EDF envisage une année “difficile” alors que la guerre en Ukraine alimente le marché

(Bloomberg) – Electricité de France SA a donné une évaluation sombre de l’environnement opérationnel pour le reste de cette année, affirmant que la guerre en Ukraine continuait de provoquer des fluctuations sauvages sur les marchés de l’énergie.

Les actions du géant du nucléaire ont reculé alors que le directeur financier d’EDF a déclaré que 2022 reste “très difficile”, même s’il a rappelé un avertissement sur les bénéfices de mars. La société est sous le choc de la chute de la production atomique en France alors qu’elle est obligée de racheter le manque à gagner sur le marché, les prix de l’électricité se négociant à des niveaux record.

“La volatilité sur le marché reste extrême”, a déclaré mercredi le directeur financier Xavier Girre lors d’une conférence téléphonique. “Les impacts du conflit ukrainien sont difficiles à quantifier.”

Les défis pour le service public contrôlé par l’État sont tels que le président Emmanuel Macron a suggéré que certaines de ses activités clés pourraient être nationalisées dans le cadre d’un plan plus large visant à renforcer l’indépendance énergétique du pays. Les efforts de la France pour restructurer son plus grand fournisseur d’électricité, tant attendus depuis longtemps, ont pris un nouvel élan à la suite du chaos du marché exacerbé par l’invasion russe de l’Ukraine.

Lire la suite: Macron déclare que l’État français devrait reprendre certains actifs d’EDF

Macron tient à négocier des réformes du marché de l’électricité avec l’Union européenne pour aider EDF à construire de nouvelles centrales atomiques tout en réduisant les prix de l’électricité pour les consommateurs.

Girre a soutenu mercredi la nécessité d’une “réglementation appropriée” pour financer de nouveaux réacteurs, affirmant que “notre objectif principal est de sécuriser le financement de ce programme, tout en préservant la capacité du groupe à financer” toutes ses autres activités. C’est un défi de taille pour une entreprise dont la dette financière nette s’élevait à 43 milliards d’euros à la fin de l’année dernière.

En ce qui concerne les centrales électriques existantes, le service public a déclaré qu’il prévoyait de dépenser 33 milliards d’euros d’ici 2028 pour la maintenance et l’extension de la durée de vie de ses 56 réacteurs français. Cela n’inclut pas le coût de la réparation des centrales touchées par des problèmes de corrosion, qui devraient pousser la production nucléaire française au plus bas depuis plus de trois décennies cette année.

La corrosion a été confirmée sur les réacteurs Civaux-1, Chooz-1 et Penly-1 d’EDF, et des inspections sont toujours en cours sur neuf autres unités, a déclaré Régis Clément, directeur adjoint de la division nucléaire de l’entreprise, lors de la conférence téléphonique. EDF ne peut pas encore dire s’il existe des défauts dans la composition des conduites en acier, des traces de “fatigue thermique” ou des problèmes de “corrosion sous contrainte”, a-t-il précisé.

Les actions de la société ont chuté de 4,2 % et se sont négociées en baisse de 3,6 % à 14 h 08 à Paris, prolongeant leur baisse cette année à 16 %.

Tableau : Disponibilité du nucléaire français à 52 % de la pleine capacité

EDF a déclaré plus tôt mercredi qu’il voyait désormais un impact moindre sur les bénéfices de 2022 de la baisse de la production nucléaire et d’un plafonnement des prix par le gouvernement. Pourtant, l’impact sur les bénéfices pourrait encore être de 24 milliards d’euros (25,2 milliards de dollars) – contre 26,2 milliards d’euros prévus à la mi-mars – tandis qu’une augmentation attendue des tarifs réglementés plus élevés reste limitée à 6 milliards d’euros.

Tous les réacteurs d’EDF auront été inspectés d’ici la fin de l’année prochaine lors des arrêts programmés pour maintenance, selon Clément. L’entreprise est « confiante » dans sa capacité à réparer les canalisations, mais doit attendre l’expertise de l’Autorité de sûreté nucléaire, prévue fin mai.

EDF a réaffirmé les prévisions de production nucléaire pour 2022 et 2023, avec la mise en garde qu’il est encore dans la “phase précoce” de son examen de la corrosion, a déclaré Girre.

Voir aussi: La production d’énergie nucléaire française chute près de son plus bas niveau en deux ans sur les malheurs d’EDF

©2022 Bloomberg LP

Leave a Comment