La startup torontoise Tailscale lève 100 millions de dollars pour perturber le marché géant des VPN

PDG et co-fondateur de Tailscale, Avery Pennarun.Polycopié

Tailscale Inc., une startup torontoise en croissance rapide avec 35 personnes et peu de revenus, a levé 100 millions de dollars américains auprès de certains des fonds de capital-risque les plus importants aux États-Unis. Ils parient que sa technologie à prolifération rapide peut bouleverser le marché mondial des produits de réseau privé virtuel (VPN).

Le financement, dirigé par CRV et Insight Partners, valorise Tailscale à 1 milliard de dollars, y compris l’argent reçu. D’anciens bailleurs de fonds, dont Accel, Heavybit et Uncork Capital, qui ont investi 15 millions de dollars américains dans Tailscale il y a deux ans, ont également participé au financement.

L’entreprise, âgée de trois ans, a été une “gagnante de la pandémie”, avec une croissance rapide accélérée par les employés travaillant en grande partie à domicile et se connectant à distance à leur lieu de travail. “C’est triste à dire, mais COVID a extrêmement profité à notre entreprise”, a déclaré le PDG et co-fondateur Avery Pennarun dans une interview.

Tailscale offre une alternative aux systèmes VPN fournis par des opérateurs historiques tels que Cisco, OpenVPN et Palo Alto Networks qui ne nécessitent pas de matériel ou d’infrastructure coûteux ou même pour les utilisateurs de se connecter aux systèmes des employeurs pour accéder à leurs programmes logiciels d’entreprise tels qu’Office 365 ou Google Suite.

Au lieu de cela, les utilisateurs de Tailscale peuvent établir des réseaux directs et sécurisés entre les appareils, les collègues et leurs logiciels d’entreprise. Les entreprises gardent un œil sur les utilisateurs non pas en acheminant leur trafic via leurs systèmes, mais en s’assurant que les programmes ou les appareils auxquels les utilisateurs se connectent reçoivent les informations de connexion correctes. La configuration et l’administration de Tailscale sont plus simples et moins coûteuses pour les entreprises, et se traduisent par des programmes plus rapides car le trafic n’a pas à transiter par un point central, explique Tailscale.

Les entreprises technologiques qui sont devenues publiques à la TSX en 2021 regardent le bon côté des choses après la liquidation du marché

Canada’s Viral Nation lève 250 millions de dollars auprès de Maverix d’Eldridge et John Ruffolo pour développer son activité de marketing d’influence

La société a connu une croissance de 20 % d’un mois à l’autre du nombre d’utilisateurs mensuels actifs et compte désormais entre 200 000 et 500 000 personnes utilisant son logiciel, dont 10 % paient 5 $ ou 15 $ par mois, a déclaré M. Pennarun. Sur la base de ces chiffres, les revenus annuels de Tailscale s’élèvent probablement à un million de dollars inférieur à moyen à un chiffre, mais augmentent à un rythme multiplié par neuf par an.

Cela se traduit par une valorisation massive pour une jeune entreprise malgré le fait que les valorisations des entreprises technologiques cotées en bourse se sont effondrées depuis novembre – ce que de nombreux observateurs du secteur s’attendent à propager aux entreprises privées dans les mois à venir. (M. Pennarun a refusé de partager des informations financières.) Les observateurs du secteur affirment que le flux des transactions sur les marchés privés ralentit également, malgré le fait que les financiers du capital privé sont assis sur des niveaux presque record de «poudre sèche», ou de capital non engagé à leur disposition.

Mais Reid Christian, un associé général de CRV basé à San Francisco, a déclaré que “des équipes exceptionnelles avec une croissance exceptionnelle commandent toujours des valorisations premium – et le feront toujours”.

Il a déclaré que la valorisation élevée de Tailscale est justifiée car « l’équipe est incroyable et l’exécution a été exceptionnelle à ce jour. Il a un produit unique et un coin unique sur le marché. Et le plus important, c’est la taille de l’opportunité de marché. Chaque employé de chaque entreprise dans le monde » pourrait être un utilisateur potentiel, a-t-il déclaré. Selon le cabinet d’études de marché Research and Markets, le marché mondial des VPN générera 45,9 milliards de dollars de ventes en 2022, pour atteindre 91,2 milliards de dollars en 2026. être une excellente plate-forme adoptée par les entreprises », a déclaré M. Christian.

Tailscale a été fondée par deux anciens ingénieurs en logiciel de Google, le Canadien M. Pennarun et David Crawshaw, d’origine australienne, et le Canadien David Carney, qui ont travaillé pour deux des startups précédentes de M. Pennarun (les deux Canadiens ont également obtenu des diplômes en génie informatique de l’Université de Waterloo. en 2001). Le trio est basé à Montréal; Berkeley, Californie ; et Toronto, respectivement.

Ils ont constaté qu’une quantité croissante de trafic Internet était acheminée via des opérations cloud contrôlées par une poignée d’entreprises, dont Google. Mais ils ont estimé que la vaste infrastructure “n’était pas optimisée pour résoudre des problèmes simples sur lesquels les gens passent la plupart de leur temps” et serait gérée plus efficacement en facilitant les connexions directes, a déclaré M. Pennarun.

Leur produit a fait ses débuts en 2020 et a été rapidement adopté par les ingénieurs, qui ont passé le mot à leurs collègues, et éventuellement à leurs employeurs. Tailscale est gratuit pour les particuliers, tandis que les employeurs qui l’adoptent dans leurs entreprises paient par utilisateur. C’est un modèle de croissance virale «ascendant» similaire qui a aidé Slack et 1Password à conquérir les services informatiques des entreprises.

Tailscale a eu du mal à suivre la croissance, car les nouvelles affaires ont été entièrement entrantes. La société n’a embauché ses deux premiers vendeurs pour l’outbound qu’au cours des six derniers mois. “Mais au moment où ils ont réellement commencé, la croissance avait tellement augmenté que nous avions besoin d’eux pour gérer les demandes entrantes”, a déclaré M. Pennarun. J’ai ajouté que l’entreprise espère embaucher un vice-président aux ventes et tripler ses effectifs d’ici la fin de l’année.

La croissance de Tailscale a été “surtout terrifiante, dans le bon sens”, a déclaré le PDG. “Je pense que nous sommes très chanceux d’avoir failli tomber sur ce marché à la demande incroyablement élevée qui cherchait de toute urgence une solution depuis très longtemps.”

Votre temps est précieux. Recevez la newsletter Top Business Headlines dans votre boîte de réception le matin ou le soir. Inscrivez-vous aujourd’hui.

.

Leave a Comment