Vignettes : Cinq moments marquants du parcours pandémique du Québec

Alors que les masques obligatoires – la dernière mesure pandémique du Québec – sont sur le point de tomber, c’est le bon moment pour revenir sur certains épisodes sombres, lumineux, discordants, étranges et surréalistes de la COVID-19 que la province a vécus.

Contenu de l’article

Avec l’amélioration de la situation du COVID-19 et le Québec ne fournissant plus de mises à jour hebdomadaires sur la pandémie, la Gazette de Montréal met en pause le blog en direct qui a ancré sa couverture en ligne au cours des 26 derniers mois.

publicité 2

Contenu de l’article

Depuis son lancement le 11 mars 2020, le blog a documenté de nombreux moments marquants. Voici un aperçu de cinq d’entre eux.

Une personne tient une pancarte à l'extérieur du CHSLD Herron, un établissement de soins de longue durée, suite à plusieurs décès depuis l'épidémie de COVID-19, à Dorval le 11 avril 2020.
Une personne tient une pancarte à l’extérieur du CHSLD Herron, un établissement de soins de longue durée, suite à plusieurs décès depuis l’épidémie de COVID-19, à Dorval le 11 avril 2020. Photo de CHRISTINNE MUSCHI /Reuters

Dark : L’horreur du CHSLD du Herron

« Les autorités retrouvent des corps, des résidents assoiffés, des excréments à la résidence pour aînés Dorval : sources.

Un mois après le début de la pandémie, ce dur 11 avril 2020, le gros titre de la Gazette a secoué le Québec et ouvert une fenêtre sur la dévastation des foyers de soins de longue durée (CHSLD), où la COVID-19 sévissait dans des conditions épouvantables.

Ce jour-là, le sinistre premier ministre François Legault annonce une enquête policière. Vingt-cinq mois plus tard, les réverbérations se font encore sentir. Malgré les affirmations selon lesquelles ils n’ont appris la situation du CHSLD Herron qu’après que la Gazette a révélé l’histoire, des documents soumis à l’enquête du coroner le mois dernier ont révélé que les principaux ministres du gouvernement Legault avaient été informés 10 jours plus tôt. Peu de choses ont été faites jusqu’à ce que l’histoire éclate.

publicité 3

Contenu de l’article

Les partis d’opposition accusent le gouvernement Legault de mentir et de camoufler une réponse inepte à la crise des CHSLD. Ils veulent une enquête publique. Legault dit non, insistant sur le fait que le coroner découvrira la vérité. La coroner Géhane Kamel devrait remettre son rapport final plus tard cette année.

Lors de la première vague de la pandémie au printemps 2020, 4 000 personnes âgées sont décédées dans des maisons de soins, dont 47 au Herron.

Le premier ministre François Legault arrive en conférence de presse sur la pandémie de COVID-19 portant un masque, le mardi 12 mai 2020 à l'Assemblée législative de Québec.
Le premier ministre François Legault arrive en conférence de presse sur la pandémie de COVID-19 portant un masque, le mardi 12 mai 2020 à l’Assemblée législative de Québec. Photo de Jacques Boissinot /LA PRESSE CANADIENNE

Jarring : Legault porte un masque

Peu de Québécois portaient des masques au début de la pandémie.

C’était donc choquant la première fois que le premier ministre François Legault s’est présenté de manière inattendue masqué lors d’une conférence de presse le 12 mai 2020. Certains de ses commentaires ce jour-là se sont avérés inexacts. Par exemple, il a dit que se laver les mains était plus important que de porter des masques. Et il a insisté sur le fait que les masques ne protégeaient pas le porteur mais seulement ceux qui l’entouraient. Les deux déclarations se sont finalement avérées incorrectes.

publicité 4

Contenu de l’article

Mais la décision de Legault de mettre un masque a poussé certaines personnes à se couvrir le visage. Pour d’autres, cela ouvre la voie à la transition vers le masquage. Legault a exhorté les gens à porter des masques lorsqu’ils visitent leurs proches, font leurs courses et surtout dans les transports en commun.

Le premier ministre a souri maladroitement, l’air penaud en retirant le masque (un cadeau fait à la main par un électeur, il avait des attaches en tissu).

Legault a reconnu le malaise ressenti par de nombreux Québécois en mettant leur premier masque. « Évidemment au début, ça fait bizarre de voir des gens avec des masques. Mais nous nous y habituerons. C’est une bonne habitude qui va nous permettre de retrouver une vie un peu plus normale. Legault imposerait ensuite un port obligatoire du masque sur tous les lieux intérieurs le 18 juillet 2020.

Vingt-deux mois plus tard, c’est la dernière restriction pandémique en place, qui devrait être supprimée samedi (sauf dans les transports en commun).

publicité 5

Contenu de l’article

Nous nous excusons, mais cette vidéo n’a pas pu se charger.

Étrange : Arruda danse sur une chanson de rap dans une vidéo virale

A quoi pensait-il ?

Quelques semaines après le début d’une pandémie qui tuait des centaines de Québécois chaque semaine, on ne s’attendrait pas à ce titre sur le directeur de la santé publique de la province : « Arruda présente des excuses en larmes pour son implication dans une vidéo de danse virale.

L’histoire bizarre a commencé lorsqu’un rappeur québécois – Rod le Stod – a demandé au Dr Horacio Arruda de soumettre une vidéo de lui-même en train de profiter d’une “danse de verrouillage” sur un air intitulé “Oragio”. Le médecin a accepté et la vidéo est devenue virale. Vêtu d’une tuque noire et d’un t-shirt noir moulant, Arruda groove en rythme tandis que le rappeur répète le refrain : « Partout sur terre il y a un oragio / Mon paratonnerre c’est Horacio / Nous avons de la chance d’avoir François Legault / Suspendez tous mes droits, je laissez-vous aller.

publicité 6

Contenu de l’article

Moqué et réprimandé, Arruda s’est étouffé en s’excusant publiquement le 12 mai 2020, affirmant qu’il ne savait pas que la vidéo serait largement partagée et qu’il n’avait pas écouté toutes les paroles.

Charismatique, pimpant et expressif, Arruda contrastait avec les politiciens guindés qui l’entouraient lors des briefings, contribuant à faire de lui une star au début de la pandémie. Mais alors que la crise s’éternisait, il a été critiqué pour ses réponses sinueuses, parfois opaques, ainsi que pour sa lenteur à réagir à certaines vagues de COVID-19.

Arruda a été remplacé en janvier par le Dr Luc Boileau. Arruda, qui était toujours accompagné du premier ministre François Legault ou d’un ministre, Boileau a été autorisé à tenir des conférences de presse en solo.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, s'entretient avec Gloria Lallouz, la première vaccinée locale contre la COVID-19, au Centre gériatrique Maimonides de Côte-St-Luc, le lundi 14 décembre 2020.
Le ministre de la Santé, Christian Dubé, s’entretient avec Gloria Lallouz, la première vaccinée locale contre la COVID-19, au Centre gériatrique Maimonides de Côte-St-Luc, le lundi 14 décembre 2020. Photo par Allen McInnis /Gazette de Montréal

Bright : la vaccination commence

Cela semblait être le début de la fin de la pandémie.

Publicité 7

Contenu de l’article

Le 14 décembre 2020, Gloria Lallouz, 78 ans, est devenue la première Montréalaise à recevoir un vaccin contre la COVID-19 dans une ambiance grisante à la résidence de soins de longue durée Maïmonide de Côte-St-Luc.

Les photographes de presse se sont précipités pour prendre des photos d’un chauffeur d’UPS déposant des boîtes de photos Pfizer-BioNTech à une porte dérobée. Une foule de journalistes attendaient devant.

“Je suis tellement heureuse”, leur a dit Lallouz après son coup. C’était la première fois qu’elle quittait sa chambre depuis huit mois. Assise dans un fauteuil roulant sous les yeux des ministres provinciaux et fédéraux de la Santé, elle a exhorté tout le monde à se faire vacciner. “C’est important de continuer à vivre, parce que vivre comme ça n’est pas bon.”

L’espoir était grand que les vaccins protégeraient les Québécois du virus impitoyable, en particulier les personnes âgées dont les rangs étaient décimés.

publicité 8

Contenu de l’article

« Nous commençons à voir la lumière au bout du tunnel — la ligne d’arrivée », s’est exclamé le ministre de la Santé, Christian Dubé. Les Québécois apprendraient à prendre de telles déclarations avec un grain de sel. À l’époque, peu imaginaient que la pandémie se prolongerait en 2022, avec une quatrième dose de vaccin proposée.

Cependant, le temps nous dira que les vaccins COVID-19, développés à une vitesse record, sont très efficaces, les experts affirmant qu’ils réduisent le nombre de personnes nécessitant une hospitalisation et sauvent des vies.

La police détient un homme qui les a fuis au début d'un couvre-feu au Québec à Montréal le vendredi 31 décembre 2021.
La police détient un homme qui les a fuis au début d’un couvre-feu au Québec à Montréal le vendredi 31 décembre 2021. Photo de Peter McCabe /La Presse canadienne

Surréaliste : les Québécois sous couvre-feu depuis des semaines

Avec le recul, il est difficile de croire que cela s’est réellement produit : pendant des semaines, les Québécois n’ont pas été autorisés à quitter leur domicile la nuit en raison des couvre-feux qui ont mis fin à 2021.

“Après 20 heures, nous ne serons plus autorisés à sortir dans la rue sauf pour le travail.”

Publicité 9

Contenu de l’article

Avec ces mots, le premier ministre François Legault a déclaré à une province stupéfaite qu’il avait pris la décision sans précédent d’imposer un couvre-feu nocturne jusqu’à 5 heures du matin, à compter du 9 janvier 2021. Citant l’augmentation des cas et les hôpitaux submergés, un Legault sévère a déclaré que la province devait restreindre mouvements de population car « il y a encore trop de visites dans les maisons ».

Le Québec semble avoir été la seule juridiction en Amérique du Nord et l’une des rares au monde à avoir franchi une étape aussi radicale. Les sans-abri, les personnes sans cour ni balcon et les travailleurs postés qui ne pouvaient pas se promener à leur retour à la maison faisaient partie des personnes touchées de manière disproportionnée.

Le couvre-feu a été levé plus tôt dans certaines régions, mais à Montréal, il était en place depuis 139 jours (111 de plus que ce que Legault avait initialement promis), se terminant le 28 mai 2021.

Legault s’est appuyé sur le même livre de jeu le 31 décembre 2021, imposant un nouveau couvre-feu alors que la province paniquait face à la nouvelle montée en flèche du nombre de cas. Cette fois, ce fut beaucoup plus court – 17 jours – alors que les Québécois en avaient marre de grignoter la cote de popularité de Legault.

ariga@postmedia.com

Retrouvez toutes nos actualités liées au coronavirus sur montrealgazette.com/tag/coronavirus.

Pour des informations sur les vaccins au Québec, appuyez ici.

Inscrivez-vous à notre newsletter par e-mail dédiée à la couverture locale du COVID-19 à montrealgazette.com/coronavirusnews.

Aidez à soutenir notre journalisme local en abonnement à la Gazette de Montréal.

publicité 1

Leave a Comment