L’écrivain de Colombie-Britannique Tolu Oloruntoba remporte le prix Griffin Poetry de 65 000 $ pour son premier livre

TORONTO – Tolu Oloruntoba, médecin de la Colombie-Britannique devenu écrivain, a été nommée lauréate canadienne du Griffin Poetry Prize de cette année.

Oloruntoba a reçu l’honneur de 65 000 $ lors d’une cérémonie en ligne mercredi pour son premier recueil, “The Junta of Happenstance”, d’Anstruther Books.

Dans le livre, Oloruntoba puise dans ses connaissances médicales pour disséquer la maladie, l’immigration et le colonialisme.

Dans leur citation, les jurés ont déclaré que “les poèmes exquis laissent une empreinte à la fois violente et d’une beauté terrifiante”.

Le prix international, également d’une valeur de 65 000 $, a été décerné à « Sho », de l’éditeur de mots Douglas Kearney, basé à St. Paul, dans le Minnesota, de Wave Books.

Oloruntoba a commencé sa carrière en tant que médecin de soins primaires au Nigeria avant de déménager aux États-Unis pour des études supérieures et de s’installer finalement dans la région métropolitaine de Vancouver pour travailler en tant que gestionnaire des soins de santé.

La poésie a été une constante tout au long de la trajectoire péripatéticienne d’Oloruntoba. Et il est récemment devenu un nom à surveiller sur la scène littéraire canadienne.

« The Junta of Happenstance » a remporté le prix de poésie de langue anglaise aux Prix littéraires du Gouverneur général 2021.

Son chapbook, “Manubrium”, a été sélectionné pour le bpNichol Chapbook Award 2020. Sa poésie a été nominée pour le prix Pushcart, et son travail est apparu ou est à paraître dans des publications telles que Harvard Divinity Bulletin, PRISM International et Columbia Journal.

Les finalistes canadiens étaient David Bradford de Montréal pour “Dream of No One But Myself”, publié par Brick Books, et la gagnante du Griffin 2016 Liz Howard, qui est basée à Toronto, pour “Letters in a Bruised Cosmos” de McClelland & Stewart.

Également en lice pour le prix international : la traduction par Ali Kinsella et Dzvinia Orlowsky de « Eccentric Days of Hope and Sorrow » de la poétesse ukrainienne Natalka Bilotserkivets, publiée par Lost Horse Press ; l’écrivain de Chicago Ed Roberson pour « Asked What Has Changed », de Wesleyan University Press ; et « Late to the House of Words », la traduction de Sharon Dolin de l’œuvre catalane de Gemma Gorga de Barcelone, publiée par Saturnalia Books.

Chaque finaliste a reçu 10 000 $.

Les candidats ont été sélectionnés parmi 639 livres de poésie soumis par 236 éditeurs de 16 pays différents, selon les organisateurs du prix. Le jury de cette année est composé de l’écrivain canadien Adam Dickinson, de la poète biélorusse Valzhyna Mort et de la poète et dramaturge américaine Claudia Rankine.

Le Griffin est présenté comme le plus grand prix au monde pour une première édition unique de recueil de poésie écrite ou traduite en anglais.

Le Griffin Trust a été fondé en 2000 par le président Scott Griffin, ainsi que les administrateurs Margaret Atwood, Robert Hass, Michael Ondaatje, Robin Robertson et David Young.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 15 juin 2022.

REJOINDRE LA CONVERSATION

Les conversations sont des opinions de nos lecteurs et sont soumises à la Code de conduite. Le Star ne partage pas ces opinions.

.

Leave a Comment