Critique de livre : « Les surréalistes britanniques », par Desmond Morris

LES SURRÉALISTES BRITANNIQUES

Par Desmond Morris


Desmond Morris, maintenant âgé de 94 ans, est bien connu en Grande-Bretagne en tant que zoologiste, auteur de plus de 40 livres et une présence télévisée omniprésente sur toutes les questions animales. Ethnologue universitaire de premier plan, Morris est devenu un nom connu grâce à son best-seller gargantuesque de 1967 “The Naked Ape: A Zoologist’s Study of the Human Animal”, qui s’est vendu à quelque 20 millions d’exemplaires et a été traduit en 23 langues. Morris a également proposé les capacités créatives du singe et a organisé une exposition réussie de leurs peintures. Certes, son chimpanzé vedette, « Congo », a prouvé qu’il s’agissait de plus qu’un coup publicitaire ; Picasso aurait possédé une de ses abstractions explosives, dont l’excellence sert encore de réfutation convaincante de l’anthropocentrisme.

La célébrité grand public a plutôt éclipsé la longue carrière de peintre de Morris et même sa vie de jeune surréaliste fièrement doctrinaire, qui a rejoint le mouvement à Londres dans les années 1940 puis, armé du numéro de téléphone d’André Breton, s’est rendu à Paris pour rechercher les surréalistes survivants. Morris a eu une exposition de deux personnes avec Joan Miró en 1950, a réalisé des courts métrages surréalistes et a collectionné l’art de plusieurs de ses contemporains les plus radicaux. Ce sont des références étonnamment avant-gardistes pour une éminence, un peu comme découvrir que David Attenborough était membre de l’Internationale situationniste.

En 2018, Morris a publié “The Lives of the Surrealists”, et ce volume de suivi rassemble également 34 artistes cherché ou trop britannique pour être inclus dans le recueil antérieur. Comme l’admet Morris, “ce n’est pas une analyse de leur travail – les surréalistes n’aiment pas que leur travail soit analysé – mais plutôt une série de portraits à la plume”. Et le plus agréable de ceux-ci s’avère, chacun agréablement modeste à seulement quelques pages, une lecture concise et aérée accompagnée de reproductions en couleur succulentes. Certains sont célèbres — Francis Bacon, Henry Moore, Graham Sutherland — et bien d’autres délicieusement obscurs, par exemple Oscar Mellor, Sam Haile ou John Selby Bigge. Mais tous ici sont parfaitement capturés, disséqués, analysés et rendus vivants.

Chaque profil commence par une liste des dates, des lieux de résidence et des « partenaires » de l’artiste, ce qui donne une idée de la façon dont grand étaient de telles vies, chacune une litanie de lieux exotiques assortie d’une profusion d’amants et d’époux. Les surréalistes ont toujours leur forte énergie anecdotique, et ces itérations anglo-saxonnes ne décevez pas, des riches scandaleux (il y a un nombre surprenant de chauffeurs mentionnés, ainsi qu’une Rolls-Royce Phantom II) aux désespérément pauvres, marchant pieds nus tout en survivant avec des lapins et du riz au lait.

Nous apprenons que Peggy Guggenheim participe à une course avec sa sœur pour coucher avec 1 000 hommes, comment Roland Penrose, organisateur de l’émission phare du surréalisme londonien de 1936, “ne peut pas le faire sans menottes”. Il y a des copines de 50 ans de moins, des maris de 25 ans de moins, des soirées sataniques, des procès à la mescaline et d’innombrables plans à trois. Nous lisons l’histoire du directeur aveugle et suicidaire d’une banque de Hong Kong, d’une artiste avec une jambe artificielle nommée «Gilbert», d’un homme qui vendait des moulins à vent en Argentine, d’un baronnet devenu «inspecteur des muletiers» et de Leonora Carrington, dont la vieille nounou était envoyé par sous-marin pour l’escorter de son hôpital psychiatrique espagnol à un autre en Afrique du Sud, et qui s’est couvert les pieds de moutarde et s’est douché tout habillé.

Morris lui-même a été consulté par Bacon pour savoir si un babouin qu’il avait peint était réaliste; Moore voulait discuter des animaux avec lui ; et John Banting l’a invité au Musée d’histoire naturelle pour discuter des biomorphes. (“Malheureusement pour moi, la rencontre n’a jamais eu lieu.”) Chaque lecteur regrettera sûrement de n’avoir rencontré aucun de ces personnages éblouissants et souhaite seulement tenter de trouver une chance de rencontrer ce dernier, et non le moindre, des personnages britanniques d’origine. Surréalistes.


Adrian Dannatt est l’auteur de “Doomed and Famous”.


LES SURRÉALISTES BRITANNIQUES, de Desmond Morris | Illustré | 248pages | Tamise et Hudson | 39,95 $

Leave a Comment