Posthâtive : Le risque de récession augmente alors que l’économie canadienne manque de marge de croissance

Des hausses agressives des taux d’intérêt pour lutter contre l’inflation pourraient “faire basculer l’économie dans la récession”, selon RBC

Contenu de l’article

Buenos dias!

publicité 2

Contenu de l’article

Le risque d’une récession au Canada augmente alors que l’économie manque de marge de croissance dans un contexte d’inflation élevée, de hausses des taux d’intérêt et de pénuries de main-d’œuvre, selon la Banque Royale du Canada.

La banque s’attend à ce que la croissance du PIB ralentisse au Canada, passant de 4,5 % en 2021 à 4,2 % en 2022 et à 1,9 % en 2023, selon les dernières perspectives macroéconomiques de RBC. Le Canada n’est pas une exception. Partout dans le monde, les économies ralentissent et, en fait, les États-Unis, l’Italie et la France ont vu leur PIB chuter au premier trimestre 2021 en raison des retombées d’une nouvelle vague de COVID-19, de problèmes de chaîne d’approvisionnement et de marchés du travail tendus.

Ces facteurs ont également exercé des pressions sur l’économie canadienne, mais elle est toujours en expansion. RBC a déclaré que la majeure partie de cette croissance était tirée par deux sources : les voyages et les prix élevés des matières premières. Les Canadiens ont recommencé à réserver des vacances, ce qui a permis à l’industrie du voyage de se développer tout au long de l’été. Pendant ce temps, la hausse des prix des produits de base exportés par le Canada, comme le pétrole et le gaz, gonfle les revenus des producteurs. Cela, combiné à une augmentation attendue de la production de pétrole et de gaz après la fin de la saison de maintenance printanière, contribuera à maintenir le PIB à la hausse.

publicité 3

Contenu de l’article

Mais c’est là que s’arrêtent les bonnes nouvelles, a déclaré RBC.

“Au-delà de cela, la portée d’une croissance supérieure à la tendance est limitée – et des risques à la baisse s’accumulent”, ont écrit Craig Wright, vice-président principal et économiste en chef, et Nathan Janzen, économiste principal, dans le rapport.

L’inflation et les augmentations correspondantes des taux d’intérêt des banques centrales qui tentent de la maîtriser sont deux de ces risques, a déclaré RBC. Le taux d’inflation a grimpé à 6,8 % en avril, et RBC pense qu’il continuera de croître à mesure que les prix de l’essence augmenteront. L’escalade des prix du pétrole et des engrais, dont l’approvisionnement a été limité par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, continuera également à faire grimper les prix des denrées alimentaires, ce qui augmentera le taux d’inflation global.

C’est là que les taux d’intérêt entrent en jeu. Les banques centrales du monde entier mettent en œuvre des hausses de taux agressives dans le but de ralentir l’inflation. La Banque du Canada a déjà augmenté ses taux deux fois de suite de 50 points de base pour porter le taux d’intérêt à 1,5 %. Mais c’est encore «trop bas», a déclaré RBC. Il prévoit que les taux atteindront 2,75 % d’ici octobre.

publicité 4

Contenu de l’article

Cependant, il est possible que les taux d’intérêt augmentent plus que prévu et aient un impact encore plus important. Si les attentes d’une inflation persistante et élevée deviennent « enracinées », comme certains le craignent, il sera plus difficile pour la Banque du Canada de la maîtriser. Cela pourrait signifier des taux encore plus élevés à venir, a déclaré RBC, car la banque centrale a clairement indiqué qu’elle était plus préoccupée par la lutte contre l’inflation que par le maintien de la croissance économique. Et cela pourrait provoquer un choc dans l’économie.

“La banque centrale est disposée à relever ses taux si nécessaire, même si cela risque de plonger l’économie dans la récession”, a déclaré RBC.

D’autres vents contraires ralentissent l’économie canadienne. Les pénuries de main-d’œuvre pèsent également lourdement sur la croissance, a déclaré RBC. Les offres d’emploi sont 70 % plus élevées qu’avant la pandémie, au milieu du taux de chômage le plus bas depuis 1976. Si les entreprises n’ont pas assez de personnel, elles ne peuvent pas augmenter la production, ce qui nuit à la croissance économique.

publicité 5

Contenu de l’article

Pendant ce temps, bien que les goulots d’étranglement des transports se soient atténués, d’autres problèmes de chaîne d’approvisionnement sont probables si la Chine continue de mettre en œuvre des verrouillages continus pour contrôler la propagation du COVID-19. Cela freinera également la croissance.

Ajoutez tout cela ensemble et le Canada est prêt pour un ralentissement, sinon une véritable récession, ont déclaré les économistes de RBC.

« À ce stade du cycle économique, la marge de croissance future à court terme est limitée. Cela signifie que la prochaine surprise en termes de perspectives économiques sera plus susceptible d’être à la baisse qu’à la hausse. Et le risque baissier le plus évident est que les banques centrales devront augmenter les taux d’intérêt plus agressivement que prévu pour maîtriser l’inflation », a déclaré RBC.

Mais même si la Banque du Canada devait s’en tenir à sa trajectoire consistant à ramener les taux d’intérêt à un niveau « neutre », entre 2 et 3 %, la croissance du PIB devrait encore ralentir. Les taux d’intérêt à ce niveau ralentiront la croissance économique en augmentant les remboursements de la dette des ménages, portant le PIB à environ 1 % par trimestre au cours du dernier semestre de 2023, a déclaré RBC.

publicité 6

Contenu de l’article

“Dans ces conditions, il ne faudrait pas une grande surprise à la baisse de la croissance ou une nouvelle augmentation des taux d’intérêt pour faire basculer l’économie dans la récession.”

_______________________________________________________________

Cette newsletter vous a-t-elle été transmise ? Inscrivez-vous ici pour le recevoir dans votre boîte de réception.
_______________________________________________________________

LÜTKE EN CONTRÔLE Les actionnaires de Shopify Inc. ont approuvé une nouvelle structure d’actionnariat qui garantit que le directeur général Tobi Lütke conserve 40 % des droits de vote. Le partage «fondateur» nouvellement créé aiderait à protéger Shopify contre une prise de contrôle indésirable, explique un expert. Barbara Shecter du Financial Post a les détails du vote et ce que signifie la part du fondateur pour l’entreprise. Photo de Julie Oliver/Postmedia News

publicité 7

Contenu de l’article

___________________________________________________

  • Le premier ministre Justin Trudeau participe au Sommet des Amériques à Los Angeles
  • Le ministre du Travail, Seamus O’Regan, assiste à la 110e session de la Conférence internationale du Travail à Genève
  • Le ministre du Tourisme Randy Boissonnault sera à Paris pour assister à la réunion 2022 du Conseil ministériel de l’Organisation de coopération et de développement économiques
  • Steven Guilbeault, ministre de l’Environnement et du Changement climatique, tiendra une conférence de presse sur le système canadien de crédits compensatoires pour les gaz à effet de serre
  • Assemblée générale annuelle de Dollarama
  • Les dates d’aujourd’hui : Commerce de gros américain
  • Gains: Bausch + Lomb Corp., Dollarama Inc., Gamestop Corp.

___________________________________________________

publicité 8

Contenu de l’article

_________________________________________________________


___________________________________________________

Les sorties de crabes et de véhicules à moteur ont contribué à stimuler les exportations canadiennes de 0,6 % en avril, tandis que les importations ont augmenté de 1,9 %, a déclaré mardi Statistique Canada.

Publicité 9

Contenu de l’article

L’excédent commercial du Canada s’est rétréci à 1,50 milliard de dollars en avril, contre 2,28 milliards de dollars révisés en mars, et est inférieur aux prévisions des analystes de 2,9 milliards de dollars.

Les exportations d’énergie ont fléchi le mois dernier en raison de baisses de la production de pétrole brut et d’arrêts de maintenance.

Les biens de consommation ont mené la hausse des importations, ainsi que les produits énergétiques, poussés à la hausse par le coût élevé de l’essence.

_______________________________________________________

Selon un expert en assurance, jusqu’à 10 % des maisons au Canada ne sont pas assurables à cause des inondations, et le risque d’inondation continuera d’augmenter sans l’intervention du gouvernement.

Notre partenaire de contenu MoneyWise Canada offre des conseils aux propriétaires sur ce qu’ils peuvent faire pour déterminer et réduire leur risque d’inondation.

_______________________________________________________

Today’s Posthaste a été écrit par Victoria Wells (@ vwells80), avec des reportages supplémentaires de La Presse Canadienne, Thomson Reuters et Bloomberg.

Vous avez une idée d’article, un argumentaire, un rapport sous embargo ou une suggestion pour cette newsletter ? Envoyez-nous un e-mail à posthaste@postmedia.com, ou appuyez sur répondre pour nous envoyer une note.

Écoutez Down to Business pour des discussions approfondies et des informations sur les dernières affaires canadiennes, disponibles partout où vous obtenez vos balados. Découvrez le dernier épisode ci-dessous:

publicité

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur suit des commentaires. Consultez nos directives communautaires pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.

Leave a Comment