Que portez-vous? Histoire, complexité et beaucoup d’art.

TISSU : L’histoire cachée du monde matériel, par Victoria Finlay


“Que portez-vous?” C’est une question qui invoque généralement les créateurs, les marques et les tendances. Peu de considération est accordée à la matérialité de ce que nous portons. Les textiles dans nos vies ont tendance à fonctionner avec une fanfare inappréciable – servant souvent d’intermédiaire artistique. Dans son dernier livre, Victoria Finlay leur rend hommage.

Tissu : l’histoire cachée du monde matérieldévoile les histoires derrière les matériaux – les exaltant en tant que bâtisseurs de civilisations, instruments de progrès et gardiens de la tradition sacrée. Tout comme elle l’a fait dans “Color: A Natural History of the Palette”, Finlay propose une exploration exhaustive qui couvre l’étendue du globe au cours des siècles. C’est un défi de taille, bien sûr, mais elle tient ses promesses, et le fait avec une conscience culturelle habile. De plus, elle écrit à propos de ces matériaux avec un tel émerveillement – une telle révérence – qu’on ne peut s’empêcher de croire en la “magie cachée” qui, selon elle, est tissée dans chaque fibre.

L’écriture de Finlay est à la fois technique, historique et profondément personnelle. Telle une tisserande qualifiée, elle prend de nombreux fils absurdes et construit un récit convaincant aussi informatif qu’émotionnellement engageant. En partie enquête historique, en partie mémoire et en partie récit de voyage, “Fabric” suit Finlay alors qu’elle découvre les secrets de l’histoire de chaque matériau – tous écrits alors qu’elle pleurait la mort de ses parents.

Finlay commence ses explorations en Papouasie, en Nouvelle-Guinée, où elle perce les mystères du tissu d’écorce de Maisin, et se termine à Gee’s Bend, en Alabama, où elle découvre la riche tradition de patchwork de la communauté. Chacun des 11 chapitres du livre se concentre sur un tissu différent : laine, lin, soie. L’histoire complexe du coton est particulièrement remarquable, traversant les continents et portant les héritages enchevêtrés du colonialisme, du progrès industriel, de l’esclavage et du capitalisme moderne. Mais plutôt que de fournir une leçon d’histoire didactique, l’auteur réexamine sa propre compréhension des récits historiques usés. Ici, et tout au long du livre, Finlay emmène le lecteur dans un voyage de découverte personnelle – agissant comme un guide curieux mais bien informé plutôt que comme un instructeur détaché. Lorsqu’elle parle de tissus synthétiques – ou, comme elle les appelle, « imaginés » –, Finlay en examine certains dans son propre placard et constate que « ces tissus relativement nouveaux, souvent problématiques et parfois difficiles à aimer peuvent aussi, au mieux, être beaux. ”

Finlay commence par une brève leçon de vocabulaire destinée à orienter le lecteur ; cependant, certaines des technicités qui suivent pourraient rendre perplexes ceux qui ne sont pas familiers avec les métiers à tisser et les structures de tissage. Peut-être que ce livre est le mieux adapté – et, en fait, écrit pour – ceux qui ont déjà une compréhension et une appréciation de base des arts textiles. Le « tissu » ne manquera pas d’intriguer les passionnés d’histoire de la mode, car il relate les tendances qui reflétaient les développements du commerce et de la technologie du textile : les châles indiens en pashmina qui dominaient la mode européenne du XIXe siècle, les somptueuses robes de dragon en soie de la dynastie Qing en Chine et les des bas nylon qui ont fait vibrer l’Amérique des années 1940. Ces moments – où le tissu prend vie grâce à l’expérience usée – sont les parties les plus fascinantes du livre, et finalement les plus accessibles.

Le “tissu” arrive à un moment où des statistiques alarmantes concernant les déchets textiles ont déclenché des appels à la durabilité au sein de l’industrie de la mode, ce qui a suscité un regain d’intérêt pour les origines de nos vêtements. Un appel à l’action pour des pratiques plus éthiques court tout au long du livre et est rendu explicite dans “Une note pour l’avenir”, qui suit l’épilogue. Finlay écrit : « Imaginez : un monde où nous achetons nos tissus et nos vêtements, alors que nous achetons de plus en plus notre nourriture, sachant d’où ils viennent. Savoir qui les a faites et où. Et sachant combien ils ont coûté à la terre.

Raissa Brittany est une historienne de la mode basée à New York et membre du corps professoral du département d’histoire de l’art du Fashion Institute of Technology.

FABRIQUÉ

L’histoire cachée du monde matériel

Par Victoria Finlay

Illustré. 528 pages Pégase. 32 $.

Leave a Comment