Alan lève 193 millions de dollars supplémentaires pour le démarrage de son guichet médical unique – TechCrunch

La startup française Alan a levé un nouveau tour de table de 183 millions d’euros (193 millions de dollars au taux de change d’aujourd’hui). La société vend ses propres produits d’assurance maladie et s’est étendue à d’autres produits et services médicaux. En d’autres termes, Alan souhaite créer une super application de soins de santé et un guichet unique pour toutes vos questions et tous vos besoins en matière de santé.

“Nous avons décidé de relancer en début d’année”, m’a dit le co-fondateur et PDG Jean-Charles Samuelian-Werve. « Nous avons reçu des demandes d’investissement. Nous pouvions voir que les marchés pouvaient se redresser et nous ne savions pas combien de temps cela allait durer. Maintenant, nous sommes autonomes et le resterons jusqu’à ce que nous ayons atteint la rentabilité.

Teachers’ Venture Growth (TVG), le fonds de capital-risque du Conseil du régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l’Ontario, mène la ronde. Des investisseurs existants participent également à ce nouveau cycle, tels que Temasek, Index Ventures, Coatue, Ribbit Capital, Exor, Dragoneer et Lakestar.

Le cycle d’aujourd’hui est un cycle de série E et il intervient juste un an après que la startup a levé sa série D de 185 millions d’euros. Alors qu’Alan a essentiellement levé le même montant deux fois, la valorisation post-money de la société a bondi de manière assez drastique. L’année dernière, la startup était valorisée à 1,4 milliard d’euros. Il a maintenant atteint une valorisation de 2,7 milliards d’euros (soit respectivement 1,5 milliard de dollars et 2,9 milliards de dollars au taux de change d’aujourd’hui).

Nous vendons des produits d’assurance au prix coûtant — plus ou moins. Et puis nous ajoutons notre cotisation en plus. Ce modèle fonctionne très bien Jean-Charles Samuelian-Werve

L’activité principale d’Alan et sa principale source de revenus n’ont pas changé. La société est une compagnie d’assurance maladie construite pour le 21e siècle. Après avoir obtenu l’approbation des régulateurs, Alan a construit son propre moteur de souscription.

L’entreprise peut désormais inscrire des clients de toutes tailles et de tous les secteurs. Les grandes entreprises peuvent ajuster chaque paramètre pour créer le package d’assurance qui leur convient.

Quant aux personnes couvertes par l’assurance maladie d’Alan, l’expérience est meilleure qu’avec d’autres compagnies d’assurance. Alan essaie d’automatiser autant de processus que possible afin que l’expérience utilisateur soit aussi transparente que possible.

Par exemple, si vous payez au cabinet du médecin et qu’il s’agit d’une simple facture, Alan traite automatiquement la facture et transfère l’argent sur votre compte bancaire via un virement instantané. Le résultat est que vous êtes souvent remboursé avant votre retour à la maison. Le système national de santé français remboursera également sa part automatiquement, mais cela prend généralement quelques jours.

«Nous continuons à déployer notre modèle, qui est basé à 100% sur la formule du ratio de perte. Nous vendons des produits d’assurance au prix coûtant — plus ou moins. Et puis nous ajoutons notre cotisation en plus. Ce modèle fonctionne très bien », a déclaré Samuelian-Werve.

Et la société a réussi à attirer 300 000 membres à ce jour dans 15 000 entreprises. Alan affirme désormais générer un chiffre d’affaires annualisé de 200 millions d’euros.

Crédits image : Allan

Pas seulement une compagnie d’assurance

Les fondateurs d’Alan ont été clairs sur leur vision dès le début. Ils ne veulent pas seulement créer une compagnie d’assurance. Ils veulent créer une start-up de soins de santé qui s’étend au-delà des produits d’assurance.

Très rapidement, les utilisateurs ont découvert qu’ils pouvaient utiliser l’application Alan pour trouver un professionnel de la santé près de chez eux grâce à Alan Map. La société travaille également avec des médecins généralistes afin qu’ils puissent répondre à vos questions depuis une interface de chat.

Tous ces paris secondaires n’ont pas fonctionné. Il y a un an et demi, Alan a lancé Alan Baby, une deuxième application axée sur la santé de votre bébé. Il a fourni un mélange de contenu, des discussions communautaires et la possibilité de démarrer une discussion avec un médecin. La société va fermer Alan Baby dans les semaines à venir.

«En 2022 et 2023, la santé mentale sera une priorité très élevée. C’est pourquoi nous avons décidé de fermer Alan Baby afin de pouvoir réaffecter les ressources », m’a dit Samuelian-Werve.

En matière de bien-être mental, Alan propose une application grand public suite à l’acquisition de Jour. Il existe également un service B2B appelé Alan Mind.

L’entreprise fournit des exercices et du contenu. Les employés peuvent également contacter un expert chaque fois qu’ils en ont besoin. Certaines entreprises souscrivent exclusivement à Alan Mind. D’autres ajoutent le package Alan Mind à leur contrat Alan existant.

Avec Alan Clear, Alan propose désormais également un moyen d’essayer des lunettes en réalité augmentée. Si vous trouvez une paire qui vous plaît, vous pouvez l’acheter directement via l’application.

D’ici fin 2025, Alan veut atteindre la rentabilité. Il faudra 3 millions de membres, mais la startup prévoit également d’embaucher 1 000 personnes d’ici là. La société opère actuellement en France, en Belgique et en Espagne. Il n’y aura pas de nouveau marché en 2022, mais Alan pourrait lancer un nouveau pays en 2023.

Bien qu’Alan ait des objectifs ambitieux, il ne détient actuellement qu’une infime part de marché. « 96 % de la population française est couverte par une assurance maladie. Nous avons toujours moins de 1 % de part de marché », a déclaré Samuelian-Werve.

« Nous sommes au tout début de notre histoire. C’est un premier pas de bébé mais tout est encore devant nous », a-t-il ajouté.

Crédits image : Allan

Leave a Comment