millions de livres sterling. British American Tobacco achèvera bientôt le transfert de ses opérations à SNS à Moscou, a indiqué la société russe. Aucun des deux groupes ne dirait si de l’argent changeait de mains.

Le mois dernier, le canadien Kinross Gold a conclu un accord pour céder ses actifs russes à Highland Gold, une société contrôlée par le magnat minier Vladislav Sviblov, pour 680 millions de dollars en paiements en espèces échelonnés. Il a pris le contrôle de Highland en 2020 après avoir acheté une participation de 40% à l’oligarque sanctionné Roman Abramovich et à d’autres investisseurs. Avant la guerre, les analystes avaient évalué les mines russes de Kinross à 1,6 milliard de dollars.

Cet accord a mis en évidence les difficultés d’extraction des fonds de vente compte tenu des restrictions occidentales sur les transactions avec les banques russes. Kinross a déclaré que son produit serait versé entre la fin de 2023 et la fin de 2027, soutenu par “un vaste ensemble de sécurité comprenant des nantissements d’actions, des garanties financières et un compte séquestre”.

Quand Otis Worldwide, le fabricant d’ascenseurs, a déclaré cette semaine que ses inquiétudes croissantes concernant la pérennité de ses opérations en Russie l’avaient poussé à envisager de trouver un nouveau propriétaire, un analyste a demandé : « Allez-vous pouvoir récupérer votre batte ? ou sont [the Russian authorities] va essentiellement vous presser, donc ça finit par être une perte ? »

  Renault renonce à plus de 14 ans d'investissement dans le constructeur Lada Avtovaz
Renault renonce à plus de 14 ans d’investissement dans le constructeur Lada Avtovaz © Andrey Rudakov/Bloomberg

Certaines entreprises cherchent des moyens de contourner les accords avec des entreprises sanctionnées. Le groupe maritime français CMA CGM a récemment racheté le groupe logistique Gefco aux chemins de fer russes en structurant la transaction en deux étapes. Gefco a d’abord racheté ses actions, permettant à CMA CGM de ne pas avoir à remettre les fonds directement au groupe russe, ont déclaré deux personnes proches de l’opération. Aucun des deux groupes n’a répondu aux demandes de commentaires.

Schneider Electric, Publicis et Inchcape ont également cédé leurs activités de transport et de vente à BMW, Toyota et Jaguar Land Rover en Russie pour 63 millions de livres sterling.

Duncan Tait, directeur général d’Inchcape, a déclaré: «Le point de vue général [from shareholders] était que vous n’obtiendriez rien de l’entreprise, et on craignait que cela coûtera de l’argent si vous gardez l’entreprise et que vous la ralentissez.

De nombreuses entreprises craignent de traiter avec une contrepartie russe officielle, ou avec d’autres individus ou groupes qui pourraient encore être sanctionnés. « C’est comme si les murs se refermaient. . . Que manges-tu en premier ? J’obtiens l’affaire ou mon acheteur est sanctionné ? » dit un conseiller.

La situation est encore compliquée par le fait que de nombreux dirigeants occidentaux se sont récusés de toute discussion sur les ventes qui pourrait les exposer personnellement à des violations des sanctions.

L’option alternative pour le désinvestissement est de trouver des soumissionnaires internationaux. Mais l’expert en restructuration a déclaré qu’il y en avait eu moins que prévu. “Tout le monde aimerait que cela soit résolu par les Chinois, les Indiens et les Turcs parce que c’est propre et facile, mais la plus grande réalité est que, [the buyers] sont des Russes.

Shell est en «négociations préliminaires» avec Cnooc, CNPC et Sinopec sur la vente de sa participation de 27,5% dans le projet de gaz naturel liquéfié Sakhalin-2, mais un vétéran de l’industrie l’a qualifiée de «négociation cauchemardesque» car tout accord chinois serait probablement s’accompagnent d’un gros rabais et nécessitent un accord politique bilatéral entre la Russie et la Chine.

Un conseiller énergétique turc a suggéré que l’italien Saipem pourrait transférer ses parts dans une société participant à la construction d’Arctic LNG 2, un projet de développement de gaz naturel, à son partenaire turc Ronesans. Le brasseur belge Anheuser-Busch InBev est en pourparlers pour vendre sa participation dans sa joint-venture russe et ukrainienne avec Anadolu Efes au brasseur turc.

Mais les entreprises turques sont pour l’instant prudentes, exprimant des inquiétudes quant aux complications liées au financement des acquisitions, qui proviennent principalement des banques occidentales.

La dernière option pour les entreprises multinationales est de rester sur place. Un conseiller a mis en garde contre la complexité de continuer à opérer en Russie. “Les achats peuvent être effectués en dehors de la Russie, les transactions financières et les licences de marques, les actifs de propriété intellectuelle – comment gérez-vous cela?” il a dit.

De nombreuses entreprises étrangères se sont jusqu’à présent abstenues de toute annonce publique de retrait, ne serait-ce que lorsqu’elles recherchent l’option la moins douloureuse. Le professeur Jeffrey Sonnenfeld de la Yale School of Management en recense près de 200 sur une liste de 750 qu’il catégorise comme refusant une sortie ou une réduction d’activité en Russie.

TotalEnergies, qui détient une participation de 19,4% dans le producteur de gaz Novatek PJSC et des participations dans de grands projets de GNL, a déclaré qu’il cessait de nouveaux investissements au début d’un retrait, bien qu’il n’ait pas tenté de vendre sa participation dans les sanctions du projet à moins que sont gonflés.

C’est la seule major pétrolière à avoir ouvertement exprimé des doutes quant à la possibilité de quitter la Russie, ou du moins de vendre aux oligarques. “Nous n’avons jamais dit que nous resterions en Russie”, a déclaré le PDG Patrick Pouyanné. “Nous n’avons tout simplement pas déclaré que nous allions sortir de Russie, ce qui est un peu différent”, après avoir précédemment souligné que la sortie restituerait de précieuses ressources “gratuitement à M. Poutine”.

Reportage supplémentaire de Nikou Asgari, Peter Campbell, Judith Evans, Ian Johnston, Neil Hume, Laura Pitel et Tom Wilson

Leave a Comment