Québec demande au gouvernement fédéral de fermer le chemin Roxham, affirme que la province ne peut pas gérer l’afflux de réfugiés

Le Québec demande au gouvernement fédéral de fermer un passage frontalier populaire et non officiel au sud de Montréal parce que la province ne peut pas gérer le nombre de demandeurs d’asile entrant au pays, mais les défenseurs des réfugiés rejettent les demandes du Québec.

Plus de 100 demandeurs d’asile entrent chaque jour au Québec en provenance des États-Unis par un chemin rural appelé Roxham Road, a déclaré mercredi le premier ministre François Legault aux journalistes.

“C’est inacceptable”, a déclaré Legault à l’Assemblée législative. “C’est impossible parce que nous n’avons pas la capacité.”

Le gouvernement fédéral prend 14 mois pour étudier une demande d’asile et entre-temps, le Québec doit héberger et prendre soin des réfugiés potentiels et de leurs écoliers, a déclaré le premier ministre.

«Nous ne pouvons pas nous permettre de fournir des services», a déclaré Legault, ajoutant que si le rythme actuel se poursuit, le Québec n’aura pas de logements adéquats pour 36 000 nouveaux arrivants.

Les défenseurs des réfugiés, cependant, disent qu’ils n’acceptent pas la demande du premier ministre.

«Quelle est la capacité de compassion du Québec? Pour la justice? Ce n’est peut-être pas illimité, mais la capacité est là», a déclaré mercredi en entrevue Paul Clarke, directeur général par intérim d’Action Réfugiés Montréal.

Clarke, dont le groupe parraine et offre des services aux réfugiés, a déclaré que même s’il peut être difficile pour les demandeurs d’asile de trouver un refuge à Montréal, il ne pense pas que la situation soit meilleure dans d’autres villes canadiennes.

Le Québec a besoin de gens, selon un avocat

Janet Dench, directrice générale du Conseil canadien pour les réfugiés, a déclaré que pendant la pandémie, de nombreuses personnes qui avaient traversé la frontière au chemin Roxham ont trouvé du travail dans les foyers de soins de longue durée du Québec.

“Nous avons non seulement la capacité, mais nous avons aussi besoin, en fait, de plus de personnes”, a-t-elle déclaré lors d’une interview mercredi.

Une partie du problème, a-t-elle dit, est le temps qu’il faut au gouvernement fédéral pour délivrer des permis de travail aux demandeurs d’asile.

“Le gouvernement fédéral pourrait considérablement atténuer les choses simplement en accordant des permis de travail peu de temps après l’arrivée des gens, afin qu’ils puissent se rendre au travail, et il y a de nombreux emplois qu’ils pourraient très utilement pourvoir”, a déclaré Dench.

Le passage frontalier irrégulier de Roxham Road a rouvert en novembre après sa fermeture pendant la pandémie. Depuis le début de l’année, la GRC a intercepté 7 013 demandeurs d’asile qui sont entrés illégalement au Québec depuis les États-Unis. Ce nombre est en hausse par rapport à 4 246 l’an dernier.

En 2019, plus de 16 000 demandeurs d’asile ont été interceptés par la GRC après avoir traversé irrégulièrement le Québec.

Legault a déclaré que bon nombre de ceux qui traversent irrégulièrement ne sont finalement pas en mesure de rester au Canada.

“Vous devez comprendre que le problème est que beaucoup de ces personnes ne sont pas vraiment des réfugiés”, a déclaré le premier ministre. « Un réfugié, c’est quelqu’un qui est physiquement en danger dans son pays. Mais la plupart ne sont pas des réfugiés ; finalement, quand le dossier est analysé, ils sont refusés, renvoyés chez eux.

Clarke a déclaré qu’il n’est pas possible de déterminer quels demandeurs d’asile auront gain de cause. « Dire que la moitié de ces gens ne s’en sortiront pas, eh bien, quelle moitié, monsieur Legault?

Le premier ministre François Legault affirme que le Québec n’a pas la capacité d’accueillir le nombre de demandeurs d’asile qui traversent le chemin Roxham. Les défenseurs des réfugiés disent que ses demandes ne sont pas fondées. (Sylvain Roy Roussel/Radio-Canada)

“S’il dit cela, c’est qu’il reconnaît que des gens viennent au Canada et qu’ils ont besoin de protection. Alors, comment savez-vous quelle moitié ?”

En vertu de l’Entente Canada–États-Unis sur les tiers pays sûrs de 2004, les demandeurs d’asile qui entrent au Canada à l’extérieur d’un point d’entrée officiel doivent être traités au Canada et ne peuvent pas être renvoyés immédiatement aux États-Unis. retour aux États-Unis

Dench a déclaré que la fermeture du point d’entrée de Roxham Road ne ferait que pousser les gens à traverser à d’autres points d’entrée – ce qui rendrait plus difficile pour le gouvernement fédéral le traitement des demandeurs d’asile.

“La raison pour laquelle ils sont concentrés au Québec est simplement une question de géographie, car il y a une grande frontière terrestre entre les États-Unis et le Canada que les gens peuvent traverser”, a déclaré Dench.

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a déclaré aux journalistes mardi qu’un équilibre devait être trouvé.

“Des ressources ont été fournies pour ce problème particulier à la frontière”, a-t-il déclaré. « Nous sommes également en discussion avec les États-Unis pour réglementer les déplacements de tout demandeur d’asile. Cela fait partie de la stratégie afin à la fois de défendre les droits des réfugiés tout en protégeant les citoyens québécois.

Leave a Comment