L’Estonien VC Superangel annonce un nouveau fonds de 50 millions d’euros

La société estonienne de capital-risque Superangel a annoncé un nouveau fonds de 50 millions d’euros, qui sera utilisé pour investir principalement dans des startups de haute technologie des pays baltes et nordiques. L’entreprise est connue pour être soutenue par des entrepreneurs et des investisseurs providentiels de premier plan issus d’un écosystème technologique qui dépasse constamment son poids.

Superangel a lancé son premier fonds, d’une valeur de 16 millions d’euros, en 2018. Collectivement, l’équipe derrière la société a maintenant investi dans plus de 100 startups dans le monde. Cela inclut également quatre entreprises qui ont atteint une valorisation d’un milliard de dollars, trois d’Estonie : la super application de mobilité Verrouillerdémarrage de vérification d’identité Chèquele CRM de vente et la plateforme de revenus intelligents Pipedrive (ainsi que la startup colombienne de livraison à la demande Rappi).

“Nous allons continuer à nous appuyer sur le succès de cette région, l’Estonie, et à faciliter davantage ce modèle de collaboration”, a déclaré Veljo Otason, associé général de Superangel, à Sifted.

Accompagner les géants régionaux

Au cours des quatre dernières années, la société estonienne de démarrage a soutenu certaines des startups les plus prometteuses de la région, notamment Bolt, Veriff, Technologies de vaisseau spatial et Nordique. L’équipe a coupé des chèques compris entre 100 000 € et 1 million d’euros, principalement pour les têtes de série et les tours de série A.

Otason affirme que ce nouveau fonds continuera de se concentrer sur les entreprises à vocation scientifique et à forte intensité de R&D.

“Ce que nous faisons de différent avec ce deuxième fonds, c’est de nous concentrer encore plus clairement sur la technologie profonde, des domaines dans lesquels les entreprises détiennent une part plus importante de leur propriété intellectuelle dans la science, la technologie ou l’innovation technique significative.”

Les investisseurs principaux du nouveau fonds incluent SmartCap, les commandités de Superangel engageant personnellement 10 % du fonds.

Pendant ce temps, les commanditaires comprennent des entrepreneurs en série et des investisseurs comme le fondateur de Grünfin, Triin Hertmann, un des premiers employés de Skype et Wise, et Kersti Kaljulaid, l’ancienne présidente de l’Estonie, qui a dirigé le pays entre 2016 et 21.

Un pays de licornes

L’Estonie abrite le plus grand nombre de licornes par habitant en Europe, ce qui en fait un endroit attrayant pour un investisseur en démarrage. Il est également connu pour sa scène de démarrage hautement collaborative.

Dans une approche novatrice, Superangel symbolise jusqu’à 5 % de la participation de son nouveau fonds, qui sera accordée à des experts du secteur qui travaillent en étroite collaboration avec les sociétés de portefeuille pour les aider à développer des stratégies et des processus.

“Nous avons construit ce super réseau d’experts dans des domaines très différents qui sont prêts à aider les entreprises, leur faisant parfois gagner beaucoup de temps et d’argent en leur donnant des conseils – en aidant à construire leurs équipes de vente, à construire des modèles financiers et toutes sortes d’aides dès le début -les startups en scène peuvent avoir besoin », explique Otason.

« C’est comme dire un merci supplémentaire ; tous ceux qui contribuent reçoivent un jeton qui leur donne droit à une partie de l’intérêt porté du fonds.

La tokenisation est dirigée par l’une des sociétés du portefeuille de Superangel, Koos, qui étudie des alternatives à l’approche actionnariale éprouvée pour récompenser les employés, les experts externes et les premiers bailleurs de fonds.

“Vous pouvez essentiellement développer un portefeuille d’investissement sans investir autre chose que votre concentration et votre temps”, déclare Taavi Kotka, cofondateur de Koos, qui était auparavant à la tête du conseil estonien du programme de résidence électronique.

Otason admet que les détails de la façon dont la tokenisation fonctionnera dans la pratique ne sont pas encore entièrement définis, mais il voit un fort potentiel et pense que c’est une approche qui sera reprise par beaucoup d’autres à l’avenir.

Pour l’avenir, Otason dit qu’ils visent à faire environ 40 investissements au total à partir du deuxième fonds, environ dix par an pour les quatre prochaines années, avec plusieurs investissements déjà en cours.

« En général, je pense que c’est un bon moment pour faire des investissements », dit-il, à propos du climat économique actuel. “C’est toujours cyclique, il y a des moments de très grand optimisme et il y a des moments qui ramènent les gens à ce qui est vraiment important, résoudre de vrais problèmes.”

Kit Gillet est le correspondant de Sifted pour l’Europe de l’Est. j’ai tweeté de @KitGillet

Leave a Comment