Photos : Les Sudburois se rassemblent au Memorial Park pour souligner la Journée internationale des travailleurs

“Après deux ans dans cette pandémie, les travailleurs de cette province, nous sommes fatigués et nous sommes en colère”

Les organisateurs d’un rassemblement du 1er mai auquel ont participé environ 50 personnes à Memorial Park le 1er mai ont un certain nombre de revendications alors que nous nous dirigeons vers une élection provinciale.

Ceux-ci incluent un salaire minimum de 20 $, des congés de maladie permanents payés, un logement pour tous, un travail décent, des services publics bien financés, un soutien au revenu décent pour tous, la justice climatique, la fin du racisme, un statut pour tous, une indemnisation pour les travailleurs blessés au travail , le financement des services d’autisme et l’appel du projet de loi 124 (qui limite les augmentations de salaire pour les travailleurs du secteur public).

Beaucoup d’entre eux tenant des drapeaux ou des pancartes, les participants ont écouté des discours, dégusté un déjeuner pizza et organisé un court rassemblement rue de Paris.

Parmi les personnes présentes à l’événement en l’honneur du 1er mai, également connu sous le nom de Journée internationale des travailleurs, se trouvaient les députés locaux Jamie West et France Gélinas, ainsi que David Farrow, le candidat libéral de Sudbury aux prochaines élections provinciales, ainsi que David Robinson , qui représentera le Parti vert à Sudbury.

Un grand nombre de sujets ont été abordés par les conférenciers, notamment le financement de l’autisme, la pauvreté et l’itinérance, la restructuration en cours de l’insolvabilité de l’Université Laurentienne, les soins de santé, la santé et la sécurité au travail et le sort des travailleurs à la demande.

«Après deux ans dans cette pandémie, les travailleurs de cette province, nous sommes fatigués, et nous sommes en colère et nous avons besoin d’un gouvernement qui accordera la priorité aux travailleurs, purement et simplement», a déclaré Darcy Gauthier, vice-président de la Sudbury and Conseil départemental du travail.

À l’approche des élections provinciales, Gauthier a déclaré que les gens devraient s’assurer que les travailleurs ont la priorité dans cette province, qu’ils travaillent pour un syndicat ou non.

Scott Florence, directeur général du Centre d’éducation et de défense des droits des travailleurs de Sudbury, a déclaré que les candidats aux élections provinciales parleraient « d’excellents emplois, d’emplois stables ».

“Je suis ici pour vous dire qu’ils ne viendront pas, ils ne viendront pas parce que la tendance s’est poursuivie pour le travail à temps partiel, pour les travaux précaires et le travail contractuel”, a déclaré Florence.

En 2019, la bibliothèque du Parlement du Canada a publié un rapport indiquant que 48 % des travailleurs étaient engagés dans une sorte de travail précaire.

« Au cours de la dernière décennie, ici en Ontario, les travailleurs qui gagnent le salaire minimum ont doublé », a déclaré Florence. « Nos travailleurs ont plus que jamais besoin de soutien.

Un homme du nom de Karanbir Badhesha, qui a déclaré qu’il représentait les travailleurs locaux de Skip the Dishes, a déclaré que ces travailleurs non syndiqués avaient récemment organisé une grève d’une journée, affirmant qu’ils n’étaient pas correctement rémunérés en raison des prix élevés du carburant.

“Il y a environ 500 chauffeurs Skip The Dishes qui le font à temps plein ou à temps partiel”, a déclaré Badhesha.

“Pendant COVID, vous voyez les sacrifices et l’aide qu’ils nous apportent. La plupart des chauffeurs de Skip étaient les premiers intervenants qui travaillaient jour et nuit pour apporter la nourriture à la table de beaucoup de nos familles ici à Sudbury.

Alors qu’elle s’adressait aux personnes rassemblées à Memorial Park, qui a récemment été débarrassé d’un campement de sans-abri, Laurie McGauley de la Poverty and Housing Advocacy Coalition a déclaré que “le sans-abrisme est la terreur d’être si manifestement abandonné par le reste de la société”.

La plupart des gens ne sont qu’à deux chèques de paie de ne pas pouvoir payer leur loyer ou leur hypothèque.

Une fois ces deux mois écoulés, nous avons besoin d’un filet de sécurité sociale.

Mais McGauley a déclaré que la société a permis au gouvernement de “décimer son filet de sécurité sociale”, ajoutant que les 700 $ par mois pour Ontario au travail et les 1 200 $ par mois que reçoivent les bénéficiaires du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées “sont des recettes pour l’itinérance”.

«Le prochain gouvernement provincial doit enfin intervenir et assumer la responsabilité de la crise de la pauvreté et de l’itinérance dans notre province», a déclaré McGauley.

Son groupe a un certain nombre de revendications pour le prochain gouvernement provincial, notamment une augmentation des taux d’aide sociale et la fourniture de logements plus abordables.

Leave a Comment