« C’est complètement illogique » : les dentistes du Québec dénoncent le manque d’accès aux tests PCR

Mais le ministère de la Santé de la province affirme qu’il n’a pas l’intention de modifier la directive.

Contenu de l’article

Certains dentistes du Québec découvrent seulement maintenant qu’ils ne sont pas admissibles aux tests PCR pour le COVID-19, ce qui entraîne un choc, de la confusion et parfois des centaines de dollars de tests privés.

Publicité 2

Contenu de l’article

La province a limité les tests PCR aux groupes prioritaires en janvier lors de la vague Omicron, lorsque le virus a commencé à se propager à un rythme alarmant et que la santé publique n’a pas pu répondre à la demande. Les dentistes exerçant dans des cliniques privées ne font pas partie des groupes prioritaires, mais étant donné la nature de leur travail, certains ont supposé qu’ils l’étaient – ​​seulement pour se rendre compte que ce n’est pas le cas lorsqu’ils se présentent sur les sites de test.

« C’est complètement illogique, dit la Dre Josée Landry, dont la clinique dentaire est à St-Jean-sur-Richelieu. Elle a pris connaissance de la règle lorsque sa fille, qui travaille à la clinique, s’est récemment vu refuser un test. « Nous jouons dans la bouche des gens.

La même chose est arrivée au Dr Natalie Socqué à Châteauguay. Après avoir développé des symptômes et testé négatif deux fois à l’aide de tests rapides, elle a décidé de se rendre dans un centre de test à proximité – avec une large disponibilité répertoriée en ligne – pour être plus sûre du résultat. Elle a été choquée lorsqu’elle a été refoulée à la porte.

publicité 3

Contenu de l’article

“Nous sommes dans les aérosols”, a déclaré Socqué. “Nous travaillons là-dedans toute la journée.”

Tous les dentistes n’ont pas vécu la même expérience, selon Socqué. Certains centres les ont acceptés sous l’égide des travailleurs de la santé, mais d’autres sont restés fermes sur la ligne directrice. Socqué a déclaré qu’elle comprenait le fait de restreindre les tests aux médecins, aux infirmières et au personnel des CHSLD lorsque les centres sont débordés, mais pas la logique derrière le refus des dentistes lorsqu’ils ne le sont pas.

“Après cela, ce devrait être notre tour – nous voyons des tonnes de personnes dans la population et nous voyons aussi des personnes âgées”, a-t-elle déclaré. « Pouvons-nous protéger ces personnes ? Pouvons-nous protéger notre personnel? Cela n’a aucun sens.”

Le ministère de la Santé du Québec a déclaré que les directives ne sont pas flexibles en fonction de la circulation et que si les dentistes ont subi des tests PCR, c’est en raison de décisions locales probablement basées sur une interprétation plus large de la catégorie «travailleur de la santé».

publicité 4

Contenu de l’article

« Cela ne change pas les consignes en place et nous n’avons pas l’intention de les modifier », a déclaré la porte-parole Marie-Claude Lacasse. “Les consultants en santé publique déterminent les priorités de dépistage.”

L’objectif derrière la restriction des tests PCR aux travailleurs de certains secteurs, a déclaré Lacasse, est “d’optimiser et d’évaluer le risque de perturbation des services offerts à la population et particulièrement aux personnes les plus vulnérables”.

Les dentistes qui travaillent dans les établissements de santé ont accès aux tests PCR, a indiqué le ministère de la Santé.

Mais pour les cliniques dentaires privées, le ministère a jugé que les consignes en place pour limiter la propagation de la COVID-19 sont suffisantes pour éviter les perturbations, selon l’Ordre des dentistes du Québec (ODQ). Il a clarifié les directives gouvernementales concernant les groupes prioritaires – et la manière dont les dentistes s’y intègrent – ​​existent depuis le début de la pandémie, et pas seulement pour les tests PCR.

publicité 5

Contenu de l’article

«Nous nous sommes assurés d’avoir des protocoles bien établis dans les cliniques dentaires», a déclaré un porte-parole de l’ODQ, ajoutant que le groupe accepte les directives du ministère.

Le fait d’avoir des symptômes compatibles avec COVID-19 mais pas d’accès aux tests PCR pour être plus certain des résultats, a déclaré Socqué, peut entraîner des interruptions de service lorsque les dentistes doivent isoler et reporter les rendez-vous autour desquels les patients ont organisé leur vie. C’est pourquoi elle a décidé de payer des centaines de dollars pour un test PCR.

« Je veux juste savoir, ai-je le COVID ? Parce que devrais-je travailler ou ne devrais-je pas? dit-elle.

Alors que Socqué a admis que les dentistes sont capables de dépister les patients pour limiter la propagation du virus d’une manière qui pourrait ne pas être possible pour d’autres professionnels de la santé, elle a déclaré qu’il y avait encore de la place pour l’erreur humaine.

publicité 6

Contenu de l’article

« J’ai une personne immunodéprimée au bureau ; J’en ai une autre qui est enceinte », a-t-elle déclaré. “Donc, je veux être sûr qu’il n’y a pas de COVID.”

La Dre Vesna Repac, dentiste à Montréal, a déclaré qu’elle avait pu obtenir un test PCR sur la Rive-Sud en février, mais qu’un autre avait été refusé à un autre endroit, également sur la Rive-Sud, en mars. Dans les deux cas, Repac était asymptomatique mais voulait être en sécurité après avoir rencontré des situations dans lesquelles elle aurait pu être exposée au COVID-19.

“Vous allez voir ce qui se passe”, a déclaré Repac à propos des sites de test. «Je suppose que nous serions inclus parce que nous traitons des personnes âgées et que nos patients ne peuvent pas porter de masque lorsque nous les traitons, ils sont donc automatiquement à un niveau de risque moyen. … Notre contact dure plus de 15 minutes et nous sommes à moins de deux mètres d’eux.

Publicité 7

Contenu de l’article

Landry a exprimé des préoccupations similaires, affirmant que l’âge moyen de ses patients se situe entre 70 et 75 ans.

“Si je l’ai, je veux le savoir”, a-t-elle déclaré. “Je vais rester à la maison.”

kthomas@postmedia.com

twitter.com/katelynthomas

Retrouvez toutes nos actualités liées au coronavirus sur montrealgazette.com/tag/coronavirus.

Pour des informations sur les vaccins au Québec, appuyez ici.

Inscrivez-vous à notre newsletter par e-mail dédiée à la couverture locale du COVID-19 à montrealgazette.com/coronavirusnews.

Aidez à soutenir notre journalisme local en abonnement à la Gazette de Montréal.

publicité 1

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur suit des commentaires. Consultez nos directives communautaires pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.

Leave a Comment