6 écrivains émergents présélectionnés pour les prix RBC Bronwen Wallace de 10 000 $

Le Writers’ Trust of Canada a annoncé les finalistes du prix RBC Bronwen Wallace. Le prix reconnaît les écrivains canadiens émergents en poésie et en courte fiction.

Le gagnant de chaque prix recevra 10 000 $.

Ce prix a été créé en 1994 pour honorer la vie et la carrière de Bronwen Wallace, poète et nouvelliste qui estimait que les écrivains devraient avoir plus de possibilités de reconnaissance au début de leur carrière.

Le prix annuel est parrainé par RBC Emerging Artists, une initiative qui récompense les écrivains qui ont été publiés mais qui n’ont pas encore été publiés sous forme de livre.

Les finalistes du prix de poésie sont Patrick James Errington, Eimear Laffan et Christine Wu.

Errington est poète, traducteur, critique littéraire et universitaire. Il est nominé pour Si feu, alors oiseau.

“Ces poèmes bougent avec une grâce et une attention indéniables”, a déclaré le jury. “Les poèmes d’Errington émergent avec une définition, une clarté et une surprise remarquables.”

Laffan est une poète d’origine irlandaise basée à Nelson, en Colombie-Britannique. Elle est nominée pour son travail, Ma vie, limitée.

“Vif d’esprit et attentif, déconstructif et délicieux”, a déclaré le jury. “C’est une œuvre pleine de rebondissements surprenants.”

Wu est une poète sino-canadienne qui est étudiante diplômée à l’Université du Nouveau-Brunswick où elle est co-rédactrice en chef de AZERTY. Elle est nominée pour les sélections de Les faims familiales.

“Wu nous fait vivre des moments qui évoquent la nostalgie et une douce faim”, a déclaré le jury. “Guidés par une forme et un langage forts, nous sommes invités à nous asseoir et à festoyer ensemble.”

La catégorie poésie a été jugée par Tenille K. Campbell, Michael Prior et Suzannah Showler.

Les finalistes du prix de la fiction courte sont Jen Batler, Teya Hollier et Emily Paskevics.

Batler est un écrivain et éditeur basé sur le territoire traditionnel et traité des Nations Michi Saagiig et Chippewa où elle écrit actuellement un mémoire. Elle est nominée pour ectopie cordis.

“Une histoire touchante et franche à l’aise dans son sable”, a déclaré le jury. “Batler écrit avec une retenue épuisée et une compréhension de l’évasion et de la dépendance.”

Hollier est une femme noire aux origines diverses basée à Toronto qui explore l’oppression raciale, la maladie mentale et les traumatismes générationnels à travers ses écrits. Elle est nominée pour regarder, attendre.

“Une réalisation narrative tendre, habile et émouvante”, a déclaré le jury. “Teya Hollier se déplace sans effort dans une belle forme d’inattendu.”

Paskevics est diplômé de la Humber School for Writers. Sa nouvelle, “Little Wild Creatures”, a été sélectionnée pour le 2019 Prix ​​de la nouvelle CBC. Elle est nominée pour Filles sauvages.

“Une expérience brute de l’imagination, de la peur, de la beauté, de la magie et du chagrin de l’enfance”, a déclaré le jury. “Cette histoire est vivante avec une prose descriptive très vivante.”

La catégorie des courts métrages a été jugée par Erin Frances Fisher, Angélique Lalonde et Derek Mascarenhas.

Chaque finaliste recevra 2 500 $ et une opportunité de mentorat avec un éditeur établi qui fournira des commentaires sur son travail et des conseils sur le développement de carrière.

Les lauréats 2022 seront annoncés le 2 juin. Les finalistes des prix 2020 et 2021 seront également présents pour célébrer leurs réalisations.

Les gagnantes de l’année dernière étaient Zehra Naqvi et Anna Ling Kaye pour le recueil de poésie Le noeud de ma langue et la petite histoire Ville de l’Estrespectivement.

Michael Crummey a été le premier écrivain à recevoir le prix. Parmi les autres anciens lauréats figurent Maria Reva, Jeramy Dodds, Alison Pick et Alissa York.

Le Writers’ Trust of Canada est un organisme de bienfaisance qui cherche à faire progresser, à nourrir et à célébrer les écrivains et l’écriture canadiens. Sa programmation comprend 11 prix littéraires nationaux, des subventions financières, des initiatives de développement de carrière pour les écrivains émergents et une retraite des écrivains.

L’organisation a été fondée en 1976 par Margaret Atwood, Pierre Berton, Graeme Gibson, Margaret Laurence et David Young. Il a donné plus de 970 000 $ pour soutenir les écrivains canadiens en 2020.

Leave a Comment