Québec annonce une entente de principe avec la fédération des médecins omnipraticiens

Le Québec a conclu une entente de principe avec la fédération des médecins omnipraticiens dans le but de faciliter l’accès des Québécois aux soins de première ligne.

Dans un communiqué dimanche après-midi, le gouvernement a précisé qu’en vertu de l’entente, les personnes déjà assignées à un médecin de famille pourront le voir ou un autre du groupe de médecine de famille (GMF) dans un délai de 36 à 72 heures, selon leur situation clinique.

Pour répondre aux besoins urgents, les médecins devront réserver une partie du temps qui serait normalement utilisée pour les rendez-vous.

Les patients actuellement sur la liste d’attente du Québec pour un médecin de famille — le Guichet d’accès à un médecin de famille (GAM) — pourront utiliser un guichet unique en ligne appelé le Guichet d’accès à la première doubler (GAP), en cours de développement, pour consulter différents types de professionnels de santé dans un délai « raisonnable ».

Dans une entrevue à Radio-Canada Le Téléjournal, Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a précisé que les Québécois qui passeront par le GAP pourront également obtenir un rendez-vous dans un délai de 36 à 72 heures, selon leur situation clinique.

Il a également déclaré que l’entente verra quelque 500 000 Québécois, soit la moitié de tous ceux qui n’ont pas de médecin de famille dans la province, s’inscrire progressivement auprès d’un médecin de famille, en commençant par les patients les plus vulnérables, d’ici le 31 mars 2023.

Dimanche, Dubé a applaudi le Fédération québécoise des médecins omnipraticiens (FMOQ) à voir différemment l’accès aux services de santé de première ligne.

“L’accord de principe (…) est le résultat de plusieurs mois de discussions, parfois intenses, mais toujours avec la vision partagée que le statu quo n’est plus une option en termes d’accès”, a-t-il déclaré.

« Nous sommes conscients que ces changements nécessiteront du soutien, de la résilience et la contribution de nombreux partenaires, dont les établissements de santé et les départements régionaux de médecine générale (DRMG) de chaque région.

« Un bon pas », dit la FMOQ

Le Dr Marc-André Amyot, président de la FMOQ, a déclaré qu’il était temps que la responsabilité collective de l’accès aux soins de santé soit partagée avec différents types de professionnels de la santé au Québec.

“Le bon professionnel pour le bon patient au bon moment doit être l’objectif sous-jacent de toutes nos actions et cet accord nous semble clairement être un bon pas dans cette direction”, a-t-il déclaré dimanche dans un communiqué.

Il a souligné que les médecins de famille ne peuvent pas être la seule solution aux problèmes de santé des gens, surtout quand il manque au Québec environ 1 000 médecins omnipraticiens.

Amyot a déclaré que le déploiement du GAP permettra à “de nombreux autres professionnels de la santé d’être la porte d’entrée du système de santé”.

L’accord de principe ne nécessite pas de fonds supplémentaires puisqu’il s’inscrit dans l’enveloppe de l’accord-cadre 2015-2023.

La FMOQ représente 9 500 membres à travers la province. Malgré l’entente de principe annoncée dimanche, elle se dit toujours opposée à certains aspects “contre-productifs” du projet de loi 11, qui vise à accroître la disponibilité des services de première ligne.

Un accord définitif est attendu dans les prochaines semaines.

Leave a Comment